topblog Ivoire blogs

09/11/2014

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR/ Propos du Ministre Gnamien KONAN dans un journal de la place: "Le BTS devient une licence professionnelle"

1779769_736721113074984_3572985030735841149_n.jpg

"Le BTS devient une licence professionnelle" Samedi 8 novembre 2014 à la tribune de la Fondation Félix Houphouët Boigny à Yamoussoukro , le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Colonel-Major des Douanes , Gnamien Konan a expliqué que dans sa conception actuelle, le BTS ne répond pas totalement aux exigences du marché de l’emploi:
« Il y a certains de mes collègues ministres, notamment du transport, de l’industrie et du commerce qui m’ont fait savoir que notre BTS est vide. Nous allons réformer le BTS. Désormais, il passe de deux ans à trois ans. Et au lieu, du BTS, on aura maintenant, une licence professionnelle ».
Cela permettra aux diplômés d’avoir de forte chance d’obtenir un emploi , espère-t-il . Toutefois cela ne peut être possible sans un enseignement de qualité.
Monsieur le Ministre a annoncé, les mesures déjà en vigueur. « Pour les Bacheliers de 2014, nous avons prévu, un semestre de cours d’anglais et un autre pour les cours d’informatique. Nous voulons un système fort d’enseignement à distance, parce que chaque deux ans, l’effectif des étudiants augmente ». Il a rappelé les efforts déployés dans l’octroi des bourses d'études aux plus méritants des UFR. « Le chômage, c’est la conséquence de la médiocrité. Prenez les études au sérieux, quels que soient les efforts du gouvernement, des enseignants et des parents, si vous ne vous appliquez pas nos efforts seront vains » a-t-il exhorté, les étudiants".

13:35 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

30/10/2014

La CPI refuse à Gbagbo l’autorisation d’assister aux obsèques de sa mère (officiel)

koudoummom4.jpg

Ci-joint la dernière décision rendue par la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale (CPI) le 29 octobre 2014 dans l’affaire Le Procureur c. Laurent Gbagbo :

Le 29 octobre 2014, après avoir examiné les arguments de la Défense, du Gouvernement de la Côte d’Ivoire, du Greffe, du Procureur et du Représentant légal des victimes, la Chambre de première instance I a rejeté la demande de la Défense de mise en liberté de M. Gbagbo pour une période d’au moins trois jours, sous réserve d’un certain nombre des conditions, afin d’organiser et assister aux funérailles de sa mère.

Bien que la Chambre ait considéré que la demande de M. Gbagbo d’être transféré en Côte d’Ivoire afin d’organiser les funérailles de sa mère constituait des circonstances humanitaires, les juges ne sont pas persuadés dans ces circonstances que toutes conditions spécifiques pourraient suffisamment réduire les préoccupations logistiques et de sécurité identifiées par la Côte d’Ivoire, le Greffe, le Procureur et le Représentant légal des victimes. La Chambre a conclu qu’elle ne pouvait pas justifier l’octroi de cette demande, dans la mesure où son octroi pourrait faire courir un risque de mettre en danger la population en Côte d’Ivoire, le personnel de la Cour et M. Gbagbo lui-même.

Unité des affaires publiques
Cour pénale internationale

06:27 Écrit par BEN2013 dans CPI, Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Éducation financière : l’expérience ivoirienne comme cas d'école pour mieux former les enseignants à toucher les jeunes 28 octobre 2014, 19:42

Ancien enseignant, Félix Yao Kouassi a été sensibilisé à la question du surendettement du corps professoral ivoirien. Il témoigne du dispositif qu'il a mis sur pied pour remédier à cette situation.

En 2001, alors enseignant du primaire, j’ai été témoin de la fuite d’un collègue par l’une des fenêtres de sa classe lorsque celui-ci a vu venir l’usurier – le « Margouillat » comme nous les dénommons – auprès duquel il s’était endetté. Cette situation, à la fois cocasse et triste, m’a permis de comprendre qu’il y avait une action à mener et un déficit de formation à combler (lire aussi l'article d'Estelle Brack). Une dizaine d’années plus tard, je suis arrivé à la direction de la Vie scolaire où j’ai alors pu monter le programme d’éducation financière auquel je réfléchissais depuis lors et mis en place une équipe pour sa conduite. J’ai bénéficié plus tard d’une formation en éducation financière à Paris auprès de la Fédération bancaire française, des Clés de la banque, de la Finance pour tous et de Finances et Pédagogie.

La phase pilote du programme a été conduite au cours de l’année scolaire 2012-2013 dans les Centres de formation pédagogique d’élèves-maîtres. Au regard de l’intérêt accordé par les bénéficiaires au programme et notant une expression de réels besoins en la matière, le programme a été soumis à la ministre de l’Éducation nationale et son cabinet qui l’ont cautionné et encouragé les initiateurs à le déployer à l’ensemble des personnels du ministère. Aujourd’hui, le programme est devenu un outil au service de la DRH dans la sensibilisation des enseignants sur la question du surendettement, qui mine le corps professoral et, conséquemment, menace les résultats et l’avenir scolaires de milliers d’enfants. Il est logé au Bureau d’exécution des projets (BEP) du ministère depuis le 14 mars 2014.

Le programme consiste à donner aux personnels le corpus de connaissances et de savoir-faire leur permettant de faire des choix informés et pertinents dans le domaine de la finance de base. Dans cette veine, nous sensibilisons les enseignants sur le surendettement. Plusieurs thèmes sont abordés au cours des formations:

  • la relation avec l’argent ;
  • les revenus et l’impôt ;
  • le budget et l’élaboration d’un budget personnel et familial ;
  • les services bancaires et financiers ;
  • l’épargne et l’investissement ;
  • les notions de base du crédit ;
  • l’endettement et le surendettement ;
  • le consommateur averti.

Le programme développe depuis peu des formations en direction des apprenants (élèves) en vue de les préparer à une approche saine des questions d’argent. Les notions d’épargne et de budget sont au centre de leurs formations. Plusieurs activités sont ainsi prévues pour leur éducation et inclusion financières : formation des présidents et trésoriers des coopératives scolaires en éducation financière et à la tenue d’une comptabilité simplifiée et des jeux-concours.

À ce jour, le programme a visité 11 directions régionales de l’éducation nationale et de l’enseignement technique (Drenet) et a formé 2 754 enseignants et 562 apprenants. Une formation de 41 assistants sociaux des différentes régions a été programmée pour une meilleure prise en charge des personnels surendettés du ministère.

L’évaluation en matière d’éducation financière n’est pas une chose aisée. Cependant, le constat qui est établi aujourd’hui, c’est que les personnes formées ont commencé à intégrer dans leurs habitudes, l’élaboration de budgets pour un meilleur suivi leurs ressources. C’est déjà encourageant.

Un accent sera maintenant particulièrement mis sur la formation de formateurs pour démultiplier le programme. En dehors du ministère de l’Éducation nationale, l’équipe réfléchit en ce moment à des stratégies pour développer une alphabétisation financière des populations fragiles et à faibles revenus. Nous pensons notamment aux groupements associatifs de femmes et aux jeunes non scolarisés.

Difficultés et perspectives

Les contraintes rencontrées dans le développement du programme sont de plusieurs ordres. D’abord, il y a l’épineuse question du financement. Les déplacements et la prise en charge de l’équipe pour le déploiement du programme dans les différentes régions reviennent cher. Or, le programme n’étant pas encore inscrit au budget du ministère, l’équipe peine à le déployer sur toute l’étendue du territoire. L’équipe se débat comme elle peut pour amener quelques structures privées à l’accompagner dans l’organisation des séances de formation. Ensuite, l’absence de documents sur l’éducation financière adaptés au contexte national est un autre défi qu’il faut relever. Pour étendre l’éducation financière à tout pays, il faut l’intégrer dans les programmes scolaires, amplifier la formation des formateurs et outiller les enseignants. Cela suppose qu’une réponse durable soit trouvée à la question du financement qui demeure, comme précisé précédemment, une contrainte majeure.

La question de la promotion de l’éducation financière doit être traitée d’une manière globale au plan sous-régional et même continental. Dans cette optique, nous envisageons de soumettre sous peu à notre ministère de tutelle, un projet d’organisation d’une rencontre sous-régionale des ministères de l’Education afin de dégager ensemble des stratégies pour le développement de l’éducation financière à l’école dans nos différents États.

En effet, l’éducation financière des populations s’impose aujourd’hui à tous. Elle est devenue « une exigence à la fois pratique et morale », afin de donner aux personnes démunies « les instruments élémentaires de leur survie et les outils qui les aideront à sortir de la trappe de la pauvreté [1] ». C’est à ce titre que j’invite les pouvoirs publics à s’approprier l’éducation financière comme un véritable outil de lutte contre l’exclusion financière et la pauvreté. C’est un passage obligé pour aller à l’émergence. Aussi, doivent-ils l’inscrire dans leurs différentes stratégies économiques et accepter d’appuyer les initiatives de promotion de l’éducation financière.

Nous demandons par ailleurs aux bailleurs et aux institutions financières internationales de soutenir les efforts dans le domaine. Nous souhaitons, pour notre part, qu’ils appuient financièrement le programme et l’aident à s’inscrire dans la catégorie des projets cofinancés de l’État de Côte d’Ivoire.

Enfin nous invitons le secteur privé à s’ouvrir au partenariat pour qu’ensemble nous puissions réussir ce challenge.

 

                                                                                                                                                                               Felix YAO / Patrick BOUBLI

 

Source http://www.revue-banque.fr/banque-detail-assurance/articl...

00:16 Écrit par BEN2013 dans Contribution, Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

29/10/2014

CODIPOST_REPORT DU DELAI AU 15 NOVEMBRE (2)

COURRIER.jpgCOURRIER 3.jpg

COURRIER 1.jpg

Courrier de la DRH avec davantage d'informations sur les documents à problème (1err prise de service, Arrêtés de Nomination, etc.)

07:56 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

26/10/2014

Pourquoi boire de l’eau chaude et du citron le matin ?

Une de mes premières recommandation quand je rencontre pour la première fois des patients en naturopathie, c’est de boire à jeun de l’eau chaude et d’y ajouter un demi-citron pressé. Mais pourquoi ? Ce petit geste quand on en prend l’habitude change beaucoup de choses, il a des effets bien plus durables qu’on ne pourrait le penser….Il aide à éliminer les toxines : le jus de citron fraîchement pressé agit comme un diurétique et aide à drainer les reins. Et puis, l’acide citrique du citron stimule également le foie, qui détoxifie l’ensemble du corps. L’eau chaude ouvre doucement le système digestif et permet de relancer le transit si vos intestins

sont paresseux.

Il détoxifie la peau : les antioxydants et la vitamine C du citron contribuent à vous donner un teint éclatant. Particulièrement recommandé en cas d’acné.
Il soutient l’immunité : la vitamine C fait plus que de vous donner un joli teint. Associée au potassium, elle renforce le système immunitaire de l’organisme
Il vous hydrate : l’eau chaude et le citron hydratent les cellules du corps et permettent de remplacer tous les liquides qui ont été utilisés durant la nuit pour les fonctions du métabolisme.
Il vous donne la pêche : il donne de la vitalité.
Il participe à la perte de poids : la pectine contenue dans le citron aide à réduire les fringales.
Il vous donne une bonne haleine : la saveur du citron fraîche rafraîchit l’haleine et en prime les gencives adorent la vitamine C du citron.
La façon dont vous démarrez la journée donne le ton pour ce qui va suivre, adoptez la tasse d’eau chaude au citron. Essayez pendant un mois, on s’en reparle ensuite ?
Attention, cela ne marche que si vous pressez un citron, pas du tout avec les jus en bouteille. Le citron est généralement alcalin, mais les personnes « neuro-arthritiques » risquent au contraire de s’acidifier avec le citron. A doser selon votre constitution

CITRON.jpg

06:30 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Santé | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

08/10/2014

TOP 9 DES CHEFS D'ÉTAT AFRICAINS LES PLUS RICHES

Le magazine économique américain Forbes vient de publier la liste des chefs d’états africains les plus riches de 2014. De cette publication, il ressort le classement ci-dessous, suivant l'ordre décroissant:
9 - Robert Mugabe, président du Zimbabwe depuis 1987, auparavant premier ministre depuis 1980, est classé neuvième avec 10 millions de dollars américains. Pourtant, ancien grenier à blé de l'Afrique, le Zimbabwe de Mugabe est plongé dans la pénurie alimentaire la plus totale et la population crie à la famine.
8 - Idriss Deby du Tchad occupe la huitième place avec une fortune de 50 millions de dollars américains. Il a été désigné président de la République du Tchad le 28février1991 grâce à l’adoption de la Charte nationale après avoir chassé du pouvoir son ancien compagnon d'armes Hissène Habré le 2décembre1990.
7 - Goodluck Jonathan du Nigeria qui est au pouvoir depuis 04 ans seulement a une fortune estimée de 100 millions de dollars et occupe la septième place du classement.
6 - King Mswati III est l'actuel roi du Swaziland. Il est le 67e fils du roi Sobhuza II et seul enfant de sa mère, Ntombi Tfwala. Il a succédé à son père en 1986 après une période de régence de quatre ans. Sa richesse est évaluée à 100 millions de dollars américains et il est classé sixième.
5 - Le Chef de l’État camerounais, Paul Biya, selon le journal, est le 5e président le plus riche en Afrique en 2014. Le locataire d’Etoudi depuis 1982, donc 31 ans au pouvoir, a une fortune estimée à 200 millions de dollars américains selon Forbes.
4 - Fils de Jomo Kenyatta, premier président de la République entre 1964 et 1978, Uhuru Kenyatta est déclaré vainqueur avec 50,07 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle le 4 mars 2013 qui l’opposait à Raila Odinga. Il prête serment et entre en fonction le 9 avril de la même année. Selon Forbes, le Président kényan a une fortune de 500 millions de dollars.
3 - Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée Équatoriale avec 600 Millions de dollars de fortune se joint à Paul Biya et Idriss Deby pour donner trois places à l’Afrique Centrale dans le tableau de Forbes. Le Roi du Maroc est le seul président de l’Afrique du Nord à être classé.
2 - Mohammed VI est le vingt-troisième monarque de la dynastie alaouite, qui règne sur le Maroc depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, et le troisième à porter le titre de roi. Roi du Maroc depuis le 23 juillet 1999 et héritier d'un pays placé au 130e rang dans le monde pour le développement économique et social, Mohammed VI a une fortune de 2.5 milliards de dollars.
1 - Jose Eduardo dos Santos qui est au pouvoir depuis 34 ans posséderait une fortune de 20 milliards de dollars américains selon Forbes. Le journal américain précise qu’au moment où la majorité d’Angolais dont 70% vivent dans la pauvreté, la fille de Jose Eduardo dos Santos (Isabel) est l’Africaine la plus riche et la femme noire la plus riche au monde.

www.facebook.com/lebabi.net

08:31 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

06/10/2014

CAFOP 2015 : Les différentes étapes

camara.jpg

CAFOP 2015 : Les différentes étapes

Achat de la pochette (DMOSS); (08/10 - 13/12/2014) et examens médicaux à l’école de police; (22/10 - 22/12/2014)
Demande d’authentification administrative du BAC sur le site web de la DECO; (15/10/2014 - 07/01/2015)
Dépôt de la demande d’authentification administrative du BAC dans un Bureau de POSTE CI (aucune demande n’est reçue à la DECO);
Etablissement des autres pièces constitutives du dossier de candidature (extrait de naissance, casier judiciaire, certificat de nationalité, copie CNI, 5 photos de même tirage);
Retrait de l’attestation de visite médicale à l’école de police ; (05/11/2014 - 05/01/2015)
 
Paiement des droits d’inscription (Quittance). Endroits des paiements :
  • Trésorerie de la DECO
  • Agences BNI
  • Banque du Trésor
du (15/10/2014 - 23/01/2015)
 
Accès à la fiche d'inscription au CAFOP grâce au numéro d'authentification administrative du Baccalauréat figurant sur le reçu remis à la poste et la date de naissance du candidat.);
Inscription en ligne et impression des différentes fiches sur le site web de la DECO(www.men-deco.org, s’inscrire dans une seule DRENET/DDENET);
Dépôt du dossier complet (sans l’attestation authentifiée) à la DRENET/DDENET d’inscription pour signature; (15/10/2014 - 26/01/2015)
Consultation de la liste des candidats admis à concourir sur le site web men-deco.org et dans la DRENET/DDENET d’inscription au moment opportun.
 
Télécharger le Calendrier - CAFOP 2015
 

07:00 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le concours d'entrée au CAFOP 2015 est ouvert...

menet.jpg

Il est ouvert au titre de l'année 2015 un concours de recrutement des Instituteurs. Voici les conditions de candidature :

CAFOP : Les conditions et pièces à fournir

CONDITIONS DE CANDIDATURE
  • Être de Nationalité Ivoirienne
  • Être âgé(e) de 18 ans au moins et de 36 ans au plus au 31 décembre 2014
  • Être titulaire du Baccalauréat de l’Enseignement Secondaire
 
PIECES DU DOSSIER DE CANDIDATURE

I. FORMULAIRE A RENSEIGNER ET A IMPRIMER EN LIGNE

  • POUR LE CONTROLE DU DIPLOME

Demande d’authentification administrative du BAC (à déposer à la Poste-CI et non à la DECO)

  • POUR LA CONSTITUTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE

Fiches d’inscription au CAFOP Session 2015 :

  • 1 Fiche d’inscription
  • 2 Fiches de table
  • 2 Convocations
  • 1 Engagement décennal

II. AUTRES PIECES FOURNIES PAR LE CANDIDAT

  • 1 Original de l’extrait d’acte de naissance de moins d’un (1) an
  • 1 Original de l’extrait du casier judicaire de moins de six (6) mois
  • 1 Original du Certificat de Nationalité Ivoirienne
  • 1 Original de l’attestation médicale (DMOSS) d’aptitude à la fonction enseignante
  • 1 Quittance individuelle et originale des droits de concours
  • 1 Photocopie de la carte nationale d’identité ou attestation d’identité en cours de validité
  • 5 Photographies d’identité récentes de même tirage
  • 1 Enveloppe A4 préaffranchie modèle Poste-CI

  Pour les autres détails, consulter le site de la deco : http://men-deco.org/ci/cafop-2015-conditions.php

06:46 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

04/10/2014

Les affectations dans les CAFOP sont disponibles...

Les Affectations des élèves-maîtres dans les CAFOP sont disponibles sur : http://education-ci.org/portail/index.php/formations/2013...

- Les cours débutent le lundi 13 octobre 2014
Bonne année scolaire à tous les élèves-maîtres.

camara k.jpg

11:31 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Les Affectations dans les CAFOP sont disponibles...

camara.jpg

Les affectations dans les CAFOP au titre de l'année scolaire 2014-2015 sont disponibles sur le site :  http://education-ci.org/portail/index.php/formations/2013...

- Les cours débutent le lundi 13 octobre 2014

Bonne rentée scolaire aux élèves-maîtres...

10:27 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |