topblog Ivoire blogs

29/09/2014

CPI : la défense demande l’abandon des poursuites contre Blé Goudé Publié le lundi 29 septembre 2014 | APA

ble-goude2.jpg

La défense a demandé l’abandon des poursuites contre l’Ivoirien Charles Blé Goudé accusé de ‘’184 meurtres, 38 viols, 126 actes inhumains et 348 persécutions’’, estimant que son client n’est qu’un « insignifiant » de la galaxie patriotique.

« Ce n’est pas parce que Charles Blé Goudé était présenté comme le Chef des jeunes qu’il est responsable de tout ce qui s’est passé », a-t-elle argumenté en demandant l’abandon des charges contre M. Blé Goudé.

« Nous démontrerons qu’il n’est pas le Chef de cette galaxie patriotique composée de nombreuses associations et milices. Il n’est qu’est un insignifiant de la galaxie patriotique (…) », a poursuivi la défense de l’ex-ministre de la jeunesse dans le dernier gouvernement de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo.

Charles Blé Goudé, ancien chef de la galaxie patriotique, mouvement proche de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, vêtu d’un costume sombre, au crâne rasé portant des lunettes est apparu, lundi, serein à l’audience de confirmation menée par la Chambre préliminaire I, composée des juges Silvia Fernández de Gurmendi (juge présidente), la juge Ekaterina Trendafilova et la juge Christine Van den Wyngaert.

Selon l’accusation, Blé Goudé a ‘’ participé à un plan concocté par Laurent Gbagbo et son entourage dont fait partie le suspect’’ pour confisquer le pouvoir après le verdict de la Commission électorale indépendante (CEI) donnant Alassane Ouattara vainqueur de la présidentielle de novembre 2010 et reconnu comme tel par la communauté internationale.

Sous l’impulsion de M. Blé, a soutenu le parquet, ses partisans ‘’ont tué, violé, brûlé vifs’’ des personnes jugées partisanes de M. Ouattara et ce, sur des bases de faciès ou ethnique.

Pour l’accusation, il ne fait aucun doute, ‘’Blé Goudé est responsable de 184 meurtres, 38 viols,126 actes inhumains et 348 persécutions’’, accuse Fatou Bensouda dont les collaborateurs ont présenté des vidéos où l’ancien ministre de la jeunesse du régime Gbagbo donnait des ‘’consignes précises’’ à ses partisans pour ‘’s’opposer par tous les moyens à l’ONUCI de circuler’’ ou encore pour ‘’dénoncer tout étranger dans vos quartiers’’.

A l’issue de l’audience de confirmation des charges, qui dure jusqu’à jeudi, une décision de la chambre décidera, dans un délai de 60 jours de l’opportunité ou non d’un procès.

LS/APA

20:18 Écrit par BEN2013 dans CPI | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

27/09/2014

Alassane Ouattara appelle à «poursuivre en justice » les enseignants auteurs de grossesses en milieu scolaire Publié le mardi 23 septembre 2014 | APA

IMG_0867(1).jpg

La question des grossesses en milieu scolaire, demeure une ‘’préoccupation importante’’ pour la Côte d’Ivoire, a souligné, lundi, aux Etats-Unis, le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, proposant la prise de mesures ou le vote de lois par l’Assemblée nationale afin de ‘’poursuivre en justice’’ les enseignants qui seraient coupables de tels actes.

Il a fait cette déclaration lors d'une rencontre de haut niveau des Chefs d'Etat du Sahel, sur le ‘'Dividende démographique dans le Sahel'', à l'invitation conjointe de la Banque mondiale et du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), au siège des Nations Unies.

Selon une note d'information transmise à APA, M. Ouattara a indiqué partager la vision de ses collègues Chefs d'Etat qui l'avaient précédé sur le sujet des « questions liées à la fécondité élevée dans nos pays et aux difficultés dans le domaine de l'éducation, surtout celle des jeunes filles, et à la santé ».

A cet égard, il a préconisé des ‘'actions très fortes'', telles que la prise de mesures ou le vote de lois par l'Assemblée nationale afin de ‘'poursuivre en justice'' les enseignants qui seraient coupables de tels actes.

Ces grossesses qui surviennent en milieu scolaire participent aux taux d'échec à la fin des années scolaires. Pour seulement l'année scolaire 2012-2013, le ministère de l'éducation nationale et de l'enseignement technique a noté plus de 2500 cas de grossesses dans les écoles primaires et secondairesdu pays.

Alassane Ouattara a, par ailleurs, indiqué que l'éducation qui est un sujet majeur en Côte d'Ivoire, a amené le Gouvernement à décider de la construction de lycées et collèges de jeunes filles, surtout dans la partie nord du pays où le taux de scolarisation est très faible. Dans ce cadre, il a annoncé que dès l'année prochaine, l'école sera ‘'obligatoire et si possible gratuite'' dès l'âge de 6 ans et ce jusqu'à 16 ans.

Après cette conférence avec ses homologues, le Chef de l'Etat ivoirien s'est rendu en compagnie de la Première dame, Dominique Ouattara, à ‘'Open Society Fundations'' où il a échangé avec M. Georges Soros, Président Fondateur de cette structure qui œuvre à la promotion de la bonne gouvernance démocratique, des droits de l'homme ainsi que pour les réformes économiques, sociales et légales.

Au terme de la rencontre, Alassane Ouattara a indiqué avoir échangé avec M. Soros sur la possibilité pour la Fondation de ‘'s'impliquer davantage'' en Côte d'Ivoire, où elle intervient déjà au niveau de la Pharmacie de la Santé Publique par un don à hauteur de un million de dollar par an en médicaments.

Il a dit avoir également profité de l'entretien avec M. Soros pour solliciter l'aide de sa Fondation dans la lutte contre la fièvre Ebola ainsi que dans la construction de collèges de jeunes filles dans chaque District de la Côte d'Ivoire.

M. Ouattara a en outre demandé l'appui de la Fondation pour la mise en œuvre de son programme de gouvernement qui est de rendre l'école obligatoire et gratuite pour les enfants de 6 à 16 ans.

Alassane Ouattara séjourne depuis, samedi, à New York (USA), à la faveur de la 69è Session de l'Assemblée générale des Nations Unies.


LS/hs/APA

26/09/2014

CPI: Geoffrey Henderson désigné Président de la chambre chargée de juger Gbagbo Publié le vendredi 26 septembre 2014 | APA

GEOFFREY-HENDERSON.jpg

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé, jeudi, que le juge Geoffrey Henderson (Trinité-et-Tobago) a été désigné, Président de la chambre de première instance I en charge de l’affaire de l’ex-Président Laurent Gbagbo.

Le 17 septembre dernier, la CPI avait reconstitué cette chambre, désormais, composée des juges Cuno Tarfusser (Italie), Olga Herrera-Carbuccia (République dominicaine) et Geoffrey Henderson (Trinité-et-Tobago) .

Avant de prendre ses fonctions à la CPI, Geoffrey Henderson, siégeait à la chambre correctionnelle de la Haute Cour de justice de son pays en tant que juge de première instance .

Le 12 juin 2014, la Chambre préliminaire I a confirmé, à la majorité, quatre charges de crimes contre l’humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire–tentative de meurtre, et persécution) à l’encontre de Laurent Gbagbo et l’a renvoyé devant une chambre de première instance pour y être jugé sur la base des charges confirmées.

Le 11 septembre 2014, la Chambre préliminaire I a rejeté la demande d’autorisation de la Défense d’interjeter appel de la décision de confirmation des charges dans cette affaire.

06:08 Écrit par BEN2013 dans CPI | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

25/09/2014

Merci pour TOUT...Je pars huit(08) ans après !!!

BOEHI 2 COMPRESSE.jpg

- 27 Octobre 2006- 23 septembre 2013... J'ai passé huit à la tête de la circonscription Primaire de Tiassalé 1 où j'ai servi mon pays avec amour, avec passion, avec dignité et détermination. Pendant ces années, j'ai connu des joies, j'ai fais la connaissance de nouvelles personnes, j'ai fais de nouveaux amis, j'ai côtoyer des personnalités dont le Préfet GOUESSE JULES , la DDENET Maman N'Gbesso, les IEPP Cecilia, et Kra Anita... En huit ans j'ai connu aussi des moments tristes ( décès de mon fils Gilchrist, de mon petit frère Guillaume, de Papa Antoine, de mon frère Michel, de mes collaborateurs, l'incendie de ma résidence...). Pendant ces huit ans, j'ai partagé de bons moments dans le cadre des activités de l'Amicale des Directeurs, Chefs de services et leurs Adjoints . J'assure actuellement la Présidence de cette Amicale. ,

Depuis cet après midi, par Décision n°1585/MENET/CAB/DRH du 23/09/2013, je suis muté à l'IEP Bouaké Belle ville. Avec la même passion, la même détermination, le même amour, je continuerai à servir ce pays que j'aime tant...

00:10 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école, sebedoufla | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

23/09/2014

Education : le MIDH dénonce les frais supplémentaires imposés aux élèves affectés dans le privé Publié le lundi 22 septembre 2014 | AIP

Abidjan - Le Mouvement ivoirien des droits humains (MIDH) dénonce les frais supplémentaires imposés aux élèves affectés par l’Etat dans les écoles privées, estimant que cela constitue des "entraves au droit à l’éducation".

« Ni les traités internationaux relatifs au droit à l’éducation, ni notre Constitution, encore moins les décrets et autres conventions relatives n’autorisent les promoteurs des établissements d’enseignement privé laïcs et confessionnels conventionnés à soumettre les parents dont les enfants sont affectés dans ces établissements à des frais complémentaires indûment perçus et constitutifs d’entraves au droit à l’éducation », déclare l’organisation dans un communiqué dont copie est parvenue lundi à l’AIP.

« Cela traduit la rupture du principe de l’égalité de tous devant la loi», ajoute le communiqué.

En plus des 3000 FCFA d’inscription, les élèves affectés dans les écoles privées s’acquittent des frais d’inscription fixés par chaque fondateur, alors que la tutelle a plafonné le droit d’inscription à 6000 FCFA dans le public.

Certains fondateurs exigent aux parents d’élèves le paiement de la différence entre la scolarité et le montant fixé par la convention qui lie l’Etat aux écoles privées. Cette convention permet à l’Etat de subventionner à hauteur de 120.000 FCFA la scolarité d’un élève de 6ème affecté dans le privé, et à 140.000 pour un élève de seconde.

(AIP)
dm/kkp/tm

01:17 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

22/09/2014

Formation à distance des maitres : la phase expérimentale de l’Ifadem lancée Publié le lundi 22 septembre 2014 | Notre Voie

La phase expérimentale de l’Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (Ifadem) a été lancée récemment. Au campus numérique francophone à l’université de Cocody par M Mamadou Binaté, secrétaire exécutif de l’Ifadem Côte d’voire. Selon celui-ci qui a animé un point de presse, ce lancement aura lieu dans les deux directions régionales de l’éducation nationale et de l’enseignement technique (Drenet) pilotes, Abengourou et Gagnoa. A l’en croire, le dispositif de l’Ifadem est hybride. Il allie a t-il poursuivi la formation en présentiel et la formation à distance. Il repose a t-il précisé sur les stratégies de la production d’une documentation pertinente. Sous forme de livrets thématiques qui sont mis à la disposition des instituteurs en auto-formation ; de la formation en présentiel des instituteurs par des animateurs dans le cadre de regroupements ; de l’encadrement de proximité des instituteurs par des tuteurs chargés de les aider à surmonter les difficultés, entretenir la motivation et évaluer les progrès… « La formation proprement dite des instituteurs commencera avec le premier regroupement qui aura lieu du lundi 22 au mercredi 24 septembre 2014 au Cafop d’Abengourou. Et du lundi 22 au samedi 27 septembre 2014 au Cafop de Gagnoa. La cérémonie solennelle d’ouverture de la formation se tiendra le jeudi 25 septembre 2014 au Cafop de Gagnoa en présence des coordonnateurs internationaux du projet basés à la Maison de la Francophonie à Paris en France » a t-il déclaré.

C. B.

10:17 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

18/09/2014

Revendications syndicales Gnélou Paul (SG Sneppci) : « Si l’état n’ouvre pas les discussions, nous déposons un préavis de grève » Publié le jeudi 18 septembre 2014 | Notre Voie

« Si l’Etat n’ouvre pas les discussions, nous allons déposer un préavis de grève. Si on nous précompte pour la mutuelle des personnels du ministère de l’Education nationale, nous irons à la grève sauvage ». C’est la menace qu’a brandie hier au régime, Gnélou Paul, le secrétaire général du Syndicat national des enseignants du primaire public de Côte d’Ivoire (Sneppci). Au siège de ce syndicat, sis à Marcory, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée. « Que l’Etat nous dise qu’il reconnaît le stock des arriérés et quand et comment il va le payer. Pour éviter des perturbations de l’année scolaire en cours, nous demandons instamment à l’Etat, d’ouvrir les discussions. » a t-il poursuivi. Gnélou Paul a exigé l’adhésion libre et individuelle, et non obligatoire, à cette Mutuelle, l’interdiction de tout prélèvement à la source au profit de cette mutuelle, le rétablissement des précomptes qui servent au fonctionnement des syndicats. « Depuis deux ans, le gouvernement refuse d’appliquer la recommandation des chefs d’Etat de l’Uemoa. Une manière insidieuse d’asphyxier et de faire disparaître les syndicats », a indiqué le conférencier. Concernant les indemnités de logement, il soutient que l’Etat doit à chaque instituteur, 456.000Fcfa. Et au titre de la bonification indiciaire et du reclassement, 912000 Fcfa. « Chaque instituteur doit percevoir 1.521.000Fcfa au titre des arriérés des indemnités de logement, de la bonification et du reclassement », a-t-il martelé. Les autres revendications en souffrance remises au goût du jour par le conférencier, sont entre autres la dotation en carburant (suspendue) des conseillers pédagogiques ; le rétablissement sans condition des précomptes ; le reversement des instituteurs adjoints en B3, sans concours ; le rétablissement des 120.000Fcfa d’indemnités de postes déshérités ; l’obligation pour l’Etat de rendre l’école obligatoire. Charles Bédé

05:01 Écrit par BEN2013 dans Notre école, Syndicats/syndicalisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

17/09/2014

Communiqué du conseil des ministres du lundi 15 septembre 2014 Publié le mardi 16 septembre 2014 | Ministères

Le lundi 15 septembre 2014, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h00 à 13h30, à la Préfecture de Daoukro, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales Projets de décrets B/-Mesures Individuelles C/-Communications D/-Divers A/ - MESURES GENERALES PROJETS DE DECRETS 1- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et le Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques ; Le Conseil a adopté un décret portant création, composition, attributions et fonctionnement du Comité de Coordination des Politiques Nationales de Lutte Contre le Blanchiment de Capitaux, le Financement du Terrorisme et la Prolifération des armes de destruction massive, dénommé « Comité de coordination ». Le danger que constitue la criminalité organisée pour tous les Etats, notamment sous ses formes les plus pernicieuses que sont le financement du terrorisme, le blanchiment de capitaux et la prolifération des armes de destruction massive, a amené les Etats membres de la CEDEAO, sous l’impulsion de l’Organisation des Nations Unies (ONU), du Groupe d’Action Financière et du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), à mettre en place des dispositifs de lutte contre ces fléaux. Pour ce qui concerne la Côte d’Ivoire, le présent décret organise le Comité de Coordination des Politiques Nationales en matière de lutte contre le financement du terrorisme, le blanchiment de capitaux et la prolifération des armes de destruction massive afin de combattre de manière plus efficace le crime organisé. 2- Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de Prêt N°5501-CI pour le financement additionnel du Projet de Gouvernance et de Développement Institutionnel, d’un montant total de trois millions trois cent mille (3 300 000) Droits de Tirages Spéciaux (DTS), soit environ deux milliards quatre cent soixante-dix millions (2 470 000 000) de francs CFA, conclu le 23 juillet 2014, entre l’Association Internationale de Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire. Ce projet vise à introduire davantage de transparence dans la gestion des finances publiques et à améliorer la gouvernance dans les secteurs du cacao et du pétrole. 3- Au titre du Ministère des Transports; Le Conseil a adopté un décret fixant les règles relatives à la supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile. Ce décret, qui s’inscrit dans la dynamique de l’accomplissement des démarches relatives à la certification de l’Aéroport International Félix Houphouët Boigny et de la transposition des normes et pratiques recommandées par l’Organisation de l’Aviation civile Internationale (OACI), vise à combler les faiblesses relatives à la supervision de la sécurité et de la sûreté de l’aviation civile. 4- Au titre du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant modification de l’article 10 du décret n° 2001-650 du 19 décembre 2001 portant attributions, organisation et fonctionnement des Centres Hospitaliers et Universitaires de Cocody, de Treichville, de Yopougon et de Bouaké et abrogeant les décrets n°98-380, 98-381, 98-382 et 98-383 du 30 juin 1998. Le présent décret autorise la nomination d’administrateurs, de fonctionnaires ou de non fonctionnaires formés à la gestion hospitalière, à des fonctions de gestion des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU). 5- Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère de l’Industrie et des Mines ; Le Conseil a adopté un décret qui confère à l’Association Interprofessionnelle Agricole de la filière Coton, en abrégé INTERCOTON, la qualité d’organisation interprofessionnelle agricole de la filière Coton. 6-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté quatre (04) décrets portant attribution de permis de recherche minière : • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour le nickel, à la Société CALAO RESOURCES SARL à BLAPLEU-GEOULE, dans les Départements de Biankouman et de Man ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour l’or, dénommé « DABAKALA EST » à la Société T.D. CONTINENTAL S.A. dans le Département de Dabakala ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour le colombo-tantalite, à la Société pour le Développement Minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI) dans le Département d’Issia ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, valable pour l’or, à la Société B & F MINIERALS SARL dans le Département de Zoukougbeu. Ces quatre (04) permis de recherche minière sont valables pour une période de quatre (04) ans. 7-Au titre du Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs ; Le Conseil a adopté un décret portant création d’un Conseil National des Sports, en abrégé CNAS. Ce décret modificatif opère une réforme du Conseil National des Sports pour faire de ce conseil une véritable instance de concertation et d’excellence en matière de sport. Les attributions du CNAS sont ainsi reprécisées, et son fonctionnement optimisé avec l’intégration en son sein de représentants du secteur privé et de sportifs de haut niveau. Le CNAS aura également la responsabilité de régler les différends susceptibles d’opposer les membres du mouvement sportif ivoirien. ^ Haut B/- MESURES INDIVIDUELLES 1-Au titre du Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, en liaison avec le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative ; Le Conseil a autorisé le détachement de M. KOFFI Yao Bernard, Conseiller Technique du Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, auprès de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). 2-Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en liaison avec le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ; Le Conseil a adopté deux communications : • la première communication est relative au détachement de M. BOUAFFOU Kouamé Guy Marcel, Maître de Conférences au Département des Sciences et Techniques de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Abidjan, auprès du Centre Régional AGRHYMET sis au Niger ; • la seconde communication est relative à une demande de régularisation et de renouvellement du détachement auprès de l’Union Africaine (UA), de M. KOUASSI N’guetta René, Maître-Assistant à l’UFR des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY d’Abidjan. 3-Au titre du Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative ; Le Conseil a adopté les délibérations du Comité Restreint du mardi 08 septembre 2014. Ainsi, le Conseil a adopté cinq (5) décrets portant organisation de départements ministériels et a procédé à des nominations dans neuf (9) départements ministériels. Le compte-rendu correspondant est annexé au présent communiqué. ^ Haut C/- COMMUNICATIONS 1- Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication sur la mission de l’OCDE relative à l’élaboration du Plan stratégique Côte d’Ivoire-Pays Emergent en 2020. Cette mission s’est déroulée à Abidjan du 1er au 7 septembre 2014. Cette première mission a permis de finaliser avec le Gouvernement les discussions relatives à la participation du centre de développement de l’OCDE à l’élaboration du Plan stratégique Côte d’Ivoire-Pays Emergent en 2020. Elle a également décidé de la mise en place d’un comité de pilotage du projet, chargé de valider les grandes orientations stratégiques formulées, ainsi que de celle d’un comité technique et d’un sécretariat technique. Un premier rapport d’étape de la mission de l’OCDE sera présenté en janvier 2015. 2- Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative au bilan du Prix d’Excellence 2014 et à la préparation de l’édition 2015. La cérémonie de remise de récompenses des cinquante-cinq (55) lauréats nationaux des prix d’excellence, rigoureusement choisis parmi les Ivoiriens les plus méritants, s’est déroulée sous la présidence effective du Chef de l’Etat, le 1er août dernier. A l’issue de cette cérémonie, trente-six (36) personnes physiques, dont dix-sept (17) femmes, et dix-neuf (19) personnes morales ont été honorées. Le Conseil félicite une fois de plus les lauréats et exhorte les Ivoiriens et toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire à la culture de l’excellence, quel que soit leur domaine d’activité. Dans la perspective de la préparation de la prochaine édition de la journée de l’excellence, le comité technique débutera ses activités au mois de novembre 2014. 3-Au titre du Ministère de l’Agriculture ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’état de mise en œuvre du projet intégré d’hévéaculture et des cultures vivrières de PRIKRO. Ce projet, d’un montant de trente et un milliards (31 000 000 000) de francs CFA, est basé sur une vision de partage de la richesse générée par un acteur privé, la Compagnie Heveicole de Prikro (CHP), avec les populations locales. Un an après son lancement, le projet enregistre 399 bénéficiaires, dont 247 femmes identifiées pour le programme vivrier. Le projet permettra, à terme, la production de 26.000 tonnes de caoutchouc naturel et 8.000 tonnes de produits vivriers par an. Il créera 8000 emplois directs, et permettra la réalisation d’infrastructures diverses (écoles primaires, hydraulique villageoise, pistes rurales...). Le Conseil des Ministres a salué l’important rôle joué par les chefs traditionnels, le corps préfectoral et les cadres de la région, dans la mise en œuvre du projet, et autorisé la conclusion d’un bail emphytéotique au profit de la CHP pour une surface de 5.000 hectares. 4-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’état de mise en œuvre du projet d’aménagement hydro agricole de M’Bahiakro (PAHA M’BAHIAKRO). Le projet PAHA M’BAHIAKRO vise à contribuer à la sécurité alimentaire de la population de la vallée du N’ZI, à augmenter la production de riz et de produits maraîchers, ainsi qu’à contribuer au développement économique de la région. Après avoir connu plusieurs difficultés dans sa mise en œuvre, ce projet a été remis sur pied en 2012 par le Gouvernement. Il connaît aujourd’hui sa phase d’achèvement des travaux d’infrastructures. Ainsi, à la date du 4 septembre 2014, le projet enregistrait la construction d’un barrage sur le lit mineur du fleuve N’ZI et la construction des deux stations de pompage prévues au volet agro-économique ainsi que l’aménagement et la mise en valeur de 220 hectares destinés à la riziculture. En dépit de débuts difficiles, le projet a permis la création de 884 emplois, dont 283 permanents et 601 occasionnels, et une production de 1100 tonnes de paddy est attendue en décembre 2014. Aussi, le Conseil a-t-il instruit le Ministre de l’Agriculture, le Ministre de l’Economie et des Finances, et celui du Budget, à l’effet de prendre les mesures nécessaires pour accélérer la mise en oeuvre de ces projets. 5-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative aux projets de réhabilitation de la zone industrielle de Yopougon et de développement de la nouvelle zone industrielle du PK 24 de l’Autoroute du Nord. Conformément à la volonté du Président de la République d’accroître la part du secteur industriel dans le PIB d’ici 2020, le Gouvernement a initié une série d’actions visant à réhabiliter les zones existantes et à accélérer la création de nouvelles zones industrielles. Ainsi, face à la dégradation avancée de la zone industrielle de Yopougon, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre un programme de réhabilitation de cette plateforme, pour un financement de 28,3 milliards de francs CFA, sur la période 2014-2015. Cette opération porte essentiellement sur la réhabilitation, le renforcement et l’aménagement des voies de circulation, des réseaux électrique, téléphonique, d’eau potable et de drainage des eaux pluviales. Aussi, le projet de « Zone Industrielle du PK 24 », initié en vue de satisfaire la demande de terrains industriels dans la capitale économique, est en cours de réalisation à travers la mise en concession, via un Partenariat Public-Privé, de 940 hectares par tranches de 200 HA. Les premières ressources ont été mobilisées en 2014 et ont permis de démarrer la purge des droits coutumiers sur les terrains concernés. Par ailleurs, pour tenir compte de l’importance et de l’urgence de la demande, un projet d’aménagement immédiat de 50 hectares sur le site du PK24, d’un coût de 131 milliards de FCFA, sera également mis en œuvre en 2014/2015. Le Conseil a instruit le Ministre de l’Industrie et des Mines, ainsi que tous les ministres concernés, à l’effet de déployer les moyens nécessaires à l’aboutissement des travaux de réhabilitation et d’aménagement de ces zones industrielles dans les meilleurs délais. ^ Haut D/-DIVERS Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Le Conseil a entendu une communication du Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro. Le Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro, a présenté, à la demande du Chef de l’Etat, une communication en Conseil des Ministres relative à la situation administrative et socio-économique dans la Région de l’Iffou. Le Préfet de Région, après avoir présenté sa circonscription administrative, a dressé un état des lieux des infrastructures et des activités socio-économiques de la région de l’Iffou, avant d’évoquer les difficultés auxquelles la Région est confrontée, ainsi que les attentes des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais. Fait à Daoukro, le 15 septembre 2014 Bruno Nabagné KONE Ministre de la Poste et des TIC Porte-parole du Gouvernement porteparoledugvt@egouv.ci

08:33 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

16/09/2014

Bonne rentrée scolaire 2014-2015

BENOIT BOEHI 2.jpg

- Aux Inspecteurs de l'Enseignement Préscolaire et Primaire de Côte d'Ivoire

-AUx DRENET

-Aux DDENET

-Aux élèves

-A tous les partenaires de l'école

-A tous et à Toutes

BONNE RENTREE SCOLAIRE 2014-2015...

09:37 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

15/09/2014

Comité Central Ordinaire du 30 août 2014 prorogé au 13 septembre 2014 Communiqué fina

10616249_282511791934762_4953127270468208179_n.jpg

1. Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session ordinaire les samedis 30 août 2014 de 13H10 à 17H20 et 13 septembre 2014 de 12h15 à 19h au QG de campagne du Président Laurent GBAGBO, son siège provisoire sis à Cocody les II Plateaux 7èmeTranche sous la présidence effective du Président du Parti, le camarade Pascal AFFI NGUESSAN.

2. Cette session bien que réservée aux seuls membres statutaires du Comité Central, a enregistré la présence des membres du Comité de Contrôle qui y ont participé à titre d’observateurs.

3. Dans son exposé liminaire, le Président du Parti a exprimé ses sentiments de fierté et de reconnaissance de voir la sérénité de retour au sein de la Direction du Parti. Il a adressé ses remerciements à tous ceux qui ont contribué à juguler la crise qui a secoué le parti. Un hommage a été rendu au Premier Vice-président, le camarade Abou Drahamane SANGARE pour son action soutenue en faveur de la résolution de la crise. Le camarade Président a insisté sur la nécessité de la cohésion en vue de faire face aux nombreux défis dont celui de la libération du Président Laurent Gbagbo.

4. Après cet exposé liminaire, les membres du Comité Central ont adopté l’ordre du jour suivant :

I- Informations,
II- La Commission Electorale Indépendante (CEI) et les Alliances
III- Le congrès
IV- Divers

5. En Information

Le Président du Parti a porté à la connaissance des membres du Comité Central les propositions arrêtées par le Secrétariat Général du jeudi 28 août 2014 portant sur :
• La création d’un Comité d’Experts au sein du Parti chargé de réfléchir sur les questions de ligne, d’objectifs et de gouvernance. Les résultats de cette réflexion seront soumis au Président du Parti et au Secrétariat Exécutif et serviront à la préparation du Congrès.
• L’organisation d’une cérémonie solennelle d’installation de la Vice-présidente chargée de la Coordination des Actions pour la Libération du Président Laurent GBAGBO.
• L’organisation d’un colloque international pouvant rassembler des personnalités de divers horizons et compétences autour de la question de la Libération du Président Laurent GBAGBO.

Le Comité Central a endossé les conclusions de cette communication.
S’agissant de la levée des sanctions qui a été soumise au Comité Central du 13 septembre 2014, le Comité Central a décidé de l’examiner à une prochaine session sur la base du rapport qui lui sera fait par le Vice-président chargé de cette question, le camarade DANO Djédjé Sébastien.

6. La CEI et les alliances

Abordant la question de la CEI et des alliances, le Président du Parti a fait une importante déclaration sur les conditions et les raisons pour lesquelles il a dû proposer un représentant du FPI à la CEI, sans se référer préalablement au Comité Central.

En conséquence et sur la forme, il a présenté ses excuses aux membres du Comité Central avant d’ouvrir le débat sur la CEI. A sa suite, de nombreuses demandes d’interventions (227 inscrits) et de vives réactions ont été enregistrées.
Vu le caractère passionné des débats, le Président a dû décider de la suspension de l’examen de ce point de l’ordre du jour. Le Comité Central a par conséquent admis son report à la session du 13 septembre 2014.

A l’entame de cette session, le camarade Pascal AFFI N’GUESSAN, après avoir adressé ses cordiales et militantes salutations aux membres du Comité Central et aux représentants du Comité de Contrôle, a une fois encore exprimé ses sentiments de gratitude aux membres de cette importante instance de décision du parti pour leur présence nombreuse. Il a également salué la sérénité qui a prévalu lors de la dernière réunion du Secrétariat Exécutif du 11 septembre 2014 gage de l’intérêt accordé au Parti et à ses objectifs prioritaires du moment.

A propos du dossier du Président Laurent GBAGBO devant la CPI, le Président du Parti a porté à la connaissance du Comité Central que la chambre Préliminaire I vient de rejeter la demande de la défense visant à interjeter appel de la décision relative à la confirmation des charges. Il a appelé les membres du Comité central à la mobilisation pour créer les conditions de la libération du Président Laurent GBAGBO.

Dans ce cadre, le Président du Parti a indiqué que la cérémonie d’installation de la Vice-présidente chargée de la Coordination des Actions pour la Libération du Président Laurent GBAGBO aura lieu le samedi 20 septembre 2014 au QG de campagne de Laurent GBAGBO.

Relativement à la Commission Electorale Indépendante(CEI), il est ressorti de l’exposé du Président du Parti que des éléments nouveaux sont intervenus dans la situation de qu’il convient de prendre en compte dans l’appréciation du dossier. Il s’agit de la mise en place de façon unilatérale d’un bureau de la CEI, au mépris du principe du consensus qui a motivé la décision d’un représentant du FPI à la CEI.
En réaction, les deux représentants de l’Alliance ont suspendu leur participation aux travaux de la CEI. Ils ont été suivis dans leur décision par le représentant du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA), Parti politique membre du RHDP et par un des représentants des confessions religieuses qui a déploré « l’échec du consensus préconisé » et souhaité que « les enfants du pays s’entendent pour aller de l’avant ». Bien que présente dans la salle, la représentante de la société civile non confessionnelle a refusé de participer au vote.
A la suite du Président, 160 personnes se sont inscrites pour le débat.
La question ayant été largement débattu, le Comité central a décidé de la trancher par un vote.
Le scrutin organisé sous la supervision du Comité de Contrôle a donné les résultats suivants :

Inscrits : 259
Votants : 259
Résultats : Oui : 119 voix
Non : 138 voix
Bulletins nuls : 2

Par conséquent le Comité Central décide du retrait de la CEI du représentant du FPI.

Après avoir félicité le Comité Central pour son attachement à la démocratie, le Président du parti a promis saisir les personnalités et organisation concernées pour leur notifier cette décision.

7. S’agissant du Congrès,

Le Comité Central a arrêté la date du 11 au 14 décembre 2014 pour le prochain Congrès du Parti à Abidjan et nommé pour le bureau du congrès, les camarades dont les noms suivent :

- DANO Djédjé Sébastien Président du Congrès ;
- KONAN Christine, première Vice-présidente ;
- ETTIEN Amoikon Henri, deuxième Vice-président.

Fait à Abidjan, le 13 septembre 2014
Le Comité Central

Comité Central Ordinaire
du 30 août 2014 prorogé au 13 septembre 2014
   
Communiqué final

1. Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session ordinaire les samedis 30  août 2014 de 13H10 à 17H20 et 13 septembre 2014 de 12h15 à 19h au QG de campagne du Président Laurent GBAGBO, son siège provisoire sis à Cocody les II Plateaux 7èmeTranche  sous la présidence effective du Président du Parti,  le camarade Pascal AFFI NGUESSAN.

2. Cette session bien que réservée aux seuls membres statutaires du Comité Central, a enregistré la présence des membres du Comité de Contrôle qui y ont participé  à titre d’observateurs.

3. Dans son exposé liminaire, le Président du Parti a exprimé ses sentiments de fierté et de reconnaissance de voir la sérénité de retour au sein de la Direction du Parti. Il a adressé ses remerciements à tous ceux qui ont contribué à juguler la crise qui a secoué le parti. Un hommage a été rendu au Premier Vice-président, le camarade Abou Drahamane SANGARE pour son action soutenue en faveur de la résolution de la crise. Le camarade Président a insisté sur la nécessité de la cohésion en vue de faire face aux nombreux défis dont celui de la libération du Président Laurent Gbagbo. 

4. Après cet exposé liminaire, les membres du Comité Central ont adopté l’ordre du jour suivant : 

I- Informations,
II- La Commission Electorale Indépendante (CEI) et les Alliances 
III- Le congrès 
IV- Divers

5. En  Information

Le Président du Parti a porté à la connaissance des membres du Comité Central les propositions arrêtées par le Secrétariat Général du jeudi 28 août 2014 portant sur : 
• La création d’un Comité d’Experts au sein du Parti chargé de réfléchir sur les questions de ligne, d’objectifs et de gouvernance. Les résultats de cette réflexion seront soumis au Président du Parti et au Secrétariat Exécutif et serviront à la préparation du Congrès.
• L’organisation d’une cérémonie solennelle d’installation de la Vice-présidente chargée de la Coordination des Actions pour la Libération du Président Laurent GBAGBO.
•   L’organisation d’un colloque international pouvant rassembler des personnalités de divers horizons et compétences autour de la question de la Libération du Président Laurent GBAGBO.

Le Comité Central a endossé les conclusions de cette communication.
S’agissant de la levée des sanctions qui a été soumise au Comité Central du 13 septembre 2014, le Comité Central a décidé de l’examiner à une prochaine session sur la base du rapport qui lui sera fait par le Vice-président chargé de cette question, le camarade DANO Djédjé Sébastien.

6. La CEI et les alliances

Abordant la question de la CEI et des alliances, le Président du Parti a fait une importante déclaration sur les conditions et les raisons pour lesquelles il a dû proposer un représentant du FPI à la CEI, sans se référer préalablement au Comité Central. 

En conséquence et sur la forme, il a présenté ses excuses aux membres du Comité Central avant d’ouvrir le débat sur la CEI.  A sa suite, de nombreuses demandes d’interventions (227 inscrits) et de vives réactions ont été enregistrées.
 Vu le caractère passionné des débats, le Président a dû décider de la suspension de l’examen de ce point de l’ordre du jour. Le Comité Central a par conséquent admis son report à la session du 13 septembre 2014.

A l’entame de cette session, le camarade Pascal AFFI N’GUESSAN, après avoir adressé ses cordiales et militantes salutations aux membres du Comité Central et aux représentants du Comité de Contrôle, a une fois  encore  exprimé ses sentiments de gratitude aux membres de cette importante instance de décision du parti  pour leur présence nombreuse. Il a également salué la sérénité qui a prévalu lors de la dernière réunion du Secrétariat Exécutif du 11 septembre 2014  gage de l’intérêt accordé au Parti et à ses objectifs prioritaires du moment.

A propos du dossier du Président Laurent GBAGBO devant la CPI, le Président du Parti a porté à la connaissance du Comité Central que la chambre Préliminaire I  vient de rejeter la demande de la défense visant à interjeter appel de la décision relative à la confirmation des charges. Il a appelé les membres du Comité central à la mobilisation pour créer les conditions de la libération du Président Laurent GBAGBO.

Dans ce cadre, le Président du Parti a indiqué que la cérémonie d’installation de la Vice-présidente chargée de la Coordination des Actions pour la Libération du Président Laurent GBAGBO aura lieu le samedi 20 septembre 2014 au QG de campagne de Laurent GBAGBO.

Relativement à la Commission Electorale Indépendante(CEI), il est ressorti de l’exposé du Président du Parti  que des éléments nouveaux sont intervenus dans la situation de qu’il convient de prendre en compte dans l’appréciation du dossier. Il s’agit de la mise en place de façon unilatérale d’un bureau de la CEI, au mépris du principe du consensus qui a motivé la décision d’un représentant du FPI à la CEI.
En réaction, les deux représentants de l’Alliance ont suspendu leur participation aux travaux de la CEI. Ils ont été suivis dans leur décision par le représentant du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA), Parti politique membre du RHDP et par un des représentants des confessions religieuses qui a déploré « l’échec du consensus préconisé » et souhaité que « les enfants du pays s’entendent pour aller de l’avant ». Bien que présente dans la salle, la représentante de la société civile non confessionnelle a refusé de participer au vote.
A la suite du Président, 160 personnes se sont inscrites pour le débat. 
La question ayant été largement débattu, le Comité central a décidé de la trancher par un vote.
Le scrutin organisé sous la supervision du Comité de Contrôle a donné les résultats suivants :

Inscrits : 259
Votants : 259
Résultats : Oui : 119 voix 
                  Non : 138 voix
                  Bulletins nuls : 2

Par conséquent le Comité Central décide du retrait  de la CEI du représentant du FPI.

Après avoir félicité le Comité Central pour son attachement à la démocratie, le Président du parti a promis saisir les personnalités et organisation concernées pour leur notifier cette décision.

7. S’agissant du Congrès,

Le Comité Central  a arrêté la date du 11 au 14 décembre 2014 pour le prochain Congrès du Parti à Abidjan et nommé pour le bureau du congrès, les camarades  dont les noms suivent : 

- DANO Djédjé Sébastien Président du Congrès ; 
- KONAN Christine, première Vice-présidente ;
- ETTIEN Amoikon Henri,  deuxième Vice-président.

Fait à Abidjan, le 13 septembre 2014
Le Comité Central

18:41 Écrit par BEN2013 dans CEI, Partis politiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |