topblog Ivoire blogs

01/01/2014

Revalorisation des salaires, le cadeau de nouvel an d’Alassane Ouattara aux fonctionnaires ivoiriens Publié le mercredi 1 janvier 2014 | APA

ADO3(5).JPG

Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, mardi soir, dans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an, le « déblocage » et la « revalorisation » des salaires des fonctionnaires bloqués depuis 1988.

Il avait promis, lors de sa visite d’Etat dans la région du Bélier, « de bonnes nouvelles» aux Ivoiriens à la fin de l’année 2013. Le Chef de l’Etat Alassane a tenu parole en décidant, de la « revalorisation » et du « déblocage » des salaires des fonctionnaires dès le mois prochain.

« … les excellents résultats de notre économie doivent se traduire par une amélioration des revenus et un effort envers les plus démunis » a indiqué le Président Ouattara pour expliquer la récente augmentation « de manière substantielle du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui est passé de 36.607 F à 60.000 FCFA ».

Alassane Ouattara a dénoncé le « blocage » des salaires des fonctionnaires depuis « 1988 », soit un quart de siècle, avant d’offrir le « cadeau de nouvel an » aux fonctionnaires.

« Le gouvernement a donc décidé de la revalorisation et du déblocage des salaires dès janvier 2014 avec étalement des effets financiers sur cinq ans », a déclaré le Chef de l’Etat ivoirien, en soulignant qu’avec ces mesures « chaque fonctionnaire verra son salaire augmenté régulièrement ».

Avec le déblocage et la revalorisation, c’est « une augmentation de salaire de 137,7milliards FCFA consentis pour 2013 et 2014 », a, également, indiqué M. Ouattara.

 


 

 

23:34 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

22/12/2013

Côte d’Ivoire-Le gouvernement réglemente la circulation sur la nouvelle autoroute du Nord Publié le dimanche 22 decembre 2013 | AIP

paul.jpg

Abidjan, Le ministre auprès du Président de la République chargé de la défense, Paul Koffi Koffi, après une visite des lieux ou il a effectué des contrôles, a annoncé sur les antennes de la RTI lors du journal télévisé de 13h, que désormais la vitesse maximum sur l'ancien tronçon, Abidjan-Singrobo est fixée à 120 km/h contre 110 km/h sur le nouveau tronçon, Singrobo-Yamoussoukro.

Toutefois, le Ministre a prévenu que "Tous les contrevenants à ces mesures seront punis". Il a précisé en outre que le nouveau tronçon sera également interdit aux véhicules de plus de cinq tonnes jusqu'à ce que le pont à péage rentre en vigueur. Lesdits véhicules vont donc continuer à utiliser l'ancienne route de Yamoussoukro-Singrobo, a -t-il poursuivi.

Par ailleurs, il a tenu a rassuré les usagers sur l'effectivité de la "surveillance électronique" sur la nouvelle autoroute du Nord où des services de l'Office de la sécurité routière (OSER) sont déployés avec des radars.

Il a été également demandé aux commerçants de ne pas rester au bas côté de l'autoroute, de s'en éloigner à cause des risques d'accidents.

Les travaux de l'autoroute du Nord ont coûté près de 137 milliards de FCFA, il a été ouvert à la circulation le 10 décembre dernier, par son excellence Alassane Ouattara, Président de la République, rappelle-t-on.

AIP

22:58 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

20/12/2013

Côte d’Ivoire : la liste des quinze entreprises d’Etat à privatiser PHOTO DU JOUR Il vit comme Jésus depuis plus de 20 ans. Il vit comme Jésus depuis plus de 20 ans. CARICATURE Han ?! envoyer pied est mieux... Han ?! envoyer pied est mieux... Con

Le gouvernement ivoirien a annoncé début décembre la privatisation prochaine de quinze entreprises publiques du pays dont APA a obtenu jeudi la liste.

Les entreprises concernées par cette mesure de privation sont issues de plusieurs secteurs d'activité. Au niveau de l'agroalimentaire, il y a la Société sucrière de la Comoé (Sosuco) et Sucrivoire qui sont dans le domaine du sucre, et la Société Ivoirienne d'Abattage et de Charcuterie (Sivac).
 
Palmafrique où l'Etat détient 30% des actions contre 70% pour la société Safipar est également sur la liste des entreprises à privatiser de même que NEI-CEDA et l'Agence de développement industriel (IPS-WA) Côte d'Ivoire.
 
Dans le secteur bancaire, il y a la Banque internationale pour l'Afrique occidentale (Biao-CI), la Société ivoirienne de banque (Sib), la Banque pour le financement de l'agriculture (BFA) et Versus Bank.
 
Le secteur minier n'est pas en reste de cette vague de privatisation qui s'annonce. Il a y a, à ce propos, la Société de développement minier (Sodemi), la Société des mines d'Ity (Smi) et la société Tropical Rubber Côte d'Ivoire (Trci), spécialisée dans le commerce de gros de produits agricoles bruts et d'aliments pour animaux.
 
S'agissant du secteur des infrastructures ou des grands travaux, il y a la Société nationale ivoirienne de travaux (Sonitra), tandis que dans le domaine des Télécom, se trouve Côte-d'Ivoire Télécom dont l'Etat détient 48,47% des parts contre 51% pour le groupe français Orange (ex-France Télécom) et 0,53% pour des employés de la compagnie.
 
Le gouvernement ivoirien s'apprête à céder 28% sur ses parts dans Côte d'Ivoire-Télécom, les ramenant ainsi à 20%. La vente de ces actions rapporterait 4,3 milliards de FCFA aux caisses de l'Etat.
 
« Pour la plus part de ces entreprises, il s'agira pour l'Etat de vendre ses actions », explique une source gouvernementale à APA. Mais, précise la même source, « l'Etat peut décider à tout moment de mettre fin au processus de privatisation pour certaines de ces quinze entreprises ».
 
Le capital social de ces entreprises à privatiser, s'élève à 94 milliards de FCFA. La part détenue par l'Etat s'élève à 34,2 milliards de FCFA. 

 

07:06 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

15/12/2013

Séance parlementaire relative au budget 2014 : l’exposé des motifs du ministre Abdourahmane Cissé Publié le dimanche 15 decembre 2013 | Ministères

abdoura.jpg

Conformément à l’article 80 de la Constitution, le Gouvernement saisit l’Assemblée Nationale du projet de loi de Finances dès l’ouverture de la session d’octobre. En application de ces dispositions, le présent projet de Loi de Finances 2014 a été élaboré pour permettre au Gouvernement de poursuivre la mise en œuvre de sa politique de développement économique et social, déclinée dans le Plan National de Développement (PND) 2012-2015.
L’élaboration du projet de budget 2014 intervient dans un contexte de consolidation de la paix, d’amélioration de la situation sécuritaire et de décrispation du climat socio politique.
Les réformes engagées dans les secteurs clés de l’économie, conjuguées avec les mesures d’accompagnement des entreprises, impriment une croissance soutenue à l’activité.
Au regard de ce contexte, le projet de budget 2014 a été bâti sur une hypothèse de croissance de 9,1%, impulsée par l’ensemble des secteurs grâce à la bonne tenue de l’extraction minière et de l’agriculture vivrière dans le cadre du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA), à la hausse des BTP profitant de la poursuite des chantiers publics et de la progression de l’agroalimentaire, au dynamisme des activités de transport, des télécommunications et du commerce.
Au niveau budgétaire, la poursuite des efforts d’assainissement et d’amélioration de la gestion des finances publiques suite aux réformes structurelles et sectorielles, a permis une bonne amorce de la mise en œuvre du programme économique et social du Gouvernement.
Ce projet de budget s’équilibre en ressources et en emplois à 4 248 257 741 401 FCFA, en hausse de 9,4% par rapport à 2013. Cette augmentation est essentiellement liée à la progression des recettes fiscales (+12,5%) qui permettent de prendre en compte les engagements vis à vis des partenaires sociaux et de renforcer les dotations d’investissement.
La hausse des recettes fiscales repose sur les hypothèses de consolidation de l’activité, les efforts de productivité des services de recouvrement, le renforcement du contrôle fiscal et un meilleur encadrement des exonérations. Ces prévisions induisent un taux de pression fiscale de 16,9% du PIB, en deçà du plancher de la norme communautaire de 17%.
Au titre du financement sur les marchés monétaire et financier, il est prévu une mobilisation de 810 000 000 000 FCFA pour tenir compte du potentiel du marché sous régional.
Dans le cadre de la poursuite de la coopération avec les partenaires techniques et financiers, les ressources extérieures attendues à 802 767 740 571 FCFA, sont constituées d’appuis budgétaires (265 957 000 000 FCFA), d’emprunts (306 462 804 023 FCFA) et de dons projets (230 347 936 548 FCFA).
L’évolution des dépenses du budget est imputable notamment à l’accroissement des charges de personnel et au renforcement des dépenses d’investissement.
L’augmentation des charges de personnel est principalement liée au recrutement de 18 933 nouveaux agents dont 3 641 ex-combattants et à l’effet financier de la stratégie de gestion de la masse salariale en cours d’adoption.
Les dépenses d’investissement financées sur ressources intérieures s’élèvent à 721 960 772 830 FCFA intégrant 33 640 592 109 FCFA affectés aux opérations des Collectivités Décentralisées et Districts, 125 000 000 000 FCFA pour les opérations programmées dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence et 147 605 000 000 FCFA de financement des projets dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement.
La part du financement des projets sur concours extérieurs est prévue à 536 810 740 571 FCFA dont 306 462 804 023 FCFA au titre des emprunts et 230 347 936 548 FCFA sur les dons. Ces financements sont globalement en hausse de 15,3% par rapport à 2013.
Ce niveau d’investissement traduit la volonté du Gouvernement en matière d’amélioration du cadre de vie des populations et de lutte contre la pauvreté.
A travers ce projet de budget, le Gouvernement entend poursuivre les actions visant la consolidation de la cohésion sociale, le renforcement de la sécurité, le développement des infrastructures socio-économiques de base, la promotion de l’emploi, l’amélioration de l’offre de santé et d’éducation ainsi que l’appui au développement agricole.
Toutes ces actions devraient contribuer à la consolidation des bases de l’émergence économique et sociale de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020.

18:19 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

12/12/2013

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 11 décembre 2013 Publié le jeudi 12 decembre 2013 | Ministères

Le mercredi 11 décembre 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 18 heures à 19H15 , à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Paix, à Yamoussoukro, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales − Projets de décrets C/-Communications D/-Divers A/- MESURES GENERALES PROJETS DE DECRETS 1 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’accord de prêt n° 2100150030293, d’un montant de treize millions neuf cent six mille (13 906 000) unités de compte, soit environ dix milliards trois cent soixante millions (10 360 000 000) de francs CFA, conclu le 6 décembre 2013, entre le Fonds Africain de Développement (FAD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Programme d’Appui à l’Amélioration de l’Employabilité et de l’Insertion des Jeunes (PAAEIJ). Ce programme soutiendra les réformes visant à améliorer l’employabilité des diplômés de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, ainsi que l’insertion professionnelle des jeunes issus d’autres filières. 2 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté trois décrets : • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’or, à la Société GLOBAL MINERAIE S.A, dans le Département de Soubré ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’or, à la Société GLOBAL MINERAIE S.A, dans le Département de Sakassou ; • un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’or, à la Société CLUFF GOLD (WA) CÔTE D’IVOIRE SARL, dans le Département de Bouaflé. 3 - Au titre du Ministère du Tourisme, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant institution et perception de frais sur les actes et services liés aux activités du tourisme. Les ressources mobilisées serviront notamment à effectuer des visites techniques de terrain, à garantir le fonctionnement des commissions de délivrance d’agréments, à confectionner et à poser des panonceaux de classement, ainsi qu’à assurer l’inspection des établissements touristiques. 4 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, en liaison avec le Ministère de l’Industrie et des Mines et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances Sur présentation du Ministre, le Conseil a autorisé la cession, à la société MANCHA PRECIOUS METALS SA, de cent neuf mille deux cents (109 200) actions de la Société des Mines d’Ity (SMI), détenues par la Société pour le Développement Minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI), soit 9,1% du capital social de la SMI. Ces actions sont cédées pour un montant de cinq milliards deux cent quarante-sept millions six cent cinquante-six mille (5 247 656 000) francs CFA. C/- COMMUNICATIONS 1 - Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la célébration de l’Année Internationale de la Cristallographie en 2014. Dans le cadre de la célébration du centenaire de la découverte de la diffraction des rayons X par les cristaux et ses nombreuses applications, l’Assemblée Générale de l’ONU a proclamé l’année 2014, Année internationale de la cristallographie, et notre pays a été choisi pour abriter les manifestations commémoratives au niveau de l’Afrique de l’Ouest. Ce choix est un honneur fait à notre pays, et l’acquisition du matériel nécessaire à la réalisation des activités commémoratives fera de la Côte d’Ivoire le pays africain le mieux équipé en cristallographie. Aussi, le Conseil a instruit les Ministres concernés à l’effet de prendre les mesures nécessaires pour l’organisation de cet évènement scientifique. 2 - Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme et le Ministère de l’Agriculture Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au retour du siège d’AfricaRice en Côte d’Ivoire. Le Conseil se félicite de l’état d’avancement du processus de retour du Centre du Riz pour l’Afrique (AfricaRice) à son siège en Côte d’Ivoire. Le Conseil note que ce retour constitue non seulement un atout majeur pour le renforcement des compétences des centres nationaux, des instituts de recherche et des universités, mais offre également de formidables opportunités économiques aux petits exploitants agricoles, aux sociétés privées, ainsi qu’aux communautés villageoises. Ainsi, le Conseil a instruit les différents Ministres concernés à l’effet de prendre les dernières mesures en vue du retour effectif de cette institution en Côte d’Ivoire. 3 - Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère des Eaux et Forêts, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la 3ème édition du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales dénommé «SARA 2015», qui se tiendra du 03 au 12 avril 2015, au futur Parc des Expositions à Abidjan. Cette édition aura pour thème : « la qualité des produits et services agricoles, passeport pour une agriculture émergente ». Le Gouvernement entend, par ce salon, promouvoir les produits et les services des secteurs agricoles, des ressources animales et halieutiques, ainsi que de la foresterie auprès des acteurs nationaux, régionaux et internationaux concernés. Cette édition du SARA, qui sera un véritable cadre d’échanges et de négociations, constituera un précieux signal prospectif susceptible de renforcer les investissements dans le domaine agricole et de soutenir la dynamique du Programme National d’Investissement Agricole. 4 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Agriculture et le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au Programme de développement de la transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire. Compte tenu du faible taux de transformation de l’anacarde et des enjeux économiques et sociaux liés à cette transformation, le Gouvernement a adopté ce programme. Cette stratégie, qui a pour objectifs majeurs le renforcement de la promotion des investissements privés et l’appui ciblé de l’Etat, comporte les mesures suivantes : l’accès au financement, un mécanisme d’appui à l’amélioration de la qualité, une assistance à la commercialisation et des actions de renforcement des capacités. Par ce programme, le Gouvernement envisage d’atteindre, d’une part, un taux de transformation d’environ 35%, soit environ 230 000 tonnes de noix de cajou brutes transformées d’ici à 2016 pour une production globale estimée à 650 000 tonnes et, d’autre part, un taux de transformation de 100% à l’horizon 2020. 5 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle 2014-2016. Ce Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle 2014-2016 est la traduction chiffrée des orientations stratégiques du Gouvernement sur les trois prochaines années. A travers cette programmation triennale, le Gouvernement entend poursuivre les efforts de modernisation de la gestion financière de l’Etat, qui devra désormais être axée sur les résultats, conformément aux directives de l’UEMOA. D/- DIVERS 1- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères Le Chef de l’Etat a informé le Conseil, qu’en marge du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité en Afrique, tenu à Paris du 06 au 07 décembre 2013, il a pris part au Forum sur le nouveau modèle de partenariat économique entre l’Afrique et la France. Ce forum a vu la participation d’une vingtaine de Chefs d’Etat et de Gouvernements africains, ainsi que celle de plusieurs représentants d’organisations et d’institutions financières internationales. Outre la paix et la sécurité, les travaux du sommet ont porté sur le partenariat économique et le développement, ainsi que sur le changement climatique en Afrique. 2 - Au titre du Ministère des Transports Le Conseil a été informé par le ministre, des tragiques accidents de la circulation survenus les samedi 7, dimanche 8 et lundi 9 décembre 2013 sur l’autoroute Nord, dont le bilan fait état de 34 personnes décédées et de 69 blessés. En ces circonstances douloureuses, le Gouvernement tient à exprimer ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes, et présente ses vœux de prompt rétablissement aux blessés. Face à la gravité de ces accidents de la route, le Gouvernement prendra dans les prochains jours une série de mesures visant à modifier profondément le comportement des usagers de la route et à réduire de manière significative les accidents de la circulation. 3 – Visite d’Etat du Président de la République dans la Région du Bélier Le Préfet de la Région du Bélier, Préfet du Département de Yamoussoukro a présenté, à la demande du chef de l’Etat, une communication en Conseil des Ministres relative à la situation administrative et socio-économique dans la Région du Bélier et dans le District Autonome de Yamoussoukro. Cette communication a, dans un premier temps, présenté la Région du Bélier et le District Autonome de Yamoussoukro. Le Préfet de Région a ensuite dressé un état des lieux des infrastructures et des activités socio-économiques de la région, avant d’évoquer plus longuement les difficultés auxquelles la Région et le District sont confrontés, ainsi que les attentes des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais. Fait à Yamoussoukro, le 11 décembre 2013 Bruno Nabagné KONE Ministre de la Poste et des TIC Porte-parole du Gouvernement

07:12 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

03/12/2013

Communiqué du conseil des ministres du lundi 02 décembre 2013 Publié le lundi 2 decembre 2013 | Primature

Conseil-Ministres-Extra-0015.jpg

Le lundi 2 décembre 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10 heures à 12heures, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants:

A/-Mesures Générales
− Projets de loi
− Projets de décrets
B/-Mesures individuelles
C/-Communications


A/- MESURES GENERALES

PROJETS DE LOI

1 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de
l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication et un projet de loi portant réglementation des Bureaux d’Information sur le Crédit (BIC).

Ce projet de loi répond aux recommandations de l’UMOA relatives à la transposition au plan interne du projet de loi uniforme portant réglementation des BIC, d’une part, et à la promotion de ces Bureaux dans les Etats membres, d’autre part.

Le Gouvernement entend, par la mise en place des Bureaux d’Information sur le Crédit, contribuer à l’amélioration du climat des affaires en favorisant une meilleure accessibilité au crédit, et en mettant en place un outil efficace d’analyse, d’évaluation et de gestion des risques, permettant notamment d’anticiper le surendettement des emprunteurs et de prendre des décisions plus appropriées en matière d’octroi de crédits aux particuliers et aux personnes morales.


2 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un projet de loi portant Code Minier.

Ce projet de loi s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle politique du Gouvernement en matière de mines, d’hydrocarbures et d’énergie. Cette nouvelle politique vise à résorber les insuffisances du cadre législatif et réglementaire qui ont freiné la recherche minière et limité la capacité de l’Etat à optimiser les recettes fiscales issues du secteur minier.

Ainsi, ce nouveau projet de code minier moderne est prévu pour assurer à l’Etat de Côte d’Ivoire, des revenus plus conformes au potentiel minier du pays, garantir aux opérateurs privés une meilleure rentabilité de leur exploitation, assurer aux populations riveraines plus de retombées socio-économiques, prendre en compte les évolutions sur le plan environnemental, et renforcer la bonne gouvernance, notamment par rapport aux engagements internationaux.


PROJETS DE DECRETS

1 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Infrastructures Economiques

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt Istisna’a pour le financement du Projet de construction de routes dans la région Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire d’un montant total de cent vingt millions (120 000 000) d’Euros, soit environ soixante-dix-huit milliards sept cent millions (78 700 000 000) de francs CFA, conclu le 23 septembre 2013 entre la Banque Islamique de Développement (BID) et la République de Côte d’Ivoire.

Ce projet de construction de 175 kilomètres de routes consiste au bitumage de deux sections de routes (Boundiali-Odienné et Bolona-Tengréla-Frontière du Mali).


2 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances


Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté quatre décrets :

• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’ilménite à la société GLOBAL INDUSTRIES SARL dans le Département de Sassandra ;

• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’or à la société DUNE SARL dans le Département d’Agnibilékrou;

• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour l’or à la société DUNE SARL dans le Département d’Odienné ;

• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière pour le fer à la société TAURIAN MANGANESE & FERRO ALLOY CI SA dans les Départements de Sassandra et de San-Pédro.

Ces permis de recherche minière sont délivrés pour une période de trois (3) ans.



3 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant attribution d’un permis d’exploitation minière pour le gisement aurifère d’Aféma à la société ROCKSTONE GOLD SA, à Aféma, dans le Département d’Aboisso.

Par ce permis d’exploitation minière, délivré pour une période de vingt (20) ans, la société ROCKSTONE GOLD SA s’engage à développer ce projet minier à travers des investissements de l’ordre de 60 milliards de FCFA, qui généreront 440 emplois. La société s’engage par ailleurs à veiller au respect de la réglementation relative à la protection de l’environnement et au respect de la loi relative au foncier rural.



B/- MESURES INDIVIDUELLES

Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de :

• Monsieur Mark BENSBERG, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Sa Majesté Britannique près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

• Monsieur ARMANDO MATEUS CADETE, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République d’Angola près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

• Monsieur PHAM TRUONG GIANG, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Socialiste du Vietnam près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Rabat (Maroc);

• Madame Ifeoma Jacinte AKABOGU-CHINWUBA, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Fédérale du Nigéria près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abidjan ;

• Monsieur Germain DASYLVA, en qualité de Représentant Résident de l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) en Côte d’Ivoire ;

• Monsieur Tom Boniface Amolo, en qualité de Haut-Commissaire de la République du Kenya près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abuja (Nigeria) ;

• Monsieur Jong Yong Chol, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Populaire et Démocratique de Corée, près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abuja (Nigeria).


C/- COMMUNICATIONS

1 - Au titre du Ministère des Infrastructures Economiques, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères

Sur présentation du Ministre, le Conseil a donné son accord en vue de la tenue de la troisième réunion du comité de pilotage de la construction de l’Autoroute Abidjan-Lagos, du 07 au 10 décembre 2013, à Yamoussoukro.
Cette réunion sera l’occasion, pour les experts et les Ministres chargés des Infrastructures et de la Justice des pays concernés par le projet, de s’accorder sur la version finale de la requête de financement commune devant être transmise à la Banque Africaine de Développement, pour la réalisation des études techniques.

2 - Au titre du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère de l’Agriculture, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, le Ministère des Eaux et Forêts et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative aux mesures à court terme liées aux mortalités brusques et massives de poissons sur la Lagune Ebrié dans les Départements de Jacqueville et de Dabou.
Dans le souci de protéger les consommateurs d’éventuels risques d’intoxication, le Gouvernement avait temporairement interdit, depuis le 03 juin 2013, les activités de pêche, de commercialisation et de consommation des produits de pêche issus de la zone concernée.
En attendant les résultats de la dernière évaluation de la teneur en polluants des eaux et des poissons, qui devront motiver ou non la levée de la mesure de suspension temporaire prise, le Conseil a autorisé l’envoi dans les Départements de Jacqueville et de Dabou, d’une mission gouvernementale de terrain pour apaiser les populations et soulager les acteurs du secteur de la pêche.


3 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et le Ministère de l’Agriculture

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au processus de Kimberley : Projet DPDDA II (Droits de Propriété et Développement du Diamant Artisanal II, PRADD II en anglais).

Dans le cadre de la loi autorisant le Gouvernement américain à fournir l’assistance technique aux pays mettant en œuvre le système de certification du Processus de Kimberley, la Côte d’Ivoire a bénéficié, le 20 septembre 2013, du Projet DPDDA II.
Ce projet, cofinancé dans notre pays par l’Union Européenne, vise d’une part, à accroitre le volume de diamants entrant dans la chaîne légale de production et de commercialisation et, d’autre part, à améliorer les conditions de vie des petits exploitants.

5 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté trois communications :

• une communication relative à l’exécution du Budget à fin septembre 2013 ;
Le Conseil note qu’à fin septembre 2013, l’exécution du Budget enregistre un niveau satisfaisant de recouvrement des recettes, mais l’exécution des dépenses affiche un résultat légèrement en deçà des objectifs fixés, imputable au retard observé dans l’exécution de certains projets d’investissement.
Toutefois, le Conseil se félicite de la cohérence avec laquelle cette exécution s’est faite avec les engagements pris au titre du Programme Economique et Financier.
Le Conseil exhorte les Ministres concernés à poursuivre l’accélération du rythme d’exécution des dépenses d’investissement en vue d’atteindre un taux d’exécution supérieur à 92% en fin d’année, de façon à contribuer à la réalisation de l’objectif de croissance économique de 9% attendu pour l’année 2013, conformément au PND 2012-2015.


• une communication relative à la situation des opérations de passation des Marchés publics à fin septembre 2013 ;
Le Conseil note que l’exécution du budget soumis à la procédure des marchés publics à fin septembre 2013 fait apparaitre des points d’amélioration dans le processus conduit par les différents acteurs, avec une légère baisse du pourcentage de marchés attribués de gré à gré.
Toutefois, le Conseil a instruit les Ministres concernés à l’effet de soutenir et de renforcer les efforts engagés pour améliorer les performances et la transparence du système dans son ensemble, notamment l’accroissement du taux de planification des lignes budgétaires soumises aux règles de marchés publics et aux procédures concurrentielles.

• une communication relative à la liste des Sociétés à privatiser.
Cette liste, arrêtée par le Comité de privatisation mis en place le 21 mai 2013, répertorie quinze (15) entreprises à privatiser, dont le capital social consolidé s’élève à 94,5 milliards de francs CFA avec une participation globale de l’Etat à hauteur de 32,4 milliards de francs CFA, soit 34,2%.
Le schéma de privatisation initialement prévu consiste, pour les entreprises à majorité privée, à accorder si possible une priorité, lors de la vente des actions, au personnel et aux investisseurs ivoiriens, à travers la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM).
Le Gouvernement entend, par ces privatisations, améliorer la gestion des finances publiques en transférant une partie du service de la dette publique au secteur privé, en favorisant la compétitivité des entreprises en particulier, et de l’économie ivoirienne, en général.

D-/ DIVERS

Le Chef de l’Etat a informé le Conseil de la commémoration du vingtième anniversaire du décès du Président Félix HOUPHOÜET-BOIGNY à Yamoussoukro le samedi 07 décembre 2013. A cette occasion, tous les Ivoiriens sont invités à se remémorer l’œuvre du père fondateur de la Nation Ivoirienne et à participer à l’hommage qui sera rendu au grand homme d’Etat que fût le Président HOUPHOÜET-BOIGNY.


Fait à Abidjan, le 2 décembre 2013
Bruno Nabagné KONE
Ministre de la Poste et des TIC
Porte-parole du Gouvernement

01:18 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

27/11/2013

Communiqué du conseil des ministres du mardi 26 novembre 2013 Publié le mardi 26 novembre 2013 | Ministères

Conseil_min_130213 (9).JPGOuattara-BOuake-Conseil-Porte-Parole-0002.jpg

Le mardi 26 novembre 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10 heures à 13h15 à la Préfecture de Bouaké, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.


L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants:

A/-Mesures Générales
− Projets de décrets
B/-Mesures individuelles
− Projet de décret
C/-Communications
D/-Divers


A/- MESURES GENERALES

PROJETS DE DECRETS



1 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle, en liaison avec le Ministère auprès du Président de la République, chargé de la Défense, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et le Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté un décret portant création du Service Civique d’Action pour l’Emploi et le Développement, (SCAED).

Le Service Civique d’Action pour l’Emploi et le Développement vise à contribuer à la resocialisation des jeunes sans qualification et en voie de marginalisation, âgés de 18 à 30 ans, afin de favoriser leur insertion professionnelle et sociale.
Il se déroulera dans des centres résidentiels de formation avec un encadrement et des règles de vie qui s’inspirent du modèle militaire.
Ce service, qui intervient dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi, a pour objectif d’agir sur les chiffres élevés du chômage et du sous-emploi, en favorisant l’emploi salarié ou l’auto-emploi des jeunes.


2 - Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret fixant les modalités de collecte des taxes et redevances au profit du Conseil du Coton et de l’Anacarde et des cotisations professionnelles dans les filières coton et anacarde.

3 - Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté quatre décrets :

• un décret fixant les modalités de commercialisation intérieure de la noix brute de cajou ;

• un décret fixant les conditions d’exercice de la profession d’acheteur de noix brutes de cajou ;

• un décret portant conditions d’exercice de la profession de tiers détenteur en matière de coton et d’anacarde ;

• un décret relatif à la sacherie destinée au conditionnement de la noix brute de cajou.

Ces différents décrets ont pour ambition d’opérer sur la filière coton-anacarde un meilleur contrôle, et de cette façon, valoriser davantage ces produits.
4 - Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté deux décrets :

• un décret fixant les modalités de la commercialisation extérieure des produits de l’anacarde ;

• un décret réglementant la profession d’exportateur des produits de l’anacarde.


L’ensemble de ces mesures concourent à la promotion de l’activité de commercialisation, tant interne qu’externe, de ces produits agricoles en vue d’accroitre et de sécuriser les revenus des producteurs et les ressources de l’Etat.
Il s’agit pour le Gouvernement de créer les conditions d’une meilleure rémunération et d’un développement durable des filières Coton et Anacarde, avec l’amélioration de la qualité marchande de ces produits agricoles et la clarification du rôle de chaque acteur.


5 - Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère auprès du Président de la République, chargé de la Défense, le Ministère de l’Industrie et des Mines, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant interdiction du sciage à façon.

Le présent décret vise non seulement à lutter contre la déforestation et la dégradation des écosystèmes forestiers, mais également à protéger l’industrie forestière et les emplois dans le secteur.
Le Gouvernement entend ainsi promouvoir la bonne gestion des forêts nationales et répondre aux exigences de l’Accord de Partenariat Volontaire FLEGT.

6 – Au titre du Ministère des Eaux et Forêts, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère auprès du Président de la République, chargé de la Défense, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Ministère de l’Industrie et des Mines, le Ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME et le Ministère des Transports

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant interdiction de l’exploitation, de la coupe, du transport, de la transformation, de la commercialisation et de l’exportation des bois d’œuvre et d’ébénisterie de forêts naturelles prélevés au-dessus du 8ème parallèle.

Ce décret, qui vient soutenir les programmes de reboisement de la partie nord du pays, a pour objectif de lutter efficacement contre la destruction avancée de la végétation de cette partie du pays.

B/- MESURES INDIVIDUELLES


Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de Son Excellence Monsieur DOH-DJANHOUNDY Gilbert, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la République du Liban, avec résidence à Beyrouth.


C/- COMMUNICATIONS

1 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté une communication relative au suivi de la feuille de route pour le retour de la Banque Africaine de Développement (BAD) à son siège : Réunion du Comité Bipartite et Besoins du Commissariat Spécial de la BAD.

Le Conseil note la bonne exécution de la feuille de route, qui laisse entrevoir la concrétisation très prochaine du retour de la BAD à son siège à Abidjan. Ainsi, 500 agents temporairement relocalisés à Tunis sont attendus pour fin mars 2014, 330 autres pour fin septembre 2014 et le reste du personnel, soit 690 agents, pour fin décembre 2014.
Aussi, le Conseil a instruit les ministres concernés à l’effet de mettre en œuvre les dernières diligences nécessaires à la mise en œuvre effective de la feuille de route pour le retour de la BAD à son siège.

2 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté une communication relative à la stratégie de relance de l’emploi.

La stratégie de relance de l’emploi, inspirée de la Politique Nationale de l’Emploi, est axée sur une dynamique de création d’emplois sur la base d’une croissance forte, inclusive et durable, impulsée par le développement du secteur privé dans toutes ses composantes.
Il s’agit pour le Gouvernement notamment, de développer une main d’œuvre qualifiée, en rapport avec la demande du secteur privé, pour des entreprises compétitives et des salaires décents. Ce décret a également pour objectif d’optimiser et de pérenniser le financement des actions en faveur de l’emploi et d’intéresser les collectivités décentralisées à la problématique de la formation et de l’emploi.
La stratégie de relance de l’emploi est conçue pour prendre en compte 6 millions de personnes considérées comme chômeurs, y compris les travailleurs en situation de sous-emploi et ceux en situation d’emploi inadéquat.
Ce programme coûtera à l’Etat la somme de 18 milliards de francs CFA sur la période 2014-2015

3 - Au titre du Ministère du Pétrole et de l’Energie, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Président de la République, chargé de la Défense

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative aux conclusions et aux diligences des négociations sur le tracé des frontières maritimes, ainsi que la mise en place effective de la Commission des Frontières Maritimes avec le Ghana et le Libéria.

Sur proposition du Ministre, et au regard des conclusions et des recommandations de la mission ivoirienne au Ghana relative aux négociations sur le tracé des frontières maritimes et à la structuration de la Commission des Frontières Maritimes avec le Ghana et le Libéria, le Conseil a autorisé la création de la Commission Ivoirienne des Frontières Maritimes chargée du bornage de la frontière maritime Côte d’Ivoire/Ghana.



4 - Au titre du Ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère de l’Agriculture et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la délocalisation du Siège de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO) à Abidjan.


A deux ans de la décision définitive de la relocalisation du siège de l’ICCO, le Conseil a réaffirmé la volonté de la Côte d’Ivoire d’abriter le siège de cette organisation. A cet effet, le Conseil a validé un plan d’action en vue de permettre la concrétisation du transfert du siège de l’ICCO à Abidjan.


5 - Au titre du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère d’Etat, Ministère de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle et le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la réforme du collège.
Cette réforme consiste à créer des collèges de proximité fonctionnant en « base 2 », soit avec huit (8) classes. Ces collèges au format réduit, seront situés au plus près des communautés rurales et des familles, afin de permettre aux élèves de résider en famille et surtout aux filles de bénéficier d’un encadrement parental plus effectif, réduisant ainsi pour ces dernières, les risques de grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles.
Ces collèges dispenseront un enseignement identique à celui des collèges classiques, l’ensemble des matières étant enseignées par des professeurs polyvalents recrutés sur concours et formés spécialement à cet effet à l’Ecole Normale Supérieure (ENS).

6 - Au titre du Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a autorisé le paiement de la cotisation statutaire et de diverses contributions de l’Etat de Côte d’Ivoire à la CONFEJES (Conférence des Ministres en charge de la Jeunesse et des Sports), au titre de l’année 2013.


D/- DIVERS

1- A la demande du Chef de l’Etat, le Préfet de Région, Préfet du Département de Bouaké, a présenté une communication au Conseil des Ministres, sur la situation administrative et socio-économique dans la région de GBEKE.
Cette communication a, dans un premier temps, présenté la Région du GBEKE. Le Préfet de Région a ensuite dressé un état des lieux de la région, avant d’évoquer plus longuement les préoccupations majeures des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais.
Le Chef de l’Etat a rappelé les succès passés au plan économique de la ville de Bouaké, et demandé à tous les ministères concernés d’œuvrer afin que cette région retrouve rapidement son dynamisme d’antan. Dans ce sens, le ministre de l’agriculture a présenté les mesures prises en vue d’une relance effective de la filière coton et de la redynamisation des entreprises œuvrant dans cette filière (ETG, CIDT…).
Au nom des populations, le Préfet de Région a remercié le Chef de l’Etat pour les efforts consentis en faveur de la région du GBEKE dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence (PPU) et du Programme National de Développement (PND). Au seul titre du PPU, plus de 27 milliards de F CFA ont été investis dans la Région du GBEKE, notamment dans les secteurs des infrastructures, de l’Education, de la Santé, de l’Electricité, et de la salubrité.

2- Le Conseil a entendu une communication du Ministre de l’Industrie et des Mines relativement à l’évaluation favorable de l’Assemblée plénière du Processus de Kimberley (PK) sur la traçabilité du diamant de Côte d’Ivoire. Cette appréciation est une étape importante vers la levée de l’embargo sur la commercialisation du diamant de Côte d’Ivoire, imposé depuis 2005 par les Nations Unies.



Fait à Bouaké, le 26 novembre 2013
Bruno Nabagné KONE
Ministre de la Poste et des TIC
Porte-parole du Gouvernement

 

Comment

05:45 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

16/11/2013

Communiqué du conseil des ministres du jeudi 14 Novembre 2013 Publié le vendredi 15 novembre 2013 | Ministères

Le jeudi 14 novembre 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 16 heures à 18 heures, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales − Projet de loi − Projets de décrets C/-Communications D/-Divers A/- MESURES GENERALES PROJET DE LOI Au titre du Ministère du Tourisme Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une Communication relative à la présentation de la politique générale du Tourisme et un projet de loi portant Code du Tourisme. Le plan gouvernemental de développement du tourisme s’inscrit dans la dynamique d’une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020. Il fixe le cadre institutionnel opérationnel dans lequel devraient s’inscrire toutes les actions de développement et de promotion du secteur. Le Gouvernement entend ainsi faire du tourisme un secteur majeur de développement économique et social par la promotion et l’amélioration de l’environnement et de l’offre des services touristiques. Le projet de loi vise à mettre en place un cadre juridique et institutionnel adapté au nouvel environnement touristique national et international. Le Gouvernement veut faire du tourisme un maillon essentiel de l’économie de services avec des conditions favorables au développement du secteur afin d’aboutir à un accroissement significatif du nombre de touristes internationaux et d’inciter les Ivoiriens à découvrir leur pays et ses différents attraits. PROJETS DE DECRETS 1 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité conjointement avec le Ministre des Affaires Etrangères Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a adopté trois décrets : • un décret portant reconnaissance d’utilité publique de l’Association dénommée : «Opportunities Industrialization Center International Côte d’Ivoire (OIC INTERNATIONAL COTE D’IVOIRE) » ; • un décret portant reconnaissance d’utilité publique de l’Association dénommée : « Association Ivoirienne des Sciences Agronomiques (AISA) » ; • Un décret portant reconnaissance d’utilité publique de la Fondation Hampaté BÂ. La qualité d’utilité publique reconnue à ces trois associations intervient au regard des actions d’intérêt général dont elles sont créditées, chacune dans son domaine d’activités. Il s’agit pour le Gouvernement de leur permettre d’accroitre leur possibilité d’action de développement au profit de notre pays. 2 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Infrastructures Economiques Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt n° 2013024/PR CI 2013 26 00 d’un montant total de treize milliards (13 000 000 000) de francs CFA, conclu le 7 octobre 2013, entre la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement partiel du projet d’aménagement et de bitumage de la route Bouna-Doropo-Frontière du Burkina Faso en Côte d’Ivoire. L’objectif global de ce projet d’aménagement et de bitumage de cette route longue de 91 km, est de désenclaver les régions de Bouna et de Doropo afin de faciliter les échanges socio-économiques aux niveaux national et sous régional. 3 - Au titre du Ministère de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère des Infrastructures Economiques Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté deux décrets : • un décret portant déclaration d’utilité publique des zones mises en réserve pour l’aménagement et le bitumage de l’autoroute ABIDJAN-GRAND BASSAM; • un décret portant déclaration d’utilité publique des zones mises en réserve pour la construction du pont sur le fleuve Comoé. Les études d’impact environnemental et social du projet d’aménagement et de bitumage de l’autoroute Abidjan - Grand-Bassam et de celui de la construction du pont sur le fleuve Comoé ayant pris fin, les présents décrets déclarent d’utilité publique les zones mises en réserve pour la réalisation de ces travaux. C/- COMMUNICATIONS 1 - Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie et des Finances Sur présentation du Premier Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au bilan du Prix d’Excellence 2013 et à la préparation de l’édition 2014. Le Prix d’excellence 2013, remis le 6 août 2013 sous la présidence du Président de la République, a récompensé 44 lauréats qui ont mérité de la nation pour leur savoir-faire dans les domaines clés de l’activité économique, sociale et culturelle. Le Conseil réitère ses félicitations aux lauréats de l’édition 2013 et exhorte chaque citoyen à œuvrer davantage dans son domaine d’activité pour mériter également de la Nation. 2 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la présentation des résultats de l’audit des arriérés de l’Etat de 2000 à 2010 et du plan d’apurement. Compte tenu des objectifs d’assainissement des finances publiques et de croissance économique que s’est fixé le Gouvernement, un inventaire précis de la dette intérieure de l’Etat s’est avéré indispensable afin d’envisager au mieux les modalités de son règlement. Aussi, le Gouvernement a décidé d’authentifier par un audit, en vue de son apurement, le montant de la dette intérieure au titre des exercices allant de 2000 à 2010. Cet audit, diligenté sur les arriérés de paiement de l’Administration Centrale, des Collectivités Territoriales et des EPN, couvrant la période du 12 septembre 2012 au 22 octobre 2013, a permis de valider le montant de 152,9 milliards de dette intérieure sur les 356 milliards de dette initiale. Compte tenu de la volonté du Gouvernement d’assainir les relations financières entre l’Etat et le secteur privé, le Conseil a validé un plan d’apurement spécifique à chacune des catégories de créanciers identifiés. Les paiements, dans le cadre de ce plan d’apurement, se feront dans la transparence. Les bénéficiaires des créances validées par l’audit seront informés par voie d’affichage dans les différents postes comptables du Trésor Public sur toute l’étendue du territoire national et sur le site internet du Trésor Public (http://www.tresor.gouv.ci). 3 - Au titre du Ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, en liaison avec le Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida, le Ministère de la Justice, des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à l’installation de trois plates-formes de lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG) et d’un relais communautaire VBG, respectivement à Boundiali, à Agnibilékro, à Bondoukou et à Sassandra. La mise en place de ces mécanismes de coordination, de prévention, de référence, de contre-référence et de prise en charge des violences basées sur le genre répond aux engagements internationaux pris par notre pays. Les conséquences des crises militaro-politiques ont fait de Boundiali, d’Agnibilékro, de Bondoukou et de Sassandra les zones des plus vulnérables à la violence basées sur le genre en général et en particulier aux violences sexuelles et aux mutilations génitales. Aussi, la campagne d’installation des plates-formes devrait contribuer à une amélioration significative de la prise en charge des victimes des VBG dans ces localités. D/- DIVERS 1 - Le Président de la République a informé le Conseil que les visites d’Etat qu’il doit effectuer dans le GBÊKÊ et dans le BELIER se feront en deux étapes, respectivement du 25 au 29 novembre 2013 pour le GBÊKÊ, et du 10 au 14 décembre 2013 pour le BELIER. 2 - Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé la visite en Côte d’Ivoire, le 15 novembre 2013 de Monsieur Manuel VALLS, Ministre de l’Intérieur de la France. Fait à Abidjan, le 14 novembre 2013 Raymonde GOUOU COFFIE, Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, Assurant l’intérim du Porte-parole du Gouvernement

07:21 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

09/11/2013

Communiqué du conseil des ministres du vendredi 08 novembre 2013 Publié le samedi 9 novembre 2013 | Ministères

ado1.jpg

Le vendredi 08 novembre 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 16 heures à 18h15, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants:

A/-Mesures Générales
− Projets de lois
− Projets de décrets
C/-Communications
D/-Divers



A/- MESURES GENERALES


PROJETS DE LOIS


Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication et un projet de loi portant règlement du Budget de l’Etat pour l’année 2012.

Ce projet de loi a pour objet d’informer l’Assemblée Nationale de l’exécution de la loi de finances portant Budget de l’Etat pour l’année 2012 et d’arrêter définitivement les comptes de la gestion budgétaire de cette année.
Il en ressort qu’au plan national, la normalisation socio-politique, l’amélioration progressive de l’environnement sécuritaire et les mesures de redressement de l’activité économique ont permis de porter le taux de croissance à 9,8% contre 8,1% initialement projeté. Il y a lieu de noter que cette accélération de la croissance s’appuie sur l’ensemble des secteurs primaire, secondaire et tertiaire.
En ce qui concerne les finances publiques, le niveau du budget initialement arrêté à 3 160 048 228 660 francs CFA a été révisé à 3 240 265 815 584 francs CFA afin de tenir compte de l’évolution satisfaisante de l’activité économique, de l’élargissement de l’assiette fiscale avec la création de nouvelles taxes et du relèvement du taux d’imposition sur les activités des secteurs des télécommunications et du caoutchouc.
Ces performances sont également le résultat de la bonne conduite des actions de consolidation de la paix et de la cohésion sociale.


PROJETS DE DECRETS

1 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté deux décrets :

• un décret relatif aux régies de recettes et aux régies d’avances auprès de l’Etat, des Etablissements Publics Nationaux et des projets d’investissements ;

• un décret portant création, organisation et fonctionnement du Comité d’Identification des Recettes Non Fiscales.

Ces mesures visent, d’une part, à mettre un terme au recours important et systématique à la procédure des régies, qui viole ainsi le caractère exceptionnel de ce mode d’exécution du budget, et d’autre part, à consolider le statut du Comité d’Identification des Recettes Non Fiscales, relativement à son rôle dans l’accroissement du volume des recettes non fiscales dans les prévisions budgétaires.
Il s’agit globalement, dans la dynamique d’assainissement des finances publiques impulsée par le Gouvernement, d’optimiser la mobilisation et l’utilisation des ressources publiques.


2 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt sans intérêt n° 5300-CI d’un montant total de trente-trois millions trois cent mille (33 300 000) de Droits de Tirages Spéciaux, soit environ vingt-quatre milliards six cents millions (24 600 000 000) de francs CFA , conclu le 10 octobre 2013, entre l’Association Internationale pour le Développement (AID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement de la politique de Développement en soutien à la réduction de la pauvreté.
Ce financement est un appui budgétaire en vue de soutenir notre pays dans le vaste programme de lutte contre la pauvreté.


3 - Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère du Pétrole et de l’Energie

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt n° 2013088/FDE CI 2013 25 00, d’un montant de 13 milliards de francs CFA, conclu le 7 octobre 2013, entre la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement partiel du Projet de renforcement et de réhabilitation d’ouvrages de transport et de distribution d’énergie électrique de la Société CI-Energies en République de Côte d’Ivoire.
L’objectif de ce projet est d’améliorer la capacité de transit des lignes et postes des réseaux de transport électrique national et régional, notamment l’interconnexion avec le Ghana, et de contribuer à assurer une meilleure couverture de la demande à Abidjan et dans la zone frontalière avec le Ghana et le Burkina Faso.

4 - Au titre du Ministère des Infrastructures Economiques, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant approbation de la Convention de Concession passée entre l’Etat et la Société d’Etat Fonds d’Entretien Routier pour la réhabilitation, l’exploitation et l’entretien de la section d’Autoroute Abidjan-Yamoussoukro et du Cahier des Charges annexé à cette Convention.

5 - Au titre du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté un décret portant modification des articles 2, 5 et 7 du décret n° 2004-13 du 07 janvier 2004 portant création, attributions et fonctionnement du Conseil National de Lutte contre le Sida.

Ces modifications visent à introduire les représentants des partenaires au développement au sein du Conseil National de Lutte contre le Sida.
Ces mesures ont pour objet de renforcer l’organisation de la lutte contre le VIH/Sida en matière de gouvernance des différents acteurs et ainsi de faciliter les plaidoyers pour la mobilisation des ressources au profit de la lutte contre cette maladie.


C/- COMMUNICATIONS

1 - Au titre du Premier Ministre, Ministre de l’Economie et des Finances

Sur présentation du Premier Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à l’état d’avancement de la mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D).

Le Conseil note globalement le bon déroulement de la mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) qui se traduit par la mise en place du cadre institutionnel, la prise de textes règlementaires et institutionnels, et la signature de plusieurs conventions de mise en œuvre du C2D.
Aussi, 19,45 milliards de francs CFA ont été décaissés dont 16,4 milliards de francs CFA en appui budgétaire 2012 et 3,05 milliards de francs CFA au profit du compte « Etudes et Pilotage ».
Avec l’échéance de remboursement de la dette d’octobre 2013 de 49,2 milliards de francs CFA, le solde du compte du C2D s’élève à 98,6 milliards de francs CFA, qui devront être consommés avant fin avril 2014.
Le Conseil, tout en se félicitant des efforts du Gouvernement pour la réalisation des taux satisfaisants d’absorption des fonds et des taux d’exécution des projets pour la lutte contre la pauvreté, apprécie également la pleine implication de la société civile dans les projets et programmes du C2D et du PND.

2 - Au titre du Ministère du Pétrole et de l’Energie, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances


Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative au principe d’une prise de participations de PETROCI HOLDING dans le capital de deux sociétés de droit privé en création.

Le Conseil note que les concours financiers de la PETROCI se limiteront essentiellement à la cession de participations au capital après réévaluation des actifs de la GESTOCI actuelle.
Ainsi, il s’agira de mettre en place :
− une société de transport d’hydrocarbures par pipelines dans laquelle le Burkina Faso, le Mali, le Nigéria et des groupes privés seraient actionnaires ;
− une société de stockage massif de produits pétroliers, par restructuration de la GESTOCI, dont les associés seront les actionnaires actuels, ainsi que des sociétés pétrolières de la sous-région, d’Europe et d’Amérique.
Avec la création de ces sociétés, le Gouvernement entend conquérir les marchés de la sous-région et faire de la Côte d’Ivoire le hub pétrolier de l’Afrique de l’Ouest, dans le cadre du grand projet baptisé ‘’Abidjan, Rotterdam d’Afrique’’.

3 - Au titre du Ministère de la Santé et de la Lutte contre le SIDA

Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à la tenue du 25è conseil d’Administration de Roll Back Malaria, prévu du 20 au 22 novembre 2013 à Abidjan.


4 - Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances
Sur présentation du Ministre, le Conseil a autorisé la cession partielle des parts de la SODEMI dans le capital de la Société des Mines d’ITY (S.M.I) à des opérateurs privés (La Mancha, groupe ‘’Didier Drogba’’…).
Cette opération de cession devrait non seulement permettre à la SODEMI de mobiliser les ressources nécessaires à la réalisation d’investissements d’envergure, mais également de revenir à ses missions originelles de recherche, de mise en évidence et d’évaluation des ressources minières.

5 - Au titre du Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication
Sur présentation du Ministre, le Conseil a adopté une communication relative à l’adoption du Plan de migration de l’IPv4 vers l’IPv6.
Le Conseil note que le nombre d’utilisateurs d’internet s’accroit de façon exponentielle avec l’augmentation de la population et de l’accessibilité aux TIC.
Face au risque de pénurie des adresses internet utilisant le protocole IPv4 en Côte d’Ivoire, le Conseil a adopté un plan de migration de l’IPv4 vers IPv6.
Aussi, le Conseil a instruit les ministres concernés à l’effet de prendre les dispositions règlementaires appropriées relativement à la mise en œuvre de ce plan.

D/- DIVERS
1 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité
Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a entendu une communication relative au compte rendu de la 1ère rencontre du Conseil Conjoint des Chefs et des Anciens des Zones frontalières du Libéria et de la Cote d’Ivoire du 17 au 19 octobre 2013 à Zwedru, dans le Comté du Grand Gedeh, en République du Libéria.
Cette rencontre, qui a vu la participation du Président de la République et de son homologue libérien ainsi que celle des membres des Gouvernements du Libéria et de la Côte d’Ivoire, a également enregistré la présence des représentants spéciaux du Secrétaire Général des Nations Unies en Côte d’Ivoire et au Libéria, ainsi que celle des autorités locales, des chefs traditionnels et des membres de la société civile.
L’objectif de cette rencontre était de créer un cadre privilégié de coopération et d’échange entre les Chefs traditionnels, les Anciens et les autorités administratives, en vue de favoriser la sécurité, la réconciliation et la paix durable dans la zone frontalière.
A l’issue de cette rencontre, les participants ont convenu d’institutionnaliser ce cadre par la tenue de réunions régulières. Ainsi, la prochaine réunion du Conseil Conjoint des Chefs et des Anciens se tiendra en Côte d’Ivoire au cours des six prochains mois.
A cette occasion, le Chef de l’Etat a exhorté les réfugiés ivoiriens vivant au Libéria à revenir en Côte d’Ivoire, afin de prendre part au processus de réconciliation et de reconstruction en cours.
La Présidente du Libéria, Madame Ellen JOHNSON-SIRLEAF, a, quant à elle, annoncé le retour volontaire de 7000 réfugiés ivoiriens en Côte d’Ivoire avant fin décembre 2013.

2 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère du Pétrole et de l’Energie, le Ministère des Infrastructures Economiques et le Ministère de l’Industrie et des Mines
Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a entendu une communication relative à la participation de la délégation ivoirienne conduite par le Premier Ministre au Forum sur le commerce et l’investissement en Côte d’Ivoire organisé par les Gouvernements du Royaume-Uni et de la Côte d’Ivoire, le 30 octobre 2013 à Londres.
Ce premier forum organisé en prélude au Forum « Investir en Côte d’Ivoire-ICI 2014 », a enregistré la participation d’environ 600 personnes, investisseurs et membres des milieux d’affaires britanniques de secteurs tels que les mines, les hydrocarbures, l’agro-industrie, le logement, les marchés de capitaux…
Le Premier Ministre, après avoir évoqué les progrès réalisés par la Côte d’Ivoire au plan de la relance économique, a souligné le classement de la Côte d’Ivoire parmi les des 10 meilleurs pays réformateurs au monde. Il a ensuite décliné les priorités et opportunités d’affaires en Côte d’Ivoire avant d’insister sur les besoins d’investissement du Plan National de Développement (PND) 2012-2015, estimés à environ 22 milliards de dollars US.
En marge du Forum, le Premier Ministre a reçu un prix récompensant les modalités du financement du pont Henri Konan BEDIE, et a eu plusieurs rencontres avec des hommes politiques britanniques, des acteurs économiques, ainsi qu’avec la presse.

3 - Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère du Pétrole et de l’Energie, le Ministère de l’Industrie et des Mines et le Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication

Sur présentation du Ministre d’Etat, le Conseil a entendu une communication relative à la participation de la délégation ivoirienne conduite par le Premier Ministre au sommet 2013 du mouvement « Open Government Partnership (OGP) » qui s’est tenu à Londres, au Royaume Uni, du 31 octobre au 1er novembre 2013.
Le Premier Ministre s’est entretenu avec son homologue britannique en prélude à la cérémonie d’ouverture des travaux, avant de faire une déclaration solennelle relative à l’adhésion de la Côte d’Ivoire à l’OGP. Il a pris à cette occasion l’engagement de mettre en œuvre les mesures nécessaires en vue de l’éligibilité de la Côte d’Ivoire avant la fin de l’année 2014.
Au cours de ces assises, la Banque Mondiale a annoncé un appui aux Etats dans la conduite des consultations devant aboutir à l’élaboration des plans d’action pour la mise en œuvre des principes de l’OGP.
A l’issue de ce sommet, les Gouvernements présents se sont engagés notamment à lutter contre la corruption et à œuvrer au renforcement de la démocratie et à l’approfondissement du pourvoir des citoyens.

Fait à Abidjan, le 8 novembre 2013
Bruno Nabagné KONE
Ministre de la Poste et des TIC
Porte-parole du Gouvernement

21:49 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

04/11/2013

Académie des sciences d’Outre Mer : Allocution de SEM Alassane Ouattara Publié le lundi 4 novembre 2013 | Présidence

- Excellence Monsieur Blaise Compaoré, Président du Faso,
- Monsieur Abdou Diouf, Président de l’Organisation Internationale de la Francophonie,
- Madame le Ministre Yamina Benguigui, représentant Monsieur le Président de la République Française,
- Monsieur Kofi Annan, Ancien Secrétaire Général de l’ONU,
- Monsieur le Président de l’Académie des sciences d’Outre Mer,
- Monsieur le Secrétaire Perpétuel,
- Mesdames Messieurs les Académiciens,
- Professeur Barthélémy Kotchy-N’Guessan, Président de l’Académie des sciences, des Arts, des cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines
- Honorables invités,
- Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord remercier très sincèrement Mesdames et Messieurs les Honorables Académiciens de cette prestigieuse Institution qu’est l’Académie des Sciences d’Outre Mer, pour l’honneur qui m’est fait aujourd’hui, de devenir l’un des leurs.
Je suis très heureux de compter parmi de si éminentes personnalités, dont la pensée et l’action sont mondialement reconnues.
En ce moment précis, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée particulière et de rendre hommage à mon Père spirituel, feu le Président Félix Houphouët-Boigny, Premier Président de la République de Côte d’Ivoire, grand homme d’Etat, qui fut un visionnaire et le bâtisseur de la modernité de mon pays.
Permettez moi cependant de ne pas oublier d’autres chefs d’état parmi lesquels Léopold Sédar Senghor, dont les écrits ont bercé et fécondé tant d’esprits à travers le monde. Je n’oublie pas les présidents du Conseil, les Ministres, médecins, généraux, journalistes et les explorateurs tels que Louis Gustave Binger, qui a donné son nom à Bingerville, ancienne capitale de la Côte d’Ivoire, ville que la Première Dame, Madame Dominique Ouattara, a choisie pour ériger le premier hôpital mère-enfant dans la région Ouest africaine.

Mesdames et Messieurs
Je voudrais à présent saluer mon ami et frère le Président Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, qui m’a précédé dans cette prestigieuse Institution et dont le pays et le mien, sont liés par l’histoire et la géographie.
Je voudrais saluer également mes ainés, le Président Abdou Diouf, ancien Président du Sénégal et actuel Secrétaire Général de la Francophonie et le Président kofi Annan, Ancien secrétaire Général de l’ONU qui m’ont fait l’honneur et l’amitié d’être avec nous aujourd’hui.
Je remercie également mes amis Michel et Brigitte Camdessus ainsi que Béchir et Danielle Ben Yahmed, qui ont toujours été présents à mes côtés.
Je voudrais saluer le Professeur Henriette Dagri-Diabaté, ancien ministre de la Culture, aujourd’hui Grande Chancelière de l’ordre National de Côte d’Ivoire.
A ces salutations, j’associe le Professeur Barthélémy Kotchy-N’Guessan, qui préside aux destinés de l’Académie des sciences, des Arts, des cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines, et dont la présence dans cette salle nous apporte le soutien des Académiciens ivoiriens.
Mes remerciements appuyés s’adressent à Monsieur l’Ambassadeur Jean Marc Simon, pour la généreuse présentation qu’il vient de faire de moi, et pour tout ce qu’il a fait et continue de faire pour la Côte d’Ivoire.
Enfin, je souhaiterai remercier tous nos amis, frères et sœurs qui ont effectué le déplacement de ce jour pour nous manifester leur soutien.
Honorables académiciens,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

En tant que fils du Continent, je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour vous parler de l’Afrique et de sa place dans le monde de demain, même s’il n’est pas aisé de parler d’un espace composé de 54 Etats souverains, recouvrant des réalités différentes.

L’émergence de nouveaux rapports de force après la guerre froide et de nouveaux pôles de puissances économiques, ont contribué à libérer le potentiel du continent et à accélérer ainsi sa constitution en acteur politique et économique majeur.
La crise de l’économie mondiale et son impact sur l’Europe et les Etats-Unis conforte depuis lors cette position. C’est donc sur ces bases héritées de la fin du 20ème Siècle que l’Afrique est en train de construire son rôle et sa place au 21ème Siècle.

Honorables académiciens,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

En effet, sur ces dix dernières années, je note que la croissance économique en Afrique, mesurée par l’augmentation du Produit Intérieur Brut (PIB) en termes réels, avoisine 5 % l’an et qu’elle a été supérieure à celle de tous les continents à l’exception de l’Asie. Six des dix pays dont le taux de croissance est le plus élevé dans le monde se situent en Afrique. Parmi eux, la Côte d’Ivoire avec un taux de 9,8 % en 2012, pourrait réaliser un taux de croissance à deux chiffres à partir de 2015, consolidant ainsi son rôle de moteur de la croissance économique de la sous-région ouest africaine francophone.
Je note également que le taux d’investissement étranger en Afrique a été multiplié par dix au cours de la dernière décennie avec des apports significatifs de la Chine, de L’Inde, du Brésil, de la Malaisie et de la Turquie. D’ailleurs, le taux de rendement des investissements en Afrique figure parmi les plus élevés au monde.
Les échanges commerciaux de l’Afrique avec le reste du Monde ont augmenté de 200% depuis l’an 2000. Les échanges avec le Brésil, la Chine, la Corée du Sud, l’Inde et la Turquie qui ne représentaient que 1 % sont estimés aujourd’hui à plus de 30 %. Ils devraient atteindre 50 % d’ici 2030.
Il est donc indéniable que l’Afrique est de plus en plus intégrée dans l’économie mondiale et que la diversification de ses partenaires ouvre des opportunités de développement sans précédent.
Le commerce régional est également en plein essor avec la diminution des tarifs douaniers et des restrictions au commerce grâce à l’avancée de l’intégration régionale et la mise en place de grands projets d’infrastructures régionaux.
C’est pour confirmer cette évolution décisive que la CEDEAO a adopté le 25 octobre 2013 à Dakar, d’importantes mesures d’uniformisation du marché communautaire et d’ouverture commerciale.
L’Afrique est donc en passe de relever le défi de l’intégration communautaire et celui d’une politique d’ouverture.




Honorables invités,
Mesdames, Messieurs.

Ces bonnes performances durant la dernière décennie et les bonnes perspectives à moyen terme ont amené la Banque Mondiale à dire que : "L’Afrique est en passe de réussir son décollage économique tout comme la Chine, il y a 30 ans, et l’Inde, il y a 20 ans ». Plusieurs pays africains appelés « pays frontières » dans le jargon économique, sont sur le point de devenir des pays émergents, tout comme le Vietnam en Asie. La Côte d’Ivoire, quant à elle, a pour ambition de devenir un pays émergent à l’horizon 2020.

Honorables académiciens,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

C’est certainement en raison de ce fort potentiel que le Sénat français a intitulé son rapport présenté la semaine dernière à Paris: "l’Afrique est notre avenir".
Je voudrais également citer Monsieur Jacques Attali, dans sa chronique publié dans l’Express du 18 Novembre 2009, qui invite à "considérer l’Afrique comme un formidable potentiel".
Avec un milliard d’habitants, c’est le continent "le plus jeune" au monde.
Avec ces forêts qui couvrent environ 22% du Continent, c’est "le poumon écologique de la planète".
Avec son taux de croissance, c’est "l’un des moteurs de la croissance mondiale".
Enfin, "c’est le Continent le plus riche en matières premières".

Toutefois, la bonne tenue de l’économie africaine ne changera durablement la situation du continent que si elle profite aux populations et réduit de manière substantielle et durable le niveau de pauvreté, parce que comme l’a dit Nelson Mandela, "vaincre la pauvreté n’est pas un geste de charité, c’est un acte de justice".
De ce point de vue l’avenir de l’Afrique dépendra des réponses que nous les dirigeants pourront apporter aux aspirations de sa jeunesse en matière de réduction du chômage, de formation et d’épanouissement.
De même, les femmes, acteurs essentiels du développement et de la stabilité devront elles-aussi jouer un rôle de plus en plus visible et déterminant dans nos sociétés et prendre une part importante dans la définition et la mise œuvre des différentes politiques de développement.

Honorables Académiciens,
honorables Invités,
Mesdames et Messieurs,

Les performances économiques de l’Afrique coïncident avec la progression de la démocratie sur le Continent et avec l’adoption par l’Union Africaine et les organisations régionales des normes relatives au rejet des coups d’Etat et de toute forme de prise illégale du pouvoir.
Cette progression de la démocratie est manifeste, même si elle reste inégalement présente à l’échelle du Continent.
En ce qui concerne la CEDEAO, l’alternance au pouvoir est une réalité, la plupart des pays l’ayant au moins connue une fois au cours des deux dernières décennies. Les élections y sont de plus en plus transparentes et crédibles.
Dans l’ensemble, l’état de droit se renforce, permettant ainsi de bâtir des Institutions fortes et des Etats solides, soucieux des libertés individuelles ainsi que de la préservation de contrepouvoirs efficaces.

Mesdames et Messieurs,

Toutefois, en dépit des progrès actuels et de l’influence grandissante de l’Afrique dans les affaires internationales, son rôle et sa place restent encore largement tributaires de la situation sécuritaire ainsi que de la capacité des organisations continentales à mettre fin aux conflits et aux poches d’instabilité qui perdurent dans divers pays. Sur ce point, il convient de noter la réduction du nombre de conflits sur le continent depuis la fin de la Guerre froide. Cette évolution est le résultat de la détermination de l’Union Africaine et des organisations régionales à trouver une issue positive aux crises, même s’il en existe encore, notamment en République Démocratique du Congo, en Somalie et en Centre-Afrique.
Le prochain sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité les 6 et 7 décembre 2013 à Paris, permettra aux pays africains de développer les voies et moyens pour prévenir ce type de crises qui fragilisent nos états.

Mesdames et Messieurs,
L’Afrique aspire désormais à être assise autour de la table quand se prennent les décisions la concernant. A cet égard, la réforme de la gouvernance mondiale, inévitable au regard de l’évolution du monde, ne sera crédible que si l’Afrique y tient une place de choix.
L’Afrique doit pour cela faire son entrée dans la catégorie des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et cesser ainsi d’être absente dans cette haute catégorie de l’instance mondiale chargée de la paix et de la sécurité internationale.

Honorables académiciens,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Je ne saurai clore mon propos sans revenir à l’Académie des Sciences d’Outre-mer, en rappelant un élément d’histoire qui mérite d’être connu non des académiciens, mais de nos invités venus d’horizons divers.
En effet, c’est à l’occasion de la séance solennelle d’ouverture de l’Académie le 18 mai 1923 à la Sorbonne, que Paul Bourdarie, journaliste et initiateur de cette société savante, y lança les 4 verbes qui deviendront la devise de l’Académie : Savoir, Comprendre, Respecter, Aimer.
Parce que le savoir renvoie à la science, moteur de l’évolution du monde,
Parce que la compréhension mutuelle s’impose à nous Ivoiriens qui prônons le "Vivre Ensemble",
Parce que le respect mutuel demeure une vertu cardinale dans toute démocratie digne de ce nom,
Parce que l’Amour, enfin, gouverne le monde depuis la cellule familiale jusqu’à la coopération entre les Nations.
Je suis heureux de proclamer que je fais mienne, cette devise bien choisie qui devrait guider toute action humaine.
Mais l’énoncé Outre-mer nous renoue à un passé colonial certes, mais où nous devons reconnaître, sans manichéismes, que cette époque a connu de nombreux esprits positifs.
Je pense notamment à l’explorateur René Caillé, qui décrit de manière saisissante et poignante, sa découverte de la ville de Tombouctou : " enfin nous arrivâmes heureusement à Tombouctou au moment où le soleil tombait à l’horizon. Je voyais donc cette capitale du Soudan, qui depuis si longtemps était le but de mes désirs. En entrant dans cette cité merveilleuse, objet des Nations de l’Europe, je fut saisi d’un sentiment inexprimable de satisfaction; je n’avais jamais éprouvé une sensation pareille et la joie était extrême". C’était en 1828!
Aujourd’hui, Tombouctou envahie par des terroristes au début de l’année 2012, mais Tombouctou libérée par la France, notre amie de toujours, par le Tchad notre frère et par une coalition de combattants de la CEDEAO.
Cependant, de René Caillé, ce que je voudrais retenir du haut de cette tribune, ici à l’Académie des Sciences d’Outre mer, c’est une petite phrase qui honore toute la communauté scientifique. " Les intérêts de la science ne sont ni anglais, ni français, ni chinois: les découvertes utiles appartiennent au monde."
Honorables académiciens, je vous exhorte à demeurer toujours utiles au monde.

Je vous remercie.

 

 
 


 C

23:43 Écrit par BEN2013 dans Activités gouvernementales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |