topblog Ivoire blogs

12/05/2014

RGPH 2014 / L’opération bâclée : Voici les coupables Publié le lundi 12 mai 2014 | Le Democrate

remise-don-rgph-0020.jpg

Le ver est dans le fruit. Si le 4èmerecensement général de la population et de l’habitat 2014 coince, ce n’est pas à cause du mot d’ordre de boycott lancé par le principal parti d’opposition en Côte d’Ivoire, le Fpi. Mais c’est plutôt à cause du manque de conscience professionnelle de certains agents recenseurs qui bâclent délibérément l’opération. Lancé officiellement le 15 mars dernier à Bouaké, le recensement général de la population et de l’habitat (Rgph 2014), après celui de 1975, 1988 et 1998 connait quelques difficultés. Certes, des personnes sont réticentes à cette opération statistique, mais il ya que certains agents recenseurs ne font pas du tout leur travail. Sinon, ils le font très mal. En effet, il nous revient de façon récurrente que dans plusieurs quartiers d’Abidjan, ceux-ci ont juste marqué un écriteau sur les habitations sans avoir rencontré les personnes qui y habitent. Selon un habitant du quartier ‘’Gbogbouto’’ à Attécoubé, un agent recenseur est venu une fois chez eux et a demandé à sa fille combien ils étaient. Celle-ci lui a répondu qu’elle ne savait et lui a demandé d’aller voir sa mère. Mais l’agent ne l’a pas fait et a juste marqué des renseignements sur la porte de leur habitation. Jusqu’à ce jour, ce chef de famille indique qu’il n’est plus repassé. Idem dans une cité aux II Plateaux, non loin de la mosquée d’Aghien où l’agent recenseur a griffonné quelque chose sur la porte sans avoir vu les occupants. Ce constat est le même dans plusieurs quartiers de la ville d’Abidjan. A Yopougon, un habitant a fait la même remarque, sauf qu’il dit que l’agent recenseur a promis revenir. Espérons-le pour permettre à la Côte d’Ivoire d’amorcer son développement sous le président de la République de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara qui promet une croissance à deux chiffres d’ici à 2015. Vivement donc que ces agents recenseurs indélicats soient extirpés pour permettre au pays d’avoir des données fiables qui puissent permettre au Chef de l’Etat de mieux répondre aux besoins des populations.

Affia Marie

07:13 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

03/04/2014

Côte d’Ivoire : le gouvernement va "sévir" contre les auteurs de grossesses en milieu scolaire Publié le jeudi 3 avril 2014 | Xinhua

camara.jpg

ABIDJAN -- Le gouvernement ivoirien a décidé de "sévir" contre les auteurs de grossesses en milieu scolaire, un "fléau" qui a touché 5.076 jeunes filles scolarisées au cours de l’année 2012-2013.

A l’issue d’un conseil des ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, a déclaré que le gouvernement entend mener une "lutte vigoureuse" contre le "fléau" des grossesses en milieu scolaire.

Selon le ministère de l’Education nationale, "5.076 cas de grossesse" ont été dénombrés au cours de l’année scolaire 2012- 2013 dont "environ un millier dans l’enseignement primaire".

"L’Etat a décidé de sévir contre les auteurs des grossesses en milieu scolaire, des décisions très fortes seront prises pour sanctionner les personnes qui seront concernées", a averti le porte-parole du gouvernement.

"Il a été suggéré qu’une enquête soit faite sur les 5.076 cas relevés en 2012-2013 de façon à prendre des mesures administratives, disciplinaires contre certaines personnes et dans certains cas, des sanctions pénales puisqu’il s’agit dans certains cas de mineures", a-t-il ajouté.

Pour le gouvernement, les grossesses en milieu scolaire représentent un "problème de santé" pour les jeunes filles en même temps qu’elles "brisent leur parcours" au grand dam de la politique gouvernementale qui vise à accorder les mêmes chances aux jeunes des deux sexes.

Le gouvernement annonce une vaste campagne de sensibilisation des élèves, parents d’élèves et enseignants et la mise en place de "clubs de lutte contre les grossesses et les infections sexuellement transmissibles" dans toutes les villes et les établissements concernés.

Le porte-parole du gouvernement a particulièrement insisté sur le cas des enseignants qu’il a menacé de "sanctions lourdes".

"Il faut que les enseignants soient sensibilisés et qu’ils comprennent que c’est gravissime les actes qu’ils posent à l’égard des jeunes filles", a-t-il conclu.

07:16 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Orientation post-baccalauréat / La préinscription en ligne reconduite : L’opération toujours obligatoire et gratuite Publié le jeudi 3 avril 2014 | L’intelligent d’Abidjan

adohivisvianne-0005.jpg

Pr. Viviane Adohi Krou, Directrice générale de l’enseignement supérieur et des œuvres universitaire (Dges) a annoncé le démarrage de l’opération de préinscription en ligne pour les élèves devant passer le baccalauréat 2014. Elle a donné cette information le mercredi 2 avril 2014, lors d’un point de presse organisé à la Direction de l’orientation et des examens (Dorex) au Plateau.

Pr. Adohi Krou appelle tous les candidats au baccalauréat 2014 désireux d’entrer dans une université publique, une grande école privée ou l’INP-HB (Institut national polytechnique Houphouët-Boigny) à faire valoir leurs choix par la préinscription en ligne. Cette opération du ministère de l’Enseignement supérieur, organisée par la Dorex, se déroulera du mardi 1er avril au vendredi 20 juin 2014. Tout comme l’année dernière, cette préinscription en ligne est obligatoire, entièrement gratuite et se fait sur les sites : www.dorex.edu.ci ou www.dorexci.net. Le Dges a rappelé que cette préinscription comporte deux (2) phases. Il y a la préinscription phase 1, pour les candidats au Bac (les élèves en classe de Terminale) et la préinscription phase 2, pour les bacheliers (candidas admis au Bac). L’opération est donc obligatoire en ce sens que pour accéder à la phase 2, il faut un identifiant (ou un numéro de fiche) provenant de la phase 1. La phase 2 des préinscriptions qui permet aux candidats admis au Bac de confirmer ou de modifier leurs choix (déjà effectués à la phase 1), pour l’entrée dans les universités publiques, les grandes écoles privées et l’INP-HB se déroulera quant à elle, du mercredi 23 juillet au mardi 26 août 2014. Afin de mieux sensibiliser les élèves sur les réformes entreprises à l’enseignement supérieur, une documentation synthèse annuelle de ces réformes dénommée ‘’Guide de l’étudiant’’ a été produite. Ce guide explique selon Mme Adhi Krou, toutes les offres de formation disponibles, leur contenus et débouchés. Ce guide est également disponible en version numérique et téléchargeable sur le site de la Dorex.

Olivier Guédé

07:04 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

13/03/2014

Côte d’Ivoire: le gouvernement publie les «vraies» photos de Charles Blé Goudé en «résidence protégée » Publié le mercredi 12 mars 2014 | APA

1533725_649422695128622_938912411_n.jpg

Le gouvernement ivoirien a publié, mercredi soir, les "vraies" photos de Charles Blé Goudé, l’ex-leader des jeunes patriotes, farouche partisan de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo.

Cette publication a été faite par le ministère d’Etat, ministère de l’intérieur et de la sécurité à travers la page facebook du ministre d’Etat, Hamed Bakayoko.

"Aucune tentative de manipulation de l’opinion ne peut résister à la réalité des faits. Même les pires criminels ont des droits", estime sur sa page facebook, le ministre d’Etat, Hamed Bakayoko.

Selon des sources proches de ce ministère contactées par APA, ces "vraies photos de Charles Blé Goudé ont été prises aujourd’hui (mercredi 12 mars 2014) dans sa résidence protégée".

Ces images du gouvernement montrent Charles Blé Goudé dans plusieurs plans. Ainsi, sur la première photo, habillé en tee-shirt kaki, bien coiffé avec un collier au coup et un gobelet jaune, visiblement dans une cuisine, Charles Blé Goudé arbore un large sourire qui laisse croire une "bonne condition de détention".

Sur la deuxième image, assis sur une chaise "malaga" blanche, Charles Blé Goudé est en train de regarder une télévision couleur écran 14.

La troisième photo, montre Blé Goudé, allongé dans son lit en train de lire un livre. Enfin, sur la 4ème photo, il est en train de faire le choix d’une chemise dans sa garde-robe.

Un peu plut tôt dans la journée, le gouvernement a qualifié, à l’issue d’un conseil des ministres présidé par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, de "montage grossier", les images de Charles Blé Goudé et de Jean-Yves Dibopieu qui circulent depuis lundi sur les réseaux sociaux et relayées par certains médias nationaux.

1508572_711742488857271_1044982267_n.jpgLundi, des photos d’un homme barbu, au crâne dégarni, tantôt « couché à même le sol », tantôt "debout" torse nu, " ressemblant" à l’ex-leader de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé, proche de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo, dans une "cellule" de la Direction de surveillance du territoire (DST)ont été publiées par une partie de la presse ivoirienne.

Le Rassemblement des Républicains (RDR, parti au pouvoir) a dénoncé, à l’occasion, une « fabrication des émotions », parlant de ces « présumées photos » de Charles Blé Goudé et l’ex-secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, Jean Yves Dibopieu. M. Blé Goudé a été arrêté en janvier 2013 au Ghana avant d’être extradé vers la Côte d’Ivoire.

Inculpé par la justice ivoirienne pour "crimes de guerre", Charles Blé Goudé est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) en tant que co-auteur indirect de meurtres, de viols et autres formes de violences sexuelles, d’actes de persécution et autres actes inhumains, ayant été commis durant la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011.

La CPI, qui réclame son transfert à la Haye, a rejeté le 3 mars le sursis de trois mois réclamé par l’État ivoirien pour examiner le cas de l’ancien leader des jeunes patriotes.

LS/hs/APA


J'ai mal...

1621688_294741657341318_1122590484_n.jpg

58858_422686234500707_1256840324_n.jpg1004537_10152005552057291_1783415869_n.jpg

03:46 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

07/03/2014

Côte d’Ivoire : bras de fer autour de la police universitaire Publié le vendredi 7 mars 2014 | Xinhua

Violence-universite-police1.JPG

ABIDJAN -- Un bras de fer oppose le ministè re ivoirien de l’Enseignement supérieur et les autorités universitaires à propos d’une police installée sur les campus et dont des éléments ont commis des exactions sur des étudiants à l’origine d’un arrêt des cours dans les universités publiques à Abidjan.

Les 20 et 21 février, des violences impliquant des étudiants et la police universitaire ont fait des dizaines de blessés dont des cas graves parmi les policiers et dans le rang des étudiants, contraignant les étudiants, puis les enseignants à un arrêt des cours sur les campus Félix-Houphouët-Boigny et Nangui-Abrogoua, à Abidjan.

Dans un communiqué vendredi, le Conseil de l’université Félix Houphouët-Boigny a condamné avec fermeté ces actes de violence "inqualifiables" à l’encontre des étudiants et a décidé de "la suspension" des activités de la police universitaire sur le campus, dans l’attente d’une "solution consensuelle".

Quelques jours plus tard, mercredi, le ministère de l’Enseignement supérieur a rejeté la décision du Conseil de l’université, affirmant que seul le gouvernement peut remettre en cause la présence de la police universitaire dans les universités publiques.

Un communiqué du ministère rappelle que la Société d’infrastructure moderne et pour le développement de la Côte d’Ivoire (SIMDCI, privée dont dépend de la police universitaire) a été sollicitée par le gouvernement pour "assurer l’entretien et la sécurité" des universités publiques rénovées à hauteur de plus de 100 milliards de francs CFA.

"Aussi longtemps que ce contrat ne sera pas remis en cause par le gouvernement, seule la SIMDCI sera habilitée à rendre des comptes à l’Etat en ce qui concerne la sécurité dans les universit és", souligne le communiqué.

Avant la tutelle, la direction générale de la SIMDCI avait ignoré la décision du Conseil de l’université.

Après avoir présenté ses "excuses" à la communauté universitaire, elle a annoncé la radiation de 20 de ces éléments identifiés comme coupables des violences, tout en rassurant que de tels actes ne se reproduiraient plus et en promettant de "veiller à la sécurité des personnes et des biens au sein de l’espace universitaire dans le respect scrupuleux et mutuel de la dignité de tous".

"Tant qu’elle (la police universitaire) sera présente sur le campus les cours ne reprendront pas et, si on n’y prend garde, ce sont toutes les universités et toutes les écoles qui se soulè veront", a menacé mercredi devant la presse un responsable syndical estudiantin, Etienne Assa.

Du côté de la Coordination nationale des enseignants et des chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC), qui soutient la décision de suspension des activités de la police universitaire, l’arrêt des cours est nécessaire pour "éviter mort d’homme sur le campus".

UNE CRISE POLITIQUE ?

Pour le ministère de l’Enseignement supérieur, les violences puis l’exigence du retrait de la police universitaire des campus tiennent à un "projet" de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci, pro-Gbagbo) de "récupérer et contrôler le campus, avec l’appui affiché d’enseignants et des personnels administratifs et techniques proche de l’ancien régime".

Le responsable de la communication de la police universitaire, Jeannot Loukou, ne dit pas autre chose.

Selon lui, la question de la police universitaire "n’est qu’un prétexte", la crise étant en fait "politique".

De fait, croit savoir Jeannot Loukou, la Fesci, le bras sé culier du régime de Laurent Gbagbo, dont l’influence a été mise en veilleuse avec la prise du pouvoir par Alassane Ouattara après la crise post-électorale de 2010, tente de revenir sur la scène.

Son règne entre 1990 et 2011 avait été marqué par un long cycle de violences dans le monde scolaire et estudiantin.

 

 

06:12 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

28/02/2014

Côte d’Ivoire: Ouattara en convalescences en France annonce son retour dimanche Publié le jeudi 27 fevrier 2014 | AFP

pralassane_france-003.jpg

Le président ivoirien Alassane Ouattara, en convalescence en France où il a été opéré d’ une sciatique en février, a annoncé à la télévision publique ivoirienne son retour à Abidjan pour dimanche, dans une interview diffusée jeudi.

"Je suis en pleine santé. (...) Je rentrerai ce dimanche 2 mars", a lancé
le président Ouattara, lors d’une cérémonie à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris, selon les images de la RTI, la Radio télévision ivoirienne.

Le président Ouattara a quitté Abidjan le 2 février pour se faire opérer
d’une sciatique en France, selon le président de l’assemblée nationale
Guillaume Soro. La présidence avait communiqué sur le sujet le 9.

Son absence a favorisé la multiplication de rumeurs annonçant son décès, alors qu’aucune image du chef de l’Etat n’avait jusqu’alors filtré.

1620677_613066398769865_1428010452_n.jpg"J’ai eu une opération à cause d’un problème de sciatique. La sciatique est très douloureuse", a poursuivi, M. Ouattara, la mine rayonnante, sanglé dans un costume sombre.

"Tout s’est très très bien passé! Je n’ai aucune douleur. Je marche
progressivement, à l’aide d’une canne... mais pas pour longtemps", a-t-il poursuivi, exhibant sa canne.

Le président ivoirien s’est également dit "touché" par les messages de
soutien venus de ses compatriotes, de responsables d’institutions, etc.

Mercredi, le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, avait
fustigé la "danse des charognes" menée par les personnes à l’origine des
rumeurs de mort du président. "Merci pour votre fidélité", l’a remercié M. Ouattara.

Le chef de l’Etat ivoirien, âgé de 72 ans, a été élu en décembre 2010 au terme d’une décennie de crise politico-militaire. Il a déjà annoncé sa
candidature pour la prochaine élection, qui se tiendra en octobre 2015.

ck/jf/jmc

07:13 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

20/02/2014

Recensement général de la population et de l’habitat : 23000 agents recenceurs récrutés Publié le jeudi 20 fevrier 2014 | Le Democrate

Le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2014) initialement prévu en novembre dernier, se déroulera finalement du 10 mars au 9 avril prochain sur l’ensemble du territoire national, a annoncé, hier le Directeur de la Division communication et sensibilisation du RGPH, Sérikpa Gnadja. « Tout est réuni,… le RGPH va se tenir du 10 mars au 9 avril, on ne peut plus faire marche arrière », a affirmé Sérikpa Gnadja lors d’une réunion du Comité de veille du RGPH 2014 en soulignant que la durée de cette opération « ne doit pas dépasser un mois » selon les normes internationales. La formations des superviseurs et contrôleurs ayant déjà eu lieu, le Directeur de la Division communication et sensibilisation du RGPH a annoncé que la formation de près 23000 agents recenseurs ou agents de terrain commencera « jeudi ou vendredi ». Il a ajouté que l’Etat ivoirien a acquis 7500 Smartphones pour la réalisation de ce projet. Le gap sera comblé par un prêt à titre gratuit du Brésil, a poursuivi M. Gnadja, saluant la parfaite coopération entre la Côte d’Ivoire et le Brésil. Cette aide du Brésil permet au pays d’avoir un gain de 3,5 milliards de FCFA sur la ligne budgétaire prévu pour l’achat de ces appareils. Une cérémonie de lancement de l’opération de recensement sera organisée le 1er mars, à l’ancien stade de Bouaké (379 km au Nord d’Abidjan) avec la participation de près de 3000 personnes. Après cette étape, une équipe de sensibilisation sillonnera les huit pôles de développement de la Côte d’Ivoire que sont entre autre Gagnoa, Daloa, Korhogo, San-Pédro, Bondoukou et Abidjan. Une cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation en direction du monde des médias est prévue mardi prochain à la Maison de la presse d’Abidjan, en présence de tous les acteurs de cette opération. L’Opération de recensement général de la population qui aurait pu se dérouler depuis 2008, permettra aux partenaires au développement de cadrer leurs investissements dans le pays. Elle coûtera 12 milliards de FCFA dont plus de 7 milliards devront être mobilisés par l’Etat ivoirien et le reliquat par les bailleurs de fonds. La population de la Côte d’Ivoire est estimée à environ 23 millions d’habitants, car-explique-t-on, le pays a connu un taux d’accroissement démographique de 2,85 % entre 1998 et 2007. Les trois opérations de recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) en Côte d’Ivoire, se sont déroulées en 1975, 1988 et 1998.

06:34 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

14/02/2014

L’organisation du concours de L’ENS : communiqué du ministère de l’enseignement supérieur Publié le mercredi 12 fevrier 2014 | Ministères

cissé.jpg

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique rappelle que, conformément à son communiqué du 03 février 2014 publié dans tous les organes de presse, seule la Direction de l’Orientation et des Examens (DOREX) est habilitée à organiser les examens et concours d’entrée dans les grandes écoles publiques en relation avec les directions desdites grandes écoles.

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique rappelle concernant les différents concours d’entrée à l’ENS que :
- Les inscriptions en ligne ouvertes depuis le mardi 04 février qui se poursuivront jusqu’au 05 mars 2014 sont reçues sur le site www.dorexci.net/www.dorex.edu.ci.

- Les dossiers physiques doivent être déposés à l’Antenne de l’INP-HB, Cocody-Danga, près de la Cité Rouge, du lundi 10 février au mardi 11 mars 2014, de 08h à 16h.

Enfin, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique confirme que contrairement aux années précédentes :
- L’achat des pochettes à 2.000frcs est supprimé ;
- La visite médicale n’est exigée seulement qu’après l’admissibilité aux épreuves écrites.

En conséquence, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique informe que les candidatures qui ne respecteront pas le mode opératoire sus visé seront irrecevables et décline toute responsabilité quant aux sommes versées au titre de l’achat des pochettes et de la visite médicale avant les épreuves écrites d’admissibilité.


Fait à Abidjan le Mercredi, 12 Février 2014



Pr Edmée MANSILLA ABOUATTIER

04:39 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

13/02/2014

Côte d’Ivoire : violente manifestation des candidats aux concours d’entrée à l’ENS Publié le jeudi 13 fevrier 2014 | APA

ENS_Abidjan.jpg

 

Abidjan (Côte d’Ivoire) - Des candidats aux concours d’entrée à l’école normale supérieur (ENS) d’Abidjan ont violemment manifesté ,jeudi, devant ladite école pour réclamer leurs frais d’inscription.

Selon plusieurs témoins joints au téléphones par APA, les manifestants réclament leurs frais d’inscription aux différents concours de l’ENS lancés au titre de l’année 2013-2014. "Le personnel a été mis en sécurité", rassure un membre de l’administration de l’ENS dont les locaux sont mitoyens à l’Université Félix Houphouët-Boigny.

Ces frais supprimés par un décret, explique une source proche du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, se composent de 2000 FCFA pour la pochette et 20 000 pour la visite médicale.

"Le décret 2011-396 du 16 novembre 2011 portant organisation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en son article 19, charge la DOREX (Direction de l’orientation et des examens) d’organiser les concours de l’ENS en collaboration avec cette école mais le Directeur de l’ENS récuse ce décret", explique la même source proche du ministère de tutelle.

"Le Directeur de l’ENS a demandé aux candidats de venir payer 22 000 FCFA pour la pochette et la visite médicale, or ces actes ont été supprimés par un arrêté du ministre portant organisation du concours pour tenir compte des difficultés financières des candidats. Ceux qui ont suivi le Directeur de l’ENS réclament aujourd’hui leur argent puisque cela a été supprimé".

"La visite médicale se fera que pour les candidats admissibles et les document à remplir sont à retirer sur le site internet d’inscription", précise le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Les tentatives de APA pour recueillir la version de la direction de l’ENS sont restées vaines.

 

Comment

21:42 Écrit par BEN2013 dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |