topblog Ivoire blogs

01/04/2015

Réforme de l’Education nationale : la scolarisation obligatoire en Côte d’Ivoire dès la rentrée prochaine Publié le mercredi 1 avril 2015 | Abidjan.net

agouv-0001.jpg

Un séminaire gouvernemental sur la scolarisation obligatoire des enfants de 6 à 16 ans s’est tenu, ce mercredi 1er avril à Abidjan-Plateau, sous la présidence du Premier ministre Daniel Kablan Duncan.

Ce séminaire a permis aux membres du Gouvernement de faire le point
sur la mise en œuvre de la stratégie qui consacrera l’effectivité de la scolarisation obligatoire en Côte d’Ivoire dès la rentrée 2015-2016.

Au terme des travaux , le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, a confié à la presse que le Premier ministre a souhaité une interruption de séance, pour permettre au gouvernement d’accueillir cette après-midi, le chef de l’Etat qui rentre d’une visite en Turquie.

Le ministre Bruno Koné a tout de même levé un coin de voile sur le déroulement des travaux dont l’objectif est de présenter la situation actuelle de l’Education nationale et d’adresser des recommandations en vue d’accélérer le processus de la scolarisation obligatoire.

Selon l’orateur, les réflexions étaient axées sur toutes les conditions qui vont permettre à ce projet présidentiel de voir le jour d’ici la rentrée prochaine. ‘’Nous avons parlé beaucoup de statistiques, du nombre d’élèves et les tranches d’âges concernées, les besoins en construction de nouvelles classes, combien d’enseignants il faut et aussi quel peut être l’apport du secteur privé dans la réalisation de ce défi’’, a précisé le porte-parole du gouvernement.

Le fruit des échanges entre les membres du gouvernement feront l’objet d’une présentation officielle au chef de l’Etat dans les jours à venir, avant d’être soumis aux députés.

Didier ASOUMOU

03/02/2015

Mamadou Koné remplace Francis Wodié à la tête du Conseil Constitutionnel (Communiqué) Publié le mardi 3 fevrier 2015 | Présidence

Iffou-Ouattara-MbahiakrooK-0006(1).jpg

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a procédé ce mardi 03 février 2015, à la nomination de Monsieur Mamadou KONE, Magistrat hors hiérarchie, Groupe A échelon unique, précédemment Président de la Cour Suprême, en qualité de Président du Conseil Constitutionnel.

Cette nomination est consécutive à la démission du Professeur Francis Vangah Romain WODIE de la Présidence de cette Institution.

Le Président de la République adresse ses remerciements au Professeur Francis Vangah Romain WODIE, pour son action à la tête du Conseil Constitutionnel.

Le Président de la République a également procédé à la nomination de Monsieur René François APHING-KOUASSI, Magistrat hors hiérarchie, Groupe A échelon unique, précédemment Président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, en qualité de Président de la Cour Suprême, en remplacement de Monsieur Mamadou KONE.



Fait à Abidjan, le 03 février 2015


Le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République


Amadou Gon COULIBALY

26/10/2014

Tête-à-tête Bédié - Ouattara,Les sujets abordés !

audience-ouattar-bedie-0000--1-.jpg

Le président ivoirien Alassane Ouattara a invité, vendredi soir, son opposition à s’inscrire dans le jeu démocratique en exhortant ‘’tous ceux qui souhaitent être candidats à l’être’’ pour la présidentielle d’octobre 2015 au cours de laquelle "personne ne sera exclue".

Le chef de l’Etat ivoirien qui sortait d’un tête-à-tête d’une heure et dix-sept minutes avec son grand allié, Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à la résidence de l’ex-chef de l’Etat à Cocody (Est d’Abidjan) a déclaré à la presse être venu ‘’ échanger avec mon aîné sur la situation socio-politique du pays’’.

‘’ Il y a quelques semaines j’étais à Daoukro où le président Bédié m’a fait une grande surprise avec l’Appel de Daoukro. Je suis venu pour le remercier pour la confiance car pour tous les Ivoiriens cet appel est un acte fort pour la paix et la stabilité du pays’’ s’est-il félicité.

Faisant le tour d’horizon de la situation socio-politique, les deux personnalités, selon M. Ouattara, ont évoqué ‘’les circonstances du décès’’ de la mère de l’ancien chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, adressant leurs ‘’condoléances ‘’ à la famille éplorée et ‘’la mise en place’’ prochaine du Conseil économique et social.

A l’opposition qui dénonce que le procès aux assises de 83 proches de Laurent Gbagbo vise à écarter de virtuels adversaires politiques, Alassane Ouattara a répondu que ‘’ tous ceux qui souhaitent être candidats le soient’’ pour le renforcement de la démocratie.

‘’ Le procès ne vise à écarter personne. Il a lieu pour situer les responsabilités’’ a précisé M. Ouattara qui a affirmé ne pas ‘’s’immiscer dans les affaires de la justice’’. Informé par Henri Konan Bédié sur le ‘’déguerpissement de planteurs dans certaines parties du pays’’, le président Ouattara a rassuré que cette ‘’mauvaise décision sera corrigée’’ dans l’intérêt des planteurs.

Arrivé à 18h00 Gmt et heure locale au domicile d’Henri Konan Bédié, le président Ouattara a pris congé du président de Bédié peu avant 20h après 1h17mns d’échanges qui visaient, également, selon Alassane Ouattara à ‘’renforcer notre alliance le RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix)’’.

27/09/2014

Alassane Ouattara appelle à «poursuivre en justice » les enseignants auteurs de grossesses en milieu scolaire Publié le mardi 23 septembre 2014 | APA

IMG_0867(1).jpg

La question des grossesses en milieu scolaire, demeure une ‘’préoccupation importante’’ pour la Côte d’Ivoire, a souligné, lundi, aux Etats-Unis, le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, proposant la prise de mesures ou le vote de lois par l’Assemblée nationale afin de ‘’poursuivre en justice’’ les enseignants qui seraient coupables de tels actes.

Il a fait cette déclaration lors d'une rencontre de haut niveau des Chefs d'Etat du Sahel, sur le ‘'Dividende démographique dans le Sahel'', à l'invitation conjointe de la Banque mondiale et du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), au siège des Nations Unies.

Selon une note d'information transmise à APA, M. Ouattara a indiqué partager la vision de ses collègues Chefs d'Etat qui l'avaient précédé sur le sujet des « questions liées à la fécondité élevée dans nos pays et aux difficultés dans le domaine de l'éducation, surtout celle des jeunes filles, et à la santé ».

A cet égard, il a préconisé des ‘'actions très fortes'', telles que la prise de mesures ou le vote de lois par l'Assemblée nationale afin de ‘'poursuivre en justice'' les enseignants qui seraient coupables de tels actes.

Ces grossesses qui surviennent en milieu scolaire participent aux taux d'échec à la fin des années scolaires. Pour seulement l'année scolaire 2012-2013, le ministère de l'éducation nationale et de l'enseignement technique a noté plus de 2500 cas de grossesses dans les écoles primaires et secondairesdu pays.

Alassane Ouattara a, par ailleurs, indiqué que l'éducation qui est un sujet majeur en Côte d'Ivoire, a amené le Gouvernement à décider de la construction de lycées et collèges de jeunes filles, surtout dans la partie nord du pays où le taux de scolarisation est très faible. Dans ce cadre, il a annoncé que dès l'année prochaine, l'école sera ‘'obligatoire et si possible gratuite'' dès l'âge de 6 ans et ce jusqu'à 16 ans.

Après cette conférence avec ses homologues, le Chef de l'Etat ivoirien s'est rendu en compagnie de la Première dame, Dominique Ouattara, à ‘'Open Society Fundations'' où il a échangé avec M. Georges Soros, Président Fondateur de cette structure qui œuvre à la promotion de la bonne gouvernance démocratique, des droits de l'homme ainsi que pour les réformes économiques, sociales et légales.

Au terme de la rencontre, Alassane Ouattara a indiqué avoir échangé avec M. Soros sur la possibilité pour la Fondation de ‘'s'impliquer davantage'' en Côte d'Ivoire, où elle intervient déjà au niveau de la Pharmacie de la Santé Publique par un don à hauteur de un million de dollar par an en médicaments.

Il a dit avoir également profité de l'entretien avec M. Soros pour solliciter l'aide de sa Fondation dans la lutte contre la fièvre Ebola ainsi que dans la construction de collèges de jeunes filles dans chaque District de la Côte d'Ivoire.

M. Ouattara a en outre demandé l'appui de la Fondation pour la mise en œuvre de son programme de gouvernement qui est de rendre l'école obligatoire et gratuite pour les enfants de 6 à 16 ans.

Alassane Ouattara séjourne depuis, samedi, à New York (USA), à la faveur de la 69è Session de l'Assemblée générale des Nations Unies.


LS/hs/APA

17/09/2014

Communiqué du conseil des ministres du lundi 15 septembre 2014 Publié le mardi 16 septembre 2014 | Ministères

Le lundi 15 septembre 2014, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h00 à 13h30, à la Préfecture de Daoukro, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales Projets de décrets B/-Mesures Individuelles C/-Communications D/-Divers A/ - MESURES GENERALES PROJETS DE DECRETS 1- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et le Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques ; Le Conseil a adopté un décret portant création, composition, attributions et fonctionnement du Comité de Coordination des Politiques Nationales de Lutte Contre le Blanchiment de Capitaux, le Financement du Terrorisme et la Prolifération des armes de destruction massive, dénommé « Comité de coordination ». Le danger que constitue la criminalité organisée pour tous les Etats, notamment sous ses formes les plus pernicieuses que sont le financement du terrorisme, le blanchiment de capitaux et la prolifération des armes de destruction massive, a amené les Etats membres de la CEDEAO, sous l’impulsion de l’Organisation des Nations Unies (ONU), du Groupe d’Action Financière et du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), à mettre en place des dispositifs de lutte contre ces fléaux. Pour ce qui concerne la Côte d’Ivoire, le présent décret organise le Comité de Coordination des Politiques Nationales en matière de lutte contre le financement du terrorisme, le blanchiment de capitaux et la prolifération des armes de destruction massive afin de combattre de manière plus efficace le crime organisé. 2- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de Prêt N°5501-CI pour le financement additionnel du Projet de Gouvernance et de Développement Institutionnel, d’un montant total de trois millions trois cent mille (3 300 000) Droits de Tirages Spéciaux (DTS), soit environ deux milliards quatre cent soixante-dix millions (2 470 000 000) de francs CFA, conclu le 23 juillet 2014, entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire. Ce projet vise à introduire davantage de transparence dans la gestion des finances publiques et à améliorer la gouvernance dans les secteurs du cacao et du pétrole. 3- Au titre du Ministère des Transports; Le Conseil a adopté un décret fixant les règles relatives à la supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile. Ce décret, qui s’inscrit dans la dynamique de l’accomplissement des démarches relatives à la certification de l’Aéroport International Félix Houphouët Boigny et de la transposition des normes et pratiques recommandées par l’Organisation de l’Aviation civile Internationale (OACI), vise à combler les faiblesses relatives à la supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile. 4- Au titre du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant modification de l’article 10 du décret n° 2001-650 du 19 décembre 2001 portant attributions, organisation et fonctionnement des Centres Hospitaliers et Universitaires de Cocody, de Treichville, de Yopougon et de Bouaké et abrogeant les décrets n°98-380, 98-381, 98-382 et 98-383 du 30 juin 1998. Le présent décret autorise la nomination d’administrateurs, de fonctionnaires ou de non fonctionnaires formés à la gestion hospitalière, à des fonctions de gestion des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU). 5- Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère de l’Industrie et des Mines ; Le Conseil a adopté un décret qui confère à l’Association Interprofessionnelle Agricole de la filière Coton, en abrégé INTERCOTON, la qualité d’organisation interprofessionnelle agricole de la filière Coton. 6-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté quatre (04) décrets portant attribution de permis de recherche minière : • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour le nickel, à la Société CALAO RESOURCES SARL à BLAPLEU-GEOULE, dans les Départements de Biankouman et de Man ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour l’or, dénommé « DABAKALA EST » à la Société T.D. CONTINENTAL S.A. dans le Département de Dabakala ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour le colombo-tantalite, à la Société pour le Développement Minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI) dans le Département d’Issia ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour l’or, à la Société B & F MINIERALS SARL dans le Département de Zoukougbeu. Ces quatre (04) permis de recherche minière sont valables pour une période de quatre (04) ans. 7-Au titre du Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs ; Le Conseil a adopté un décret portant création d’un Conseil National des Sports, en abrégé CNAS. Ce décret modificatif opère une réforme du Conseil National des Sports pour faire de ce conseil une véritable instance de concertation et d’excellence en matière de sport. Les attributions du CNAS sont ainsi reprécisées, et son fonctionnement optimisé avec l’intégration en son sein de représentants du secteur privé et de sportifs de haut niveau. Le CNAS aura également la responsabilité de régler les différends susceptibles d’opposer les membres du mouvement sportif ivoirien. ^ Haut B/- MESURES INDIVIDUELLES 1-Au titre du Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, en liaison avec le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative ; Le Conseil a autorisé le détachement de M. KOFFI Yao Bernard, Conseiller Technique du Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, auprès de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). 2-Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en liaison avec le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ; Le Conseil a adopté deux communications : • la première communication est relative au détachement de M. BOUAFFOU Kouamé Guy Marcel, Maître de Conférences au Département des Sciences et Techniques de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Abidjan, auprès du Centre Régional AGRHYMET sis au Niger ; • la seconde communication est relative à une demande de régularisation et de renouvellement du détachement auprès de l’Union Africaine (UA), de M. KOUASSI N’guetta René, Maître-Assistant à l’UFR des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY d’Abidjan. 3-Au titre du Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative ; Le Conseil a adopté les délibérations du Comité Restreint du mardi 08 septembre 2014. Ainsi, le Conseil a adopté cinq (5) décrets portant organisation de départements ministériels et a procédé à des nominations dans neuf (9) départements ministériels. Le compte-rendu correspondant est annexé au présent communiqué. ^ Haut C/- COMMUNICATIONS 1- Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication sur la mission de l’OCDE relative à l’élaboration du Plan stratégique Côte d’Ivoire-Pays Emergent en 2020. Cette mission s’est déroulée à Abidjan du 1er au 7 septembre 2014. Cette première mission a permis de finaliser avec le Gouvernement les discussions relatives à la participation du centre de développement de l’OCDE à l’élaboration du Plan stratégique Côte d’Ivoire-Pays Emergent en 2020. Elle a également décidé de la mise en place d’un comité de pilotage du projet, chargé de valider les grandes orientations stratégiques formulées, ainsi que de celle d’un comité technique et d’un sécretariat technique. Un premier rapport d’étape de la mission de l’OCDE sera présenté en janvier 2015. 2- Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative au bilan du Prix d’Excellence 2014 et à la préparation de l’édition 2015. La cérémonie de remise de récompenses des cinquante-cinq (55) lauréats nationaux des prix d’excellence, rigoureusement choisis parmi les Ivoiriens les plus méritants, s’est déroulée sous la présidence effective du Chef de l’Etat, le 1er août dernier. A l’issue de cette cérémonie, trente-six (36) personnes physiques, dont dix-sept (17) femmes, et dix-neuf (19) personnes morales ont été honorées. Le Conseil félicite une fois de plus les lauréats et exhorte les Ivoiriens et toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire à la culture de l’excellence, quel que soit leur domaine d’activité. Dans la perspective de la préparation de la prochaine édition de la journée de l’excellence, le comité technique débutera ses activités au mois de novembre 2014. 3-Au titre du Ministère de l’Agriculture ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’état de mise en œuvre du projet intégré d’hévéaculture et des cultures vivrières de PRIKRO. Ce projet, d’un montant de trente et un milliards (31 000 000 000) de francs CFA, est basé sur une vision de partage de la richesse générée par un acteur privé, la Compagnie Heveicole de Prikro (CHP), avec les populations locales. Un an après son lancement, le projet enregistre 399 bénéficiaires, dont 247 femmes identifiées pour le programme vivrier. Le projet permettra, à terme, la production de 26.000 tonnes de caoutchouc naturel et 8.000 tonnes de produits vivriers par an. Il créera 8000 emplois directs, et permettra la réalisation d’infrastructures diverses (écoles primaires, hydraulique villageoise, pistes rurales...). Le Conseil des Ministres a salué l’important rôle joué par les chefs traditionnels, le corps préfectoral et les cadres de la région, dans la mise en œuvre du projet, et autorisé la conclusion d’un bail emphytéotique au profit de la CHP pour une surface de 5.000 hectares. 4-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’état de mise en œuvre du projet d’aménagement hydro agricole de M’Bahiakro (PAHA M’BAHIAKRO). Le projet PAHA M’BAHIAKRO vise à contribuer à la sécurité alimentaire de la population de la vallée du N’ZI, à augmenter la production de riz et de produits maraîchers, ainsi qu’à contribuer au développement économique de la région. Après avoir connu plusieurs difficultés dans sa mise en œuvre, ce projet a été remis sur pied en 2012 par le Gouvernement. Il connaît aujourd’hui sa phase d’achèvement des travaux d’infrastructures. Ainsi, à la date du 4 septembre 2014, le projet enregistrait la construction d’un barrage sur le lit mineur du fleuve N’ZI et la construction des deux stations de pompage prévues au volet agro-économique ainsi que l’aménagement et la mise en valeur de 220 hectares destinés à la riziculture. En dépit de débuts difficiles, le projet a permis la création de 884 emplois, dont 283 permanents et 601 occasionnels, et une production de 1100 tonnes de paddy est attendue en décembre 2014. Aussi, le Conseil a-t-il instruit le Ministre de l’Agriculture, le Ministre de l’Economie et des Finances, et celui du Budget, à l’effet de prendre les mesures nécessaires pour accélérer la mise en oeuvre de ces projets. 5-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative aux projets de réhabilitation de la zone industrielle de Yopougon et de développement de la nouvelle zone industrielle du PK 24 de l’Autoroute du Nord. Conformément à la volonté du Président de la République d’accroître la part du secteur industriel dans le PIB d’ici 2020, le Gouvernement a initié une série d’actions visant à réhabiliter les zones existantes et à accélérer la création de nouvelles zones industrielles. Ainsi, face à la dégradation avancée de la zone industrielle de Yopougon, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre un programme de réhabilitation de cette plateforme, pour un financement de 28,3 milliards de francs CFA, sur la période 2014-2015. Cette opération porte essentiellement sur la réhabilitation, le renforcement et l’aménagement des voies de circulation, des réseaux électrique, téléphonique, d’eau potable et de drainage des eaux pluviales. Aussi, le projet de « Zone Industrielle du PK 24 », initié en vue de satisfaire la demande de terrains industriels dans la capitale économique, est en cours de réalisation à travers la mise en concession, via un Partenariat Public-Privé, de 940 hectares par tranches de 200 HA. Les premières ressources ont été mobilisées en 2014 et ont permis de démarrer la purge des droits coutumiers sur les terrains concernés. Par ailleurs, pour tenir compte de l’importance et de l’urgence de la demande, un projet d’aménagement immédiat de 50 hectares sur le site du PK24, d’un coût de 131 milliards de FCFA, sera également mis en œuvre en 2014/2015. Le Conseil a instruit le Ministre de l’Industrie et des Mines, ainsi que tous les ministres concernés, à l’effet de déployer les moyens nécessaires à l’aboutissement des travaux de réhabilitation et d’aménagement de ces zones industrielles dans les meilleurs délais. ^ Haut D/-DIVERS Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Le Conseil a entendu une communication du Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro. Le Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro, a présenté, à la demande du Chef de l’Etat, une communication en Conseil des Ministres relative à la situation administrative et socio-économique dans la Région de l’Iffou. Le Préfet de Région, après avoir présenté sa circonscription administrative, a dressé un état des lieux des infrastructures et des activités socio-économiques de la région de l’Iffou, avant d’évoquer les difficultés auxquelles la Région est confrontée, ainsi que les attentes des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais. Fait à Daoukro, le 15 septembre 2014 Bruno Nabagné KONE Ministre de la Poste et des TIC Porte-parole du Gouvernement porteparoledugvt@egouv.ci

08:33 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

07/08/2014

An 54 de la Côte d’Ivoire : chronique du drapeau tricolore ivoirien Publié le mercredi 6 aout 2014 | APA

drapeau.jpg

La Côte d’Ivoire a coupé, depuis le 7 août 1960, le cordon ombilical qui la liait à la France, en faisant flotter dans son ciel, un drapeau orange-blanc-vert en remplacement, sur le mât, du drapeau français bleu-blanc-rouge, marquant, ainsi, l’épilogue d’une histoire. Chronique du drapeau tricolore ivoirien.

C’est le jeune Sous-lieutenant ivoirien de l’armée française, Gaston Ouasséna Koné (aujourd’hui général de Division à la retraite devenu homme politique) qui a descendu le drapeau français et monté le drapeau ivoirien le 7 août 1960 à zéro heure au moment de la proclamation de l`indépendance de la Côte d’Ivoire par Félix Houphouët-Boigny, alors, Premier ministre.

Pourtant à l’aube des indépendances, le choix des couleurs du drapeau national avait donné cours à des débats houleux à l’Assemblée Constituante. L’un des acteurs, Lambert Amon Tano, ex-ministre de l’Education nationale et membre de ladite assemblée s’en souvient.

‘’ Le Commissaire du gouvernement à l’époque souhaite qu’on imite un peu les drapeaux américain et français avec les étoiles et le rouge. On a dit non car quand on sort de la colonisation, on a un sentiment de rejet et on ne pouvait pas comprendre qu’on est indépendant et qu’il y a des traces du drapeau français dans notre drapeau’’, confie-t-il à la RTI 1.

Le débat, ainsi, ouvert, atterrit sur la table des députés de l’Assemblée constituante pour discuter du projet d’adoption de l’emblème national ‘’ orange-blanc-vert’’

Dr Augustin Loubao préfère le ‘’ rouge’’ à ‘’ l’orange’’ qui traduit, selon lui, le souvenir du gage de ‘’ notre détermination à verser le sang pour défendre notre République’’, ce qui donnerait un drapeau ‘’ rouge-blanc-vert’’ comme emblème national.

La réaction de l’Assemblée constituante est fulgurante.

Philipe Yacé Grégoire ne soumet pas la proposition de Dr Loubao aux ‘’ suffrages de l’Assemblée’’ car, estime-t-il, ce n’est pas ‘’ un amendement déposé dans les formes’’.

Coffi Gadeau calme le jeu. ‘’ Nous sommes ici pour accomplir un acte solennel comme nous l’avons fait le jour où nous avons proclamé la République de Côte d’Ivoire. Je crains que les débats malgré leur importance n’assombrissent la solennité de l’acte’’, conseille-t-il, demandant ‘’ un vote à l’unanimité sans plus de débats’’.

‘’ Messieurs, les débats sont clos. Le gouvernement et la commission maintiennent leur position à savoir l’emblème national de la République de Côte d’Ivoire est le drapeau orange-blanc-vert, en bandes verticales’’, tranche M. Yacé, et les députés s’accordent sur ce drapeau.

Un projet porté par un groupe de quatre personnes que sont Coffi Gadeau, Usher Assouan, Bilamé et Amon Tano qui en est fier. ‘’C’est notre drapeau’’ se réjouit, le géniteur de l’actuel Directeur de cabinet du Président de la République, Marcel Amon Tano.

Depuis 1960, le drapeau orange-blanc-vert, l’emblème de la Côte d’Ivoire véhicule le même message et enseigne aux générations actuelles et futures les vertus qui fondent le patriotisme ivoirien.

Présentant les couleurs du drapeau national, Mamadou Coulibaly, rapporteur de la commission a souligné que ‘’ la bande Orange exprime l’éclat de l’épanouissement national, en même temps qu’elle fait penser aux Savanes du Nord. La bande Blanche magnifie la paix dans la pureté et l’union des cœurs et est le gage de notre succès et la bande Verte, expression de notre espérance dans l’avenir rappelle la luxuriante forêt vierge de Côte d’Ivoire, première grande source de la prospérité nationale’’.

L’alignement vertical des trois bandes qui forment, ainsi, l’emblème, symbolise la jeunesse dynamique de l’Etat qui part de l’avant sous le triple signe de l’Union, la Discipline et le Travail, la devise de la Côte d’ivoire.

C’est ce drapeau qui illumine les artères, les deux ponts qui traversent la lagune Ebrié pour relier le nord au sud d’Abidjan, les bâtiments administratifs et privés… à quelques heures de la célébration, jeudi, de l’An 54 de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

HS/ls/APA

27/06/2014

Côte d’Ivoire: le parlement adopte en Commission la loi sur la chefferie traditionnelle Publié le vendredi 27 juin 2014 | APA

10352208_10202043391190182_5543088765213850464_n.jpg

Abidjan (Côte d'Ivoire) - Le parlement ivoirien a adopté, jeudi, en Commission la loi portant statut des rois et chefs traditionnels .

"Cette loi est conforme à la constitution (...)", a déclaré le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko qui a défendu le texte devant les députés en sa qualité de Commissaire du gouvernement.

"Les rois et chefs traditionnels vont bénéficier de moyens nécessaires dans l'exercice de leur fonction par le biais d'une Chambre des rois", a ajouté M. Bakayoko.

Le gouvernement ivoirien a adopté en janvier dernier ce projet de loi qui reconnaît désormais un cadre légal affirmé aux rois et chefs traditionnels, qui jouent un rôle important dans la société.

Ce projet prévoit deux organes que sont l’Assemblée générale des rois et chefs traditionnels se réunissant au moins une fois par an et la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels.

La Chambre nationale des rois et chefs traditionnels, dotée d’un directoire, bénéficiera, pour son fonctionnement, d’une subvention de l’Etat payée sur le budget national. La loi sur la chefferie traditionnelle en vigueur jusque-là en Côte d'Ivoire date de la période coloniale.

05:14 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

26/06/2014

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 25 juin 2014 Publié le jeudi 26 juin 2014 | Ministères

Korogho-Communique-conseil-ministres-Afoussiata-Bamba-Kone-Bruno-0007.jpg

Le mercredi 25 juin 2014, un Conseil des Ministres s’est tenu de 11h00 à 12h00, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants:

A/-Mesures Générales
− Projets de loi
− Projets de décrets
B/-Mesure Individuelle
C/-Communications
D/-Divers


A/ - MESURES GENERALES


PROJETS DE LOI

Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté deux projets de loi :

• un projet de loi relatif à la définition et à la répression de l’usure;

• un projet de loi relatif au taux de l’intérêt légal ;

Ces deux projets de loi interviennent dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme institutionnelle de l’UEMOA et de la BCEAO en matière de répression de l’usure dans les Etats membres de l’Union en vue de protéger les emprunteurs d’argent contre les pratiques usuraires.
Aussi, ces projets de loi visent à mettre en conformité les normes communautaires avec la pratique relevée dans la plupart des pays de l’Union, qui consiste à séparer la législation sur l’intérêt légal de celle réprimant les pratiques usuraires.


PROJETS DE DECRETS

1-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, en liaison avec le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté un décret portant création de l’emploi de pompier civil.

Ce décret qui crée dans la famille des emplois scientifiques et techniques, l’emploi de pompier civil, a pour objet de remédier à l’insuffisance de personnel opérationnel voué à la prévention des risques ainsi qu’à l’organisation et à la mise en œuvre des moyens de secours en cas de catastrophes naturelle, humaine ou technologique.
Cette mesure traduit la volonté du Gouvernement de faire face aux nombreux et nouveaux défis tels que la demande croissante de sécurité engendrée par la montée des risques et l’impérieuse nécessité de la couverture du territoire nationale pour apporter des réponses de proximité.

2-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle, en liaison avec le Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté un décret portant création de l’Institution de Prévoyance Sociale dénommée «Caisse Nationale d’Assurance Maladie », en abrégé IPS-CNAM.

La loi n°2014-131 du 24 mars 2014 instituant la couverture maladie universelle instaure un système national obligatoire de couverture du risque maladie en vue d’assurer à l’ensemble des populations ivoiriennes et non ivoiriennes vivant en Côte d’Ivoire, un accès équitable à des soins de santé de qualité à travers des mécanismes de prise en charge collective et solidaire des dépenses de santé.
En application de cette loi, le présent décret portant création de l’IPS-CNAM répond à la fois à la nécessité de faire aboutir efficacement le processus d’opérationnalisation du système de couverture maladie universelle et d’honorer l’engagement pris par l’Etat de garantir à toute personne l’égal accès aux soins de santé, en vertu des dispositions de l’article 25 ;1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de l’article 5 de notre Constitution.

3-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Infrastructures Economiques

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt additionnel d’un montant total de cinq millions trois cent soixante mille (5 360 000) dollars US, soit environ deux milliards six cent quatre-vingts millions (2 680 000 000) de francs CFA, conclu le 29 janvier 2014 entre le Fonds de l’OPEC pour le Développement International (OFID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet de construction du Pont de Jacqueville.
Ce projet de construction du pont de Jacqueville permettra non seulement d’assurer une liaison directe et permanente entre le département de Jacqueville et le reste du pays mais également de développer les unités industrielles et techniques dans la zone.

4-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret déterminant les modalités d’application de la loi n° 2014-138 du 24 mars 2014 portant Code minier.

La loi portant Code minier vise à promouvoir le développement du secteur minier. Elle a notamment pour objectif d’assurer à l’Etat de Côte d’Ivoire des revenus adéquats, de garantir aux opérateurs privés une rentabilité de leurs exploitations, de permettre aux populations riveraines de bénéficier des retombées socio-économiques des projets miniers et de prendre en compte les évolutions récentes sur le plan environnemental.

Ce décret précise, en application de cette loi, les dispositions concernant les titres miniers et les autorisations d’exploitation minières semi – industrielles et artisanales, de substance de carrière, le diamant et l’or brut, le développement communautaire et les questions environnementales.

S’agissant des titres miniers, le décret précise également, les délais d’instruction des demandes d’attribution et de renouvellement ainsi que les conditions de leurs octrois.


B/-MESURE INDIVIDUELLE

Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Monsieur MARIO FELIZ en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République d’Angola près la République de Côte d’Ivoire.




C/ - COMMUNICATIONS

1-Au titre du Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable et le Ministère des Eaux et Forêts

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication portant sur une décision de reconstitution de la forêt du Banco dans la totalité de ses limites initiales par l’incorporation de la parcelle de terrain abritant le lotissement dénommé «le Triangle de Sagbé ».


2-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Premier Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au « Road Show », en vue de la mobilisation de 500 millions de dollars, du 07 au 18 juillet 2014 en Angleterre et aux Etats Unis d’Amérique.

Dans le cadre de la mobilisation des ressources nécessaires au financement du Budget au titre de l’année 2014, le Premier Ministre, à la tête d’une délégation ivoirienne se rendra à Londres, New York, Boston, San Francisco et à Los Angeles en vue de prendre part à une campagne de marketing itinérante dénommée « Road Show » destinée à la levée de fonds sur le marché financier international pour un montant de 500 millions de dollars.
A l’occasion du « Road Show », le Premier Ministre partagera avec le monde des finances la vision et les stratégies de développement économique du Gouvernement, les résultats macro-économiques et les perspectives à moyen terme ainsi que les grandes réformes envisagées afin de maintenir et d’améliorer les performances économiques de notre pays.

3-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à l’état d’avancement du processus de sélection des lauréats pour la Journée nationale de l’Excellence.

La volonté du Président de la République de remettre à l’honneur le mérite et le savoir-faire dans les domaines clé de l’activité économique, social et culturelle a présidé en 2013 à la réinstitution des prix d’excellence.
Pour l’édition 2014, après l’examen des prix d’excellence proposés par les différents ministères et la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), le Comité national présidé par Monsieur le Premier Ministre a retenu 54 prix d’excellence répartis comme suit :
− secteur public : 23 prix ;
− secteur privé : 18 prix ;
− société civile : 13 prix.
Chaque lauréat recevra des mains du Président de la République un trophée, un diplôme et un chèque d’un montant de 10 millions de francs CFA. La cérémonie de remise des trophées et récompenses aux lauréats nationaux se déroulera le vendredi 1er août 2014 au Palais présidentiel, sous la présidence du Chef de l’Etat.


4-Au titre du Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la recherche de 850 hectares de terrains à aménager pour recaser les habitants des quartiers précaires à risque.

Le Conseil déplore les nombreux dégâts matériels et humains occasionnés par les pluies diluviennes qui s’abattent sur le District d’Abidjan et l’intérieur du pays depuis le début du mois de juin 2014. Le nombre de victimes en ce début de saison de pluie atteint déjà 23 personnes décédées, toutes issues des quartiers précaires de la ville d’Abidjan notamment des communes d’Attécoubé et de Cocody.
Aussi, en vue de prévenir durablement les sinistres auxquels s’exposent les populations à faibles revenus, enclines à des solutions précaires de logement, le Conseil a arrêté des mesures urgentes à prendre à court terme et des mesures de prévention des sinistres à prendre à moyen terme.
Au titre des mesures urgentes, quatre actions majeures s’imposent à court terme :
− mettre à la disposition des équipes du Ministère en charge de l’Assainissement et celles du plan ORSEC, des moyens matériels et financiers pour procéder à la démolition de tous les bâtiments construits sur les sites à très haut risque ;
− affecter une somme d’un million (1.000.000) de francs CFA par personnes décédées et offrir des vivres et non vivres aux populations sinistrées, en liaison avec le Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant ;
− impliquer les Maires pour la sécurisation et le reboisement des sites ;
− démolir sans délai toutes les constructions qui ont été faites sur les ouvrages d’assainissement dans les quartiers de moyen et haut standing.

Au titre des mesures de prévention des sinistres à prendre à moyen terme, quatre actions essentielles s’imposent également :
− budgétiser chaque année, les opérations de prévention des sinistres ;
− activer la Commission du Comité ad’hoc interministériel pour la recherche de financement, la purge et l’aménagement de plus de 850 ha de terrains ;
− procéder au lancement d’une vaste opération de démolition de tous les sites des quartiers précaires à risque ;
− procéder à la sécurisation et au reboisement des sites à risque par les Mairies.
Vu le caractère social et sensible de la situation des quartiers précaires à risque, le Gouvernement a marqué sa solidarité totale à toutes les mesures préconisées par le Ministère en charge de l’Assainissement.


D/ - DIVERS

Au titre du Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques

Sur présentation du Ministre, le Conseil a marqué son accord pour la poursuite du processus de dégel des comptes et pour la poursuite des procédures d’examen des dossiers de mise en liberté provisoire des détenus de la crise post – électorale.




Fait à Abidjan, le 25 juin 2014
Affoussiata BAMBA-LAMINE
Ministre de la Communication
Porte-parole Adjointe du Gouvernement
porteparoledugvt@egouv.ci

06:45 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

05/06/2014

Identification : reprise de la délivrance de la carte nationale d’identité dans un mois Publié le jeudi 5 juin 2014 | Ministères

bruno(6).jpg

La délivrance de la carte nationale d’identité (CNI) aux citoyens ivoiriens reprendra normalement dans un mois. Cette information a été rapportée ce mercredi 4 juin par le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné au sortir du conseil des ministres qui s’est tenu au palais présidentiel. Suspendue depuis plusieurs années, la délivrance de la CNI sera opérée par l’Office national d’identification(ONI) à qui a été confié conformément à ses attributions, le soin d’effectuer l’identification des ivoiriens, d’établir et de délivrer aux personnes demandeuses des cartes d’identité nationales. La CNI sera délivrée aux ivoiriens de plus de 16 ans sous la condition de fournir un certificat de nationalité et un extrait d’acte de naissance. Le porte-parole du Gouvernement a fait savoir qu’à cet effet, le conseil des ministres a adopté une ordonnance porte modification de l’article 901 du code général des impôts et son application prend effet dans un mois. Aux termes de cette mesure, le droit de timbre pour l’établissement de la CNI est fixé à 5000 FCFA, représentant selon le ministre Bruno Koné les frais de confection d’une pièce d’identification biométrique fiable, car répondant aux normes de sécurité.

"Vous savez que la nouvelle carte nationale d’identité est fabriquée en conformité avec certain nombre d’exigences, de normes internationales qui permettent de la sécuriser et de renforcer les contrôles sur cette carte qui comporte une puce », a renseigné le ministre de la Poste et des TIC.


Selon le porte-parole du Gouvernement, la mesure concerne les personnes qui n’ont pu se faire enrôler lors de l’opération d’identification en 2009, les nouveaux majeurs et ceux qui ont égaré leur carte nationale d’identité.


«La mise en œuvre effective de la mesure prend effet dans un mois. Les cartes nationales d’identité seront délivrées dans les lieux habituels,» a-t-il conclu.

 

08:36 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

06/05/2014

Côte d’Ivoire: le gouvernement va sévir contre le boycott du recensement (porte-parole) Publié le lundi 5 mai 2014 | AFP

Conseil-Ministres-0001(2).jpg

Abidjan - L'appel au boycott du recensement national de la population en Côte d'Ivoire lancé par l'opposition après son démarrage le 17 mars est un acte puni par la loi, a averti lundi à Abidjan le gouvernement ivoirien, prévoyant de sévir.

"Le gouvernement prendra désormais ses responsabilités vis-à-vis de ceux qui troublent d'une façon ou d'une autre le déroulement de cette opération", a annoncé Bruno Koné, son porte-parole, à l'issue d'un conseil des ministres.

M. Koné a mis en garde "les personnes qui lancent les appels au boycott" que leurs prises de position qui "perturbent l'ordre public" sont punies par la loi.

La justice "commencera à observer et des décisions seront prises immédiatement", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement a toutefois reconnu que malgré un taux de dénombrement allant de "20% à 93%", l'opération connaissait "des difficultés de terrain, notamment des problèmes de mobilité du personnel, des retards de livraison des équipements informatiques".

Cette déclaration du gouvernement coïncide avec la réaction de l'opposition qui évoque un "échec cuisant" du recensement après avoir appelé à son boycott massif.

"Le bilan à mi-parcours" du recensement, le premier depuis 16 ans, "montre
un rejet total de l'opération par la population", a déclaré dans un
communiqué, le Front populaire ivoirien (FPI, pro-Gbagbo), principal parti
d'opposition, y voyant une "adhésion massive" à son mot d'ordre de boycott.

"Le recensement a été rejeté par 90% de la population", souligne le texte,
estimant qu'"en réalité, toute opération réalisée au-delà du délai de 21 jours
comporte beaucoup de biais qui la rende irrecevable et sans objet".

Le FPI, "constatant l'échec cuisant" du recensement prévu pour durer 21
jours demande au président ivoirien Alassane Ouattara "d'en tirer toutes les
conséquences en prononçant son arrêt immédiat et sa reprogrammation dans un
cadre de consensus national apaisé et d'une meilleure maîtrise technique".

Le chef de l'opposition, Pascal Affi N'Guessan, avait appelé au boycott
massif du recensement trois jours après son lancement officiel, arguant que
des obstacles politiques devaient être surmontés avant que cette enquête
puisse se tenir.

Pour le chef du FPI, la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait plus
de 3.000 morts, a aussi "profondément divisé" les Ivoiriens, et a créé des
"obstacles politiques à surmonter avant le démarrage de l'opération".
Le recensement national se déroule dans un contexte post-crise où la
question de la nationalité avait déclenché une décennie de contestations
politico-militaires.

L'opération, organisée tous les dix ans, n'avait pu se tenir en 2008 en
raison de la crise secouant la Côte d'Ivoire, alors coupée en deux.

La dernière enquête nationale date de 1998. Le pays comptait alors 16,3
millions d'habitants. Soit 6 ou 7 millions de moins que la population estimée
aujourd'hui.

D'un coût global de 12 milliards de francs CFA (environ 18 millions
d'euros), l'opération mobilise 30.000 agents qui sillonnent plus de 10.000
villages, munis de smartphones et non plus de formulaires en papier.

ck-eak/jeb

 

Comment
 

02:49 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |