topblog Ivoire blogs

23/11/2014

Jo Mamadou: «Voici ce qui s’est passé à la CPI entre l’émissaire d’Affi et Gbagbo»

10710942_704279952987445_8568910123105553229_n.jpg

Rencontre entre Gbagbo et ThomasTiacoh, l’émissaire de Pascal Affi N’Guessan : Jo Mamadou , chargé de mission du Président Laurent Gbagbo, et témoin oculaire de la rencontre sort de sa réserve et dans cette interview vérité met au grand jour ce qui s’est passé .

Le Temps : Comment va le Président Laurent Gbagbo ?

Jo Mamadou :  Le Président Laurent Gbagbo tient le coup, par la grâce de Dieu. Il faut toutefois faire observer qu’avec tout ce qu’il a souffert à Korhogo, n’eut été la main de Dieu, on ne pouvait humainement imaginer qu’il puisse se porter comme un charme au sortir d’un tel calvaire. Mais Dieu merci, il est là.

Le Temps : Tiacoh a échangé avec le Président Gbagbo. Etiez-vous présent à cette rencontre ?

– Je répondrai d’abord avoir pris part à cette rencontre. Et ce n’est pas monsieur Thomas Tiacoh qui le contredirait. Il faut préciser que lorsque Monsieur Thomas Tiacoh avait sollicité et obtenu du Président Laurent Gbagbo une rencontre, il avait souhaité que je sois de la partie. Après l’avis favorable du Président Laurent Gbagbo, j’ai donc participé à cette rencontre.

Le Temps : Pouvez-vous nous raconter la rencontre entre le Président Laurent Gbagbo et Thomas Tiacoh ?

Cette rencontre a eu lieu le vendredi 17 octobre 2014 à 13 heures à la Haye. Y prenaient également part deux autres membres de la famille du Président Laurent Gbagbo. Après le déjeuner que le Président nous avait offert, les nouvelles avaient été demandées à l’hôte Thomas Tiacoh. En réponse, monsieur Thomas Tiacoh avait indiqué qu’il venait rendre visite au Président Laurent Gbagbo en tant qu’ami. Et en cette qualité, il tenait à mettre à profit l’occasion pour poser trois questions au Président Laurent Gbagbo, questions relatives essentiellement à la confiance en Affi. Il a précisé qu’il a informé le Président Affi de son initiative, et que celui-ci y avait entièrement adhéré. C’est alors que monsieur Thomas Tiacoh, en notre présence constante, avait demandé au Président Laurent Gbagbo s’il maintenait encore sa confiance en Affi ?

Pendant une quinzaine de minutes, le Président Laurent Gbagbo a déploré le tribalisme qui est en train de prendre corps au Fpi. Il avait poursuivi pour stigmatiser le non respect des décisions émises par les organes du parti, fragilisant ainsi ledit parti. Il a fini par dénoncer l’hibernation dans laquelle est plongé face aux défis de la reconquête des libertés démocratiques obtenues à partir de 1990, et assassinées depuis le 11 avril 2011. Que la priorité de la lutte du Fpi doit être le recouvrement des libertés démocratiques gravement embastillées. Pour conclure, le Président avait répondu à monsieur Thomas Tiacoh qu’en conséquence de ce qui précède, il ne pouvait plus faire confiance au président Affi. Il avait donc répondu par un NON, sans détour. Poursuivant, le Président Laurent Gbagbo avait indiqué qu’au plan professionnel, il n’avait aucun grief contre le Président Affi qui avait été un très bon premier ministre. Pour terminer, le Président Laurent Gbagbo a demandé à monsieur Thomas Tiacoh d’en rendre fidèlement compte au président Affi N’Guessan. Ce sont donc ces propos qu’il a été demandé au Conseiller Bernard Houdin de relayer face aux amalgames que certains avaient commencé à ventiler.

Le Temps : Comment ?

10622828_979380328745797_8010402333866248068_n.jpg

Le Temps : Comment ?

– Dans le souci d’expliquer aux ivoiriens les motifs de la candidature du Président Laurent Gbagbo à la présidence du Front populaire ivoirien lors du prochain congrès, son conseiller, monsieur Bernard Houdin, avait cru devoir évacuer un certain nombre de doute, en relayant, entre autres, la trame de la mission effectuée par monsieur Thomas Tiacoh auprès de celui. A l’occasion, monsieur Bernard Houdin avait rapporté, sur la question du maintien de la confiance du Président Laurent Gbagbo au président du Fpi, monsieur Affi N’Guessan, que la réponse négative de l’interlocuteur de monsieur Thomas Tiacoh avait été sans ambages

Le Temps : Tiacoh dément les propos de Bernard Houdin selon lesquels le Président Laurent Gbagbo aurait retiré sa confiance à Affi …

– Je ne sais pas ce qui motive réellement monsieur Thomas Tiacoh. Mais en toute chose qu’il sache que le Président Laurent Gbagbo est encore vivant. Ce que Bernard Houdin a rapporté lui a été non seulement dit par Thomas Tiacoh lui-même à Paris, à son retour de la Haye, mais monsieur Thomas Tiacoh ne peut nier que nous étions plusieurs témoins à cette rencontre là. J’ai lu sa mise au point mais je n’ai pas bien saisi. Je sais que monsieur Thomas Tiacoh peut tout dire sauf que le Président Laurent Gbagbo n’a pas dit qu’il en fait plus confiance à monsieur Affi en raison du tribalisme qui sévit actuellement au Fpi, le non respect des décisions des instances par Affi lui-même, et l’abandon du combat relatif à la reconquête des libertés démocratiques acquises depuis 1990. Je suis vraiment peiné de constater ce genre de choses. Mais chacun assumera devant l’histoire. Dans tous les cas, nous sommes tous des croyants. Par-delà ce que nous faisons devant les hommes, il va sans dire que chacun doit faire attention au compte qu’il doit rendre par ailleurs.

Le Temps : On dit qu’il a été envoyé par Affi N’Guessan ?

– Comme je viens de le dire, je n’étais pas au départ de la mission de monsieur Thomas Tiacoh. Mais c’est lui-même qui avait souhaité que je sois de la rencontre qu’il se proposait d’avoir avec le Président. En ma présence constante, il a tout simplement dit qu’il venait poser la question de confiance du Président Laurent Gbagbo avec l’accord de monsieur Affi N’Guessan. Dès lors, on peut en déduire qu’il était en mission de la part du président Affi dont il venait parler d’ailleurs.

Le Temps : Il se raconte que le Président Laurent Gbagbo soutien Affi …

– Le Président Laurent Gbagbo soutiendrait AffiI dans quoi ? Je ne perçois pas bien la portée de votre question ? S’il s’agissait de faire allusion à l’élection de la présidence du Front populaire ivoirien, je vous dirais tout net qu’il serait insensé de la part d’un candidat de soutenir un autre candidat.

Le Temps : Le Président Laurent Gbagbo est attaqué dans sa vie privée….

– Malheureusement, vous et moi observons que pour soutenir la candidature de monsieur Affi N’Guessan, certains de ses soutiens se croient obligés d’attaquer le Président Laurent Gbagbo dans sa vie privée. Nous n’y comprenons rien. Mais, ce qui est grave, c’est que nous observons que le président Affi n’interpelle pas ces personnes. Est-ce donc à constater qu’il les a mises en missions pour une telle besogne, nous nous perdons en conjectures. Mais nous espérons qu’il n’est pas tard pour que le président Affi mette fin à ce genre d’agissements pour son compte.

10616249_282511791934762_4953127270468208179_n.jpg

Le Temps : Est-ce que le Président Laurent Gbagbo est candidat à la présidence du Fpi ?

– En répondant à votre question relative à un prétendu soutien de Laurent Gbagbo à Affi N’Guessan, je me suis interrogé si un candidat peut soutenir un autre candidat à la même élection ? Une telle interrogation ne constitue telle pas une réponse claire à votre question ? Oui, je vais vous le répéter, le Président Laurent Gbagbo est candidat à l’élection à la présidence du Fpi. J’espère qu’après moi, cette question sera ainsi définitivement vidée.

Le Temps : Les fédéraux ont déposé sa candidature….

– Tout le monde a connaissance que les fédéraux ont lancé un appel au Président Laurent Gbagbo. Face à la situation décrite par le Président Laurent Gbagbo en présence, on va dire, de l’émissaire du président Affi N’Guessan, il a décidé de répondre favorablement à cet appel à l’effet de sauver ce seul outil dans lequel espère le peuple ivoirien. C’est donc avec son accord que sa candidature a été déposée par ces fédéraux.

Le Temps : Ses détracteurs estiment qu’il n’a pas déposé un courrier manuscrit…

– On ne sait plus dans quoi nous sommes. La candidature du Président Laurent Gbagbo a été déposée conformément aux règles de l’art. Quelle est cette histoire de « courrier manuscrit » ? Quelle est la disposition du statut qui l’exige ? Je pense qu’on doit éviter de soulever des débats qui n’en valent pas la peine.

Le Temps : Qu’est-ce qui fait courir Affi ?

– Affi est libre de courir comme il le veut. Mais comme on l’observe, il nous semble qu’il court très mal. Le Président Affi devrait être d’avis, sauf à faire croire qu’il est animé d’autres motivations, que la candidature du Président Laurent Gbagbo a vocation à le sauver. Lorsqu’un président du Fpi n’est pas en harmonie sur toute la ligne avec la base, il doit s’interroger s’il est encore ce leader qui incarne leur volonté, ou s’il n’agit que pour lui-même ?

Le Temps : Certains disent que ce n’est pas bon pour le Président Laurent Gbagbo ?

– On a même entendu que la candidature du Président Laurent Gbagbo serait une « erreur ». Mais nous comprenons de tels raisonnements. Ils émanent de ceux qui n’ont jamais lutté à un tel degré. Mais que les uns et les autres sachent que le Président Laurent Gbagbo sait ce qui est bon pour lui, et ce qui ne l’est pas. Nul ne peut prétendre être plus royaliste que le roi. C’est un faux débat, en tout cas une sorte d’échappatoire. La communauté internationale qui avait été abusée par certains a fini par se rendre à l’évidence que le Président Laurent Gbagbo est un vrai démocrate. Il n’a tué personne. Il est donc prisonnier pour la dignité de l’homme africain. Il jouit de toutes ses facultés. Qu’on arrête donc ce genre d’alibi.

Le Temps : D’autres soutiennent qu’il se rabaisse…

– Ne me faites pas tousser. De quoi parle t-on ? Qu’est-ce qui est dégradant dans la réponse à apporter aux angoisses de sa base ? Dans ce monde, ceux qui raisonnent ainsi n’ont-ils pas connaissance des Président qui deviennent Premier Ministre et vice-versa ? Non, qu’ils se soulagent avec d’autres arguments ? La décision du Président Laurent Gbagbo n’est nullement un précédent.

Le Temps :Affi dit qu’il est candidat pour libérer Gbagbo…

– Le Président Laurent Gbagbo est candidat pour libérer la Côte d’Ivoire. Et la aussi, il y a un choix à faire. Et je choisis le Président Laurent Gbagbo pour mon pays.

Interview réalisée par :
Yacouba Gbané
yacou06336510@yahoo.fr

Source: Le Temps

07:38 Écrit par BEN2013 dans Partis politiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.