topblog Ivoire blogs

19/08/2014

Voici celle qui doit faire libérer Gbagbo. Portrait signé César Etou de Notre voie

AGO.jpg

[...]qui est Marthe Ago-Amon, cette dame qui hérite d’un challenge aussi difficile qu’historique ?
Marthe Ago est, avant tout, une épouse et une mère comme toutes les autres femmes. Elle a vu le jour le 30 juillet 1949 à Agnibilékrou, 300 km d’Abidjan, à l’Est de la Côte d’Ivoire. Elle est mariée et mère de quatre enfants. Là, s’arrête la comparaison avec les femmes ordinaires. Car, Mme Amon est une intellectuelle accomplie, titulaire d’un doctorat de 3ème cycle en Droit des Affaires depuis 1981, enseignante à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody. Elle est férue de politique et de démocratie. Membre du Syndicat national des Enseignants du Supérieur (SYNARES), elle adhère naturellement au Front populaire ivoirien, en 1991, un an après le retour du pays au multipartisme. Elle fait ses classes, avec humilité, au plus bas niveau de l’échelle politique, celui des militants de base, avant d’être remarquée et récompensée, en 1996, avec son entrée au Comité de Contrôle du Fpi. De là, elle ne mettra que trois ans pour entrer au Secrétariat général du parti, auprès de… Laurent Gbagbo lui-même ! Nous sommes en 1999.
Le 24 décembre de cette année, la Côte d’Ivoire connaît son premier coup d’Etat. La nécessité d’une nouvelle constitution ivoirienne devient un passage obligé. Marthe Ago-Amon est présente. Elle est désignée Rapporteur de la Sous-commission « Charte des Libertés et des Droits » dans le cadre de la préparation des textes de la Constitution de la IIème République de Côte d’Ivoire. En octobre 2000, Laurent Gbagbo accède à la magistrature suprême du pays et Marthe Ago est appelée à plusieurs missions : Conseillère technique chargée des Affaires juridiques et institutionnelles au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (février 2000), Chef du projet « Coordination du Programme de Valorisation des Ressources humaines Phase II (PVRH-2) » audit ministère (juin 2000), Secrétaire générale adjointe du Gouvernement (novembre 2000). Elue député en décembre 2000, Marthe Ago-Amon accède aussi au poste de 1ère Vice-présidente du parlement ivoirien, une première en Côte d’Ivoire. C’est d’ailleurs son imposante silhouette que l’on verra présider, avec brio, de nombreux travaux parlementaires pendant dix ans, de 2001 à 2011.
Marthe Ago-Amon est très marquée par son militantisme dans les mouvements associatifs chrétiens (Jeunesse estudiantine Catholique ou JEC et Fondation Jésus en Afrique). Elle a laissé des traces aussi dans des organisations féministes (Réseau des Femmes africaines ministres et parlementaires, section de Côte d’Ivoire, REFAMPCI ; Coalition des Femmes leaders de Côte d’Ivoire, C.Fe.L.C.I). Secrétaire générale du Congrès national de Résistance pour de la Démocratie (CNRD) où elle a remplacé Mme Simone Gbagbo (prisonnière politique en otage à Odienné), voilà la collaboratrice du président Bernard Belin Dadié chargée, depuis ce samedi 14 août 2014, de la lutte pour la libération du président Gbagbo, injustement enfermé depuis novembre 2011 à la Haye. Que va faire Marthe Ago-Amon ? « Wait and see », disent les Anglais.


 

07:16 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Partis politiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.