topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01/09/2014

Education nationale / Réaffectation des élèves PDFImprimerEnvoyer Samedi, 30 Août 2014 21:25 L'ACTUALITE - A LA UNE DE L'IA

k.camara.jpg

Le ministre Kandia Camara a encore beaucoup de travail à faire pour les affectations

Les parents dans le doute et l’espoir

 

Pour des raisons diverses et multiformes, les parents ou les élèves ne sont pas d’accord avec les affectations qui ont été faites pour les admis en 6ème et en Seconde. C’est donc la ruée vers les demandes de réaffectations avant la rentrée scolaire. Depuis le lundi 25 août 2014, les demandes des réaffectations des élèves orientés en 6ème et 2nd ont commencé au Lycée classique d’Abidjan. Elles prennent fin le samedi 30 août 2014. Pour être retenus parmi les postulants à la réaffectation, il faut fournir la photocopie de la colonne de l’élève, une demande manuscrite signée par le père ou la mère de l’élève. Il faut y ajouter une photocopie de la carte d’identité du parent et un imprimé tiré sur le site du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique. C’est muni de tous ces documents qu’il faut se présenter devant le guichet approprié pour payer la somme de 2 000 francs avant d’aller déposer les dossiers dans un autre guichet. Pour ceux qui n’ont pas pu tirer leur imprimé à l’ordinateur avant d’arriver au Lycée classique, il y a des gens sur place pour le leur délivrer, moyennant la somme de 500 FCFA. Aussi, ceux qui n’ont pas de papier-ministre pour rédiger leur courrier, il y a des gens qui les vendent à 500 francs avec service de texte bien écrit et l’acheteur n’a que sa signature à apposer. A contrario, le papier-ministre est vendu à 100 francs pour tous ceux qui préfèrent rédiger euxmêmes leur courrier. Dans le courrier, il faut indiquer les raisons de la réaffectation. Beaucoup de parents évoquent le rapprochement de leur enfant du domicile familial quand certains veulent un établissement public. Les raisons sont diverses et multiformes selon les parents et les élèves. Entre doute et espoir Après avoir déposé les dossiers, les parents ou les candidats à la réaffectation doivent attendre le lundi 8 septembre 2014 pour savoir si leur requête a rencontré un écho favorable. Les listes seront affichées sur des tableaux devant l’administration du lycée classique. Chacun pourra, ce jour-là, les consulter pour savoir quel est ‘’son sort’’. Avant d’y parvenir, le dépôt des dossiers est un véritable parcours du combattant pour tous les parents ou élèves. Car, très tôt les matins, les guichets sont pris d’assaut par les requérants pour être sûrs de remplir toutes les formalités. Ils font le pied de grue pendant des heures avant d’arriver au guichet où il faut payer les 2000 francs puis, vont faire un autre rang pour déposer les dossiers. Après avoir déposé le dossier, on enregistre le nom et le contact du parent d’élève dans un cahier pour des besoins éventuels. C’est dans cette ambiance d’espoir teintée de doute que les parents quittent les lieux avec le sentiment d’avoir bien fait leur demande. Contraintes du ministère Selon Kabran Assoumou, le Directeur de cabinet du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, il y a des contraintes budgétaires à respecter qu’il faut prendre en compte avant toute affectation. Il s’agit de diminuer au maximum le flux des élèves affectés ou réaffectés dans les établissements privés. Parce que l’Etat rester devoir déjà beaucoup de milliards de FCFA aux établissements privés, à titre de frais de scolarité. L’Etat paie pour un élève affecté au privé la somme de 100 000 francs pour la 6ème et 120 000 francs pour la Seconde. Des sources proches du ministère indiquent que certains établissements privés sont tellement sollicités pour la qualité de leur enseignement qu’ils refusent des réaffectations. Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique a déclaré plusieurs fois que son souhait est de construire beaucoup de nouveaux établissements publics pour que tous les élèves en Côte d’Ivoire soient affectés le plus proche possible du domicile familial. En attendant les parents d’élèves vont continuer à fournir tous les efforts possibles pour mettre leurs enfants dans de meilleures conditions d’études.

M. Ouattara

06:44 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.