topblog Ivoire blogs

10/04/2015

Ibrahima Kourouma aux futurs instituteurs ordinaires: « Ce n’est pas maintenant que vous serez titularisés » Publié le vendredi 10 avril 2015 | Notre Voie

Ptpresse_minedunat (9) (Grand).JPG

Comment
 

 

       

 


L’inspecteur général, coordonnateur général de l’Inspection générale au ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, M Ibrahima Kourouma était mercredi dernier au Cafop de Grand-Bassam. Où il est allé superviser la formation de 125 admis au concours professionnel des instituteurs ordinaires. Formés après quatre années d’attente.

Ces auditeurs ont exprimé leurs inquiétudes à M. Ibrahima Kourouma. Inquiétudes qui portent sur non seulement leur titularisation, mais la date de leur titularisation. Très prudent par rapport aux promesses qui ont été faites aux enseignants en fonction, relativement au déblocage des salaires, M Ibrahima Kourouma a pris des gants en leur parlant. « Après votre formation, vous allez continuer de vous former. La titularisation viendra après. Je n’ai pas dit cette année. Nous verrons comment mettre en route en 2016, votre titularisation pour que vous puissiez entrer dans votre nouvel emploi. Soyez sages, vous êtes si prêts du but. Vous serez des instituteurs ordinaires après votre titularisation » a-t-il expliqué. Pour ce proche collaborateur de Kandia Camara, le concours de la Fonction publique exige une formation et une titularisation. « Vous n’échapperez pas à cela. Cette formation est unique. Il n’y aura pas une autre formation. Nous avons réussi à arracher des choses à la Fonction publique. Cela fait honte de dire qu’on doit passer automatiquement en instituteur ordinaire.

C’est ce qui est reconnu par la Fonction publique. Un stagiaire de l’ENS passe un à 2 ans avant d’être titularisé. C’est deux ans après qu’il devient professeur certifié. C’est en ce moment là, qu’il est financièrement pris en compte. Si on veut tenir compte des textes, ce n’est pas maintenant que vous serez titularisés. Cela n’existe dans aucun pays du monde.

Nous avons négocié pendant trois ans avec la Fonction publique pour que ce passage en force soit fait. Cette décision de former 250 instituteurs adjoints pour qu’ils deviennent des instituteurs ordinaires, n’est pas la conséquence de la lutte d’un syndicat. Nous souhaitons de ce qu’il y a de mieux dans les possibilités de l’Etat » a-t-il souligné.

Ces instituteurs en formation sont 250. 125 sont au CAFOP de Grand-Bassam, les 125 autres, au CAFOP de Dabou. C’est en 2010 qu’ils ont passé ce concours. Les résultats officiels ont été proclamés en 2012. Un arrêté d’admission a été pris en 2013. Plus de 10.000 instituteurs adjoints sont dans le starting bloc.

Charles Bédé

09:10 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les commentaires sont fermés.