topblog Ivoire blogs

02/01/2014

Déblocage des avancements et revalorisation des salaires : Réaction des syndicalistes Publié le jeudi 2 janvier 2014 | Le Patriote

ADO3(5).JPG

Le déblocage des avancements et la revalorisation des salaires des fonctionnaires annoncés par le chef de l’Etat, lors de son adresse à la Nation, sont diversement accueillis par les centrales et formations syndicales.
Abonga Yves Koutouan (Président de l’ISEF)
«Que les autres revendications trouvent une solution»
« Nous saluons la décision du déblocage des avancements et la revalorisation des salaires des fonctionnaires. C’est une mesure légale. Les précédents gouvernants ont refusé de l’appliquer. Cette décision permettra aux fonctionnaires de bénéficier de leurs salaires réels. Mais, nous nous interrogeons si le déblocage des avancements est égal à la revalorisation des salaires. Le chef de l’Etat n’a pas été très explicite sur ce sujet. Les revendications de l’Intersyndicale du Secteur Education / Formation (ISEF) se résument en quatre points : le paiement des stocks des arriérés liés au profil de carrière, les indemnités de logement, le paiement des 25 % restants des bonifications indiciaires des instituteurs et les 25 % du glissement catégoriel, la revalorisation des salaires et le déblocage des avancements. Le Président de la République a répondu favorablement au déblocage des avancements. Nous souhaitons que les autres points des revendications trouvent également une solution. »

Gnelou Paul (Secrétaire général du SNEPPCI)
« Nous sommes très heureux »
« Nous sommes vraiment heureux ! Ce que le Syndicat National de l’Enseignement Primaire Public de Côte d d’Ivoire (SNEPPCI) a demandé, c’est ce que le chef de l’Etat a fait. Nous lui disons merci au Président Alassane Ouattara pour les tous les efforts consentis. Beaucoup d’efforts sont faits. Et nous constatons que le pays est en chantier. En tout cas, tout est fait pour le bien-être des travailleurs. Nous sommes vraiment satisfaits, car il a accédé à la demande du SNEPPCI. Depuis la crise, nous avons maintenu le pays debout, aujourd’hui il y a la croissance, donc il faut repartir le fruit de la croissance économique et le Président de la République, le fait très bien. Nous pensons que c’est une très bonne chose et nous l’encourageons à poursuivre dans ce sens. En tout cas, avec tous ces efforts déployés par le Président, la Côte d’Ivoire pourra être un pays émergent à l’horizon 2020. »

Dago Boga Elie (SG Centrale Syndicale Dignité)
« Nous attendons que cette décision soit une réalité »
« J’ai bien écouté le discours du Président de la République et je n’ai pas voulu que quelqu’un me le relate. Il a évoqué le déblocage des salaires et l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Il ne faut pas oublier l’un des deux éléments de ce discours. A entendre le Président, il va dans le sens voulu par la Confédération Dignité. Car, faire une augmentation de salaires sans débloquer le salaire des fonctionnaires, cela n’aura absolument aucun sens. Au contraire cela va semer la zizanie et raviver les injustices. Car en son temps, avec la lutte que certains corps de fonctionnaires ont mené, il y a eu des débuts de déblocage de salaires. J’en veux pour exemple, les enseignants et le corps médical. Quelque chose a été déjà fait. Et si on doit augmenter les salaires, je ne sais pas dans quelle proportion cela sera fait. Dans un premier temps, il faut assainir la base : c’est-à-dire débloquer les salaires de tous les fonctionnaires ivoiriens avant de nous dire le taux de revalorisation de ces salaires. Mais, c’est une promesse et sur la question le Président n’a pas été ferme. Il aurait dû annoncer officiellement le taux d’augmentation du salaire des fonctionnaires. Cela allait situer davantage les leaders syndicaux que nous sommes. Et le chef de l’Etat n’a pas affiché lors de son discours une volonté ferme d’appliquer cette décision. Il n’a pas donné du tout de date. Il s’est contenté simplement de dire qu’en janvier 2014 les avancements seront débloqués et les salaires revalorisés. En tout cas, nous attendons de voir. Nous attendons que cette décision soit une réalité. Il faut d’abord débloquer les salaires avant de passer à leur revalorisation.»

Léon Joseph Ebagnerin (SG UGTCI)
«Nous saluons avec bonheur cette décision »
« Nous saluons avec beaucoup de bonheur cette décision du Président de la République. Nous lui disons merci pour ce qu’il a fait et pour ce qu’il entend faire. Nous avons été comblés de ce que ce soit un très beau cadeau qu’il nous fasse pour ce mois de janvier. Nous pensons que nous avons une mission, c’est de l’accompagner et de nous ouvrir au fait que la Côte d’Ivoire redevienne le fleuron de l’Afrique de l’Ouest. Et qu’elle soit un référentiel dans la sous-région. Nous disons également merci au Président pour ses grands chantiers, nous constatons que les choses bougent. C’est heureux de voir ce développement là. Il y a dix ans, on n’était pas à ce niveau là. On sent que ça bouge, on voudrait l’appuyer dans le cadre de ses belles initiatives.»

Propos recueillis par Anzoumana Cissé

07:23 Écrit par BEN2013 dans Syndicats/syndicalisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.