topblog Ivoire blogs

21/05/2014

Bouaflé : Drenet / 84 cas de grossesses enregistrés Publié le mercredi 21 mai 2014 | Soir Info

La Direction Régionale de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique (Drenet) a enregistré au cours du 1er trimestre de l’année scolaire 2013-2014, 84 cas de grossesses sur un effectif de fille de 8577. En dépit des campagnes de sensibilisations sur les grossesses en milieu scolaire et le Vih/Sida menées par les autorités, des filles continuent de se faire engrosser. Les raisons de ces déviations sont liées à l’extrême pauvreté, le manque de suivi des parents et surtout les tenues vestimentaires extravagantes. Vivement que les autorités prennent agissent vigoureusement contre ce fléau.

Evariste N’guessan (Correspondant à Bouaflé)

07:39 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

10/05/2014

Université de Cocody, jeudi Essy Amara : « C’est à cause de Gbagbo que je suis allé en prison » Publié le samedi 10 mai 2014 | Notre Voie

4e-reunion-UA-0000.jpg

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Essy Amara, a révélé, jeudi dernier, au cours d’une conférence publique sur la diplomatie ivoirienne sous Félix Houphouët Boigny, que c’est à cause du président Gbagbo qu’il est allé en prison pour la première fois. C’était à l’invitation du Groupe de recherche et d’étude en histoire globale (Grhg). «Je ne suis pas là pour juger la diplomatie des autres présidents. Ce que j’ai dit du président Félix Houphouët-Boigny, c’était sous la guerre froide. La première fois que j’ai été en prison, c’est à cause de Gbagbo. Le président Houphouët avait envoyé des gens le chercher chez lui. J’étais chez lui et lorsqu’ils ne l’ont pas trouvé, ils m’ont pris», a dit Essy Amara. Il n’a pas caché ses liens d’amitié avec le président Gbagbo depuis leurs études universitaires en France. «Laurent et moi avons des amis en commun dont Guy Laberti et Albert Bourgi. Je lui ai dit que c’est une erreur de faire venir les Nations unies en Côte d’Ivoire. Il m’a dit que c’est pour montrer sa bonne foi dans la gestion des affaires du pays. J’ai dit à Albert Bourgi qu’il va se fourvoyer. Il avait une méconnaissance du système des Nations unies. Ils prennent leurs instructions à New York et non ici», a-t-il ajouté. Il a également dit avoir effectué une mission, sur instruction du président Gbagbo, auprès du président Boutéflika, alors président en exercice de l’Union africaine pour des élections transparentes en Côte d’Ivoire.
A part la guerre du Biafra qui, selon lui, est un échec de la diplomatie du président Houphouët-Boigny, Essy Amara a salué le combat du premier président ivoirien pour la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Il a salué aussi la diplomatie ivoirienne dans la fin de la guerre en Angola et d’autres crises dans le monde entier.
Didier Kéi

04:28 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

14/04/2014

Education / Examens de fin d’années 2014 ; Voivi le calendrier Publié le lundi 14 avril 2014 | L’intelligent d’Abidjan

Bibliobus_FondationChildren_Africa9.JPG

Les examens de fin d’années 2014, approchent à grand pas. Les ministères en charge de l’école et les différentes structures organisatrices sont déjà au travail. C’est dans cette optique que la Direction des Examens et Concours (DECO), vient de publier les dates des examens de fin d’années (BTS, BAC, BEPC et CEPE)

Dates des épreuves du BTS 2014
Epreuve écrites : Du 14 au 19 juillet 2014
Epreuves orales : Du 21 au 26 juillet 2014

Dates des épreuves du BAC 2014
Epreuves physiques et sportives : Du 29 avril 2014 au 10 mai 2014
Epreuves orales et pratiques:
BAC Enseignement Technique : du 17/06/2014 au 27/06/2014
BAC Enseignement Artistique : du 23/06/2014 au 27/06/2014
BAC Enseignement Général : du 24/06/2014 au 27/06/2014

Epreuves écrites: Du Mardi 1er juillet 2014 au jeudi 04 juillet 2014

Dates des épreuves du BEPC 2014
Epreuves physiques et sportives: Du mardi 15 avril 2014 au 26 avril 2014
Epreuves orales et pratiques: Du mardi 03 juin 2014 au vendredi 06 juin 2014
Epreuves écrites: Du 10 juin 2014 au 12 juin 2014

Dates des épreuves du CEPE 2014
Epreuves physiques et sport : Mardi 11 mars 2014
1er examen blanc : Mardi 6 mai 2014
2e examen blanc : Epreuves écrites / Mardi 27 mai 2014

07:23 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

09/04/2014

À propos de Joyeux anniversaire Chanson

safe_image.php1.jpg

Joyeux anniversaire (France) ou Bonne fête à toi (Canada), en anglais Happy Birthday to You est une chanson traditionnellement chantée pour célébrer l'anniversaire de la naissance d'une personne vivante. Cette chanson, originellement écrite en anglais est, selon le Livre Guinness des records, la chanson la mieux identifiée dans cette langue. Les paroles de cette chanson ont été traduites dans au moins 18 langues. .

La mélodie de Joyeux anniversaire provient de Good Morning to All, chanson enfantine écrite et composée en 1893 par deux sœurs, Patty Hill et Mildred J. Hill. Les deux étaient à l'époque institutrices à l'école Little Loomhouse de Louisville. Les sœurs composèrent Good Morning to All (« Bonjour à tous ») dans l'objectif d'être une chanson facile à chanter par les jeunes enfants. La première attestation écrite de l'association entre la mélodie et les paroles « Joyeux anniversaire » date de 1912. Ces apparitions anciennes ne donnaient pas crédit aux auteurs initiaux. L'entreprise The Summy Company déposa une demande de protection en 1935, au nom des auteurs Preston Ware Orem (en) et R. R. Forman. En 1990, Warner Chappell acheta l'entreprise détentrice des droits de publication pour la somme de 15 millions de dollars américains. La valeur du chant Joyeux anniversaire était estimée à 5 millions de dollars. Warner revendique que le chant n'entrera dans le domaine public qu'en 2030.

Le statut de protection de la chanson Joyeux anniversaire a commencé à attirer l'attention à l'occasion du vote de la loi américaine d'extension du terme des droits d'auteur en 1998. En 2003, dans la fameuse affaire Eldred v. Ashcroft (en), que la Cour suprême des États-Unis a eu à traiter, le juge Breyer a mentionné Happy Birthday to You dans son opinion dissidente. Le professeur Robert Brauneis en est arrivé à conclure : « Il est douteux que Happy Birthday to You, la célèbre héritière de Good Morning to All, soit encore réellement protégé par le copyright. »

08:09 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

05/04/2014

4 avril 1968. Martin Luther King s'écroule sur le balcon de son hôtel de Memphis. Assassiné !

Mais qui est le véritable assassin du pasteur de 39 ans ? Le malfrat James Earl Ray, condamné à 99 ans de prison ? Ou quelqu'un d'autre ? Mystère.

martin-luther-king-545086-jpg_1145114.JPG

Par Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos

À la une du Point.fr

Dans sa chambre du Lorraine Motel de Memphis, Martin Luther King est inquiet, fatigué. Depuis quelque temps, le pasteur est largement critiqué, désavoué, inégalement suivi. Après une succession d'échecs, il peine à rassembler les foules autour de ses sermons, son image décline. Peut-être devrait-il faire appel à Manuel Valls pour redorer son image ?... Néanmoins, il persiste à vouloir prouver que la non-violence est la solution. C'est pour cela qu'il est revenu à Memphis, la veille, le 3 avril 1968, avec ses partisans, afin de soutenir la grève des éboueurs noirs de la ville. Il espère que, cette fois-ci, la manifestation ne s'achèvera pas par des pillages et des fusillades. La municipalité locale condamne sa venue, de même que la Maison-Blanche, mais ça lui est égal. Il est obsédé par tout cela, mais ne laisse rien transparaître. Avant d'aller dîner, il se change dans la chambre 306, une chambre qu'il a si souvent occupée avec son ami et confrère le révérend Ralph Abernathy qu'elle est surnommée "suite King-Abernathy", d'après les dires de ce dernier.

 

Un peu avant 18 heures, King sort sur le balcon pour converser avec ses amis qui l'attendent sur le parking, en contrebas. Ils sont tous invités à dîner chez le révérend Billy Kyles, debout à quelques mètres de Martin Luther. À 18 h 1, un coup de feu retentit. La balle atteint King au visage. Elle entre par sa joue droite, fracasse sa mâchoire et plusieurs vertèbres, avant de sectionner sa moelle épinière. Martin Luther King s'effondre sur le sol. Ses amis accourent du parking pour le secourir. Il est défiguré et gît dans une mare de sang. Les regards se lèvent pour voir d'où a été tiré le coup. Probablement du bâtiment d'en face, mais rien ne bouge. À la vue du King sans connaissance, c'est la panique, les cris, les pleurs. Arrivés rapidement sur place, les secours embarquent le corps pour l'emmener au Saint-Joseph's Hospital. Malgré un massage cardiaque manuel, le coeur de King ne repart pas. À 19 h 5, la mort de Martin Luther King est officielle.

 

Homme blanc, costard-cravate

 

Entre-temps, les enquêteurs se sont déjà mis à l'ouvrage. Juste après l'attentat, des témoins ont vu un homme blanc s'enfuir à bord d'une Mustang blanche de l'hôtel délabré situé de l'autre côté de la rue. Il y avait loué une chambre quelques heures plus tôt sous l'identité de "Tom Willard". Un homme mesurant environ 1 mètre 80, aux cheveux foncés, courts et coiffés en arrière. Très bien habillé, costard-cravate. Les agents établissent d'emblée que le tireur a opéré depuis la salle de bains commune de l'établissement de fortune, qui offre une vue dégagée sur le balcon du motel Lorraine. Dans sa précipitation, le tueur a laissé derrière lui un fusil Remington 760 Gamemaster calibre 30,06, équipé d'une lunette télescopique, ainsi que des jumelles, fraîchement décorées d'empreintes digitales. Quelques jours plus tard, le FBI dévoilera l'identité du tueur : il s'agit de James Earl Ray, un petit malfrat évadé du pénitencier du Missouri. Une chasse à l'homme est ouverte dans le monde entier pour retrouver l'assassin du "Gandhi noir".

 

Curieusement, la veille de son meurtre, Martin Luther King annonçait presque sa mort lors d'un rassemblement au Mason Temple, sanctuaire international et siège de l'important groupe pentecôtiste Church of God in Christ. Quel flair ! Son discours restera célèbre sous le nom de "I've been to the mountaintop". Il s'est écrié : "Ce qui va m'arriver maintenant m'importe guère. Car je suis allé au sommet de la montagne... J'ai vu la terre promise. Il se peut que je n'y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la terre promise." Il savait la menace de certains "frères blancs malades", mais il ne craignait aucun homme, dit-il alors.

 

99 ans de prison

 

Le soir même de l'attentat, la nouvelle de l'assassinat du pasteur Martin Luther King se répand comme une traînée de poudre dans tout le pays. Cris de douleur et d'horreur résonnent dans les grandes villes, bientôt remplacés par la colère de toute la communauté afro-américaine. Malgré les appels au calme et la demande des adjoints de King de ne pas mettre le feu à l'Amérique, une épidémie d'émeutes embrase plus de cent villes : pillages généralisés de magasins, affrontements avec la police et avec les militaires, incendies... Washington, New York, Boston, Miami, Baltimore, Memphis, Kansas City..., c'est l'hécatombe ! On n'entend plus que le bruit des sirènes. Le prophète de la non-violence Luther King se retourne sûrement sur sa table d'autopsie. Le pays est au bord du chaos.

 

Le dimanche 7 avril, le président Lyndon B. Johnson proclame une journée de deuil national et la mise en berne de tous les drapeaux américains jusqu'à l'inhumation du grand homme. Pendant ce temps, les autorités sont incapables de mettre la main sur l'assassin. Finalement, James Earl Ray n'est rattrapé à Londres que deux mois plus tard, alors qu'il s'apprête à prendre un vol à l'aéroport d'Heathrow avec un faux passeport canadien. Extradé vers les États-Unis, il est incarcéré au pénitencier d'État du Tennessee. Lors du procès, il confessera le meurtre, avant de se rétracter trois jours plus tard pour clamer son innocence. En vain, car il est condamné à une peine de prison de 99 ans.

 

Conspiration

 

Il reste toujours un doute sur la culpabilité de James Earl Ray. Les défaillances de l'enquête ou encore l'absence de mobile réel ont suscité de nombreuses thèses de conspiration. Certains font du président Johnson le commanditaire du meurtre, car Martin Luther King a condamné la guerre au Vietnam. D'autres accusent le directeur du FBI Edgar Hoover, qui n'a pas hésité à traiter le leader noir de "plus grand menteur de la terre". D'autres encore pointent du doigt les organisations racistes. La disparition de King peut profiter à beaucoup de monde, mais la justice ne s'intéresse qu'à ce pauvre tocard de Ray.

 

En 1997, Dexter King, le fils de Martin Luther King, rencontre Ray dans sa prison et soutient publiquement les efforts du condamné pour obtenir un nouveau procès. Ray meurt l'année suivante. En 1999, après une longue bataille juridique de la famille King, un jury de Memphis rend son verdict et admet que le leader des droits civiques a bel et bien été victime d'un complot, et non d'un tueur solitaire. Selon le jury, Loyd Jowers, propriétaire d'un restaurant de Memphis, est impliqué dans la disparition de King, ainsi que d'autres conspirateurs, dont des membres d'agences gouvernementales. Les investigations menées par la suite n'ont pu appuyer ce jugement. Aujourd'hui, la famille King cherche toujours le vrai coupable.

 

 

 

08:16 Écrit par BEN2013 dans Hommage, Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

29/03/2014

Vie conjugale n°005 : Gardez à l’esprit que personne n’est parfait ! Publié le samedi 29 mars 2014 | Le Democrate

C’est parfois tentant de faire porter à son conjoint la responsabilité des sentiments de colère, déception, ennui ou stress qu’on éprouve vis-à-vis de son mariage. De là à penser que, pour améliorer votre relation, c’est lui qui doit changer, il n’y a qu’un pas.
C’est une erreur. Quand on essaie de changer son conjoint, on le met sur la défensive et on se retrouve dans le rôle du personnage détestable. Résultat des courses: aucun des deux ne change ni ne prend la responsabilité de ses actes, et les deux sont malheureux. Sans compter que, en transformant votre conjoint en vilain, vous ignorez tout ce qu’il y a de bon en lui et qui constitue l’essentiel de sa personne.
La solution, c’est de changer soi-même. Quand on reconnaît ses propres défauts et porte attention aux qualités de l’autre, la magie apparaît. L’optimisme revient. Le partenaire ce sent mieux parce qu’il se sait plus apprécier et moins critiqué. Et les deux membres du couple retrouvent la motivation de changer de manière à faire naître encore plus de joie.
Un truc qui pourrait vous aider à penser de la sorte: adoptez la philosophie japonaise du wabi sabi, c’est-à-dire l’acceptation de l’imperfection. La prochaine fois que votre conjoint fait quelque chose qui vous déplaît, prenez une bonne respiration et répétez à voix basse wabi sabi en vous disant que ses intentions sont bonnes même s’il s’y prend mal. Sachez aussi reconnaître ses qualités et les nommer, par exemple: «Ma femme est attentionnée» ou «mon mari a de l’humour». Puis associez à cette affirmation un exemple précis : «Elle m’a fait une pédicure- manucure la semaine dernière» ou «quand je suis triste, il sait me faire rire».
Enfin, faites la paix avec vos imperfections. Il nous arrive parfois d’endosser toute la responsabilité de ce qui va mal dans le couple. À hautes doses, la culpabilité paralyse. Sachez reconnaître vos qualités, nommez-les et illustrez-les d’exemples: «Je suis affectueux et gentil; hier, j’ai renoncé au dernier biscuit pour le laisser à ma femme.» «Je suis honnête; je lui dis ce que je pense réellement.

 

 

09:22 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

26/03/2014

AWA COULIBALY CETTE JEUNE IVOIRIENNE TUÉE 2 FOIS A ABIDJAN: PAR L’INSÉCURITÉ ET LE 'BUSINESS' DE LA SANTÉ ]

1959978_618822644865644_2144430678_n.jpg

Awa Kalité Coulibaly a eu le malheur de se retrouver dans un taxi ce dimanche pendant la nuit à Abidjan. Elle se fait agresser sur le pont Félix Houphouët-Boigny par le chauffeur qui la jette là, inconsciente. Chose surprenante, il ne lui vole rien: téléphone, documents administratifs, sac à main - tout est en place. Un gendarme la trouve et la transporte au CHU de Cocody. Entre 22h et 13h le lendemain elle ne recevra aucun soin simplement parce qu'elle n'avait ni argent, ni parent sur place pour payer la facture des 'soins de première nécessité'.
Il aura fallu qu'elle sombre dans le coma pour qu'ils daignent la toucher et lui administrer de l’oxygène qu'il n'aura servi à rien car Awa est décédée par la suite ce matin.

Vive l'éthique médicale, vive le pouvoir et la valeur de la parole donnée avant de porter la blouse blanche, vive le serment d'hypocrites...pendant que le bas peuple se meurt.

Cela est malheureusement connu de tous : la majorité des agents des services publics de l’état Côte d’Ivoire ne sont pas des as du travail fait, bien fait avec amour et sens de la responsabilité… Pour qu’on s’occupe de vous il faut payer, pour passer il faut payer, pour avoir un rendez-vous il faut payer, pour avoir son « papier » signé il faut payer, pour avoir son « papier signé à temps» il faut payer plus… bref, les abus et la corruption en tout genre sont entrain d’atteindre des sommets.
Cependant, comme le disait Aimé Césaire : « il en est qui ont plus de devoirs que d’autres ». Alors face à nos centres de santé qui sont devenus de véritable supermarchés pour les uns, voir des casinos pour d’autres, je considère comme l’extrême infamie le fait que des enfants d’Hippocrate se comportent en commerçants sans foi ni loi.

Malade dans un état grave nécessitant des soins en urgences mais sans premiers soins parce que…, accidentés de la route qui meurent sans premiers soins parce que…, malades agonisants dans des couloirs d’hôpitaux parce que…, malades bloqués dans des hôpitaux et sans soins parce que…, femme enceinte malade et en cours de traitement obligé de retirer elle-même sa perfusion et fuir l’hôpital parce ce que… (oui, j’ai personnellement assisté impuissant à cette scène après le cri de cœur de cette jeune Maman que l’hôpital a ruiné avec un tas de traitement approximatif pendant 3 jours …pour un mal de tête qui selon elle était passé)… !!! POURQUOI ?

Que fait le ministère de la santé pour rappeler au corps médical son rôle premier ? Qu’est ce qui ne va pas au cœur du système médical ivoirien ?

Trop C'est Trop...

Que ton âme repose en paix Awa. Sincères condoléances Marietou Coulibaly. Que ce crime de 'non assistance à personne en danger' ne reste pas impuni.
Claudus Kouadio II

#CivActu #CivSante
[ AWA COULIBALY CETTE JEUNE IVOIRIENNE TUÉE 2 FOIS A ABIDJAN: PAR L’INSÉCURITÉ ET LE 'BUSINESS' DE LA SANTÉ ]
 Awa Kalité Coulibaly a eu le malheur de se retrouver dans un taxi ce dimanche pendant la nuit à Abidjan. Elle se fait agresser sur le pont Félix Houphouët-Boigny par le chauffeur qui la jette là, inconsciente. Chose surprenante, il ne lui vole rien: téléphone, documents administratifs, sac à main - tout est en place. Un gendarme la trouve et la transporte au CHU de Cocody. Entre 22h et 13h le lendemain elle ne recevra aucun soin simplement parce qu'elle n'avait ni argent, ni parent sur place pour payer la facture des 'soins de première nécessité'.
Il aura fallu qu'elle sombre dans le coma pour qu'ils daignent la toucher et lui administrer de l’oxygène qu'il n'aura servi à rien car Awa est décédée par la suite ce matin.

Vive l'éthique médicale, vive le pouvoir et la valeur de la parole donnée avant de porter la blouse blanche, vive le serment d'hypocrites...pendant que le bas peuple se meurt.

Cela est malheureusement connu de tous : la majorité des agents des services publics de l’état Côte d’Ivoire ne sont pas des as du travail fait, bien fait avec amour et sens de la responsabilité… Pour qu’on s’occupe de vous il faut payer, pour passer il faut payer, pour avoir un rendez-vous il faut payer, pour avoir son « papier » signé il faut payer, pour avoir son « papier signé à temps» il faut payer plus… bref, les abus et la corruption en tout genre sont entrain d’atteindre des sommets. 
Cependant, comme le disait Aimé Césaire : « il en est qui ont plus de devoirs que d’autres ». Alors face à nos centres de santé qui sont devenus de véritable supermarchés pour les uns, voir des casinos pour d’autres, je considère comme l’extrême infamie le fait que des enfants d’Hippocrate se comportent en commerçants sans foi ni loi. 

Malade dans un état grave nécessitant des soins en urgences mais sans premiers soins parce que…, accidentés de la route qui meurent sans premiers soins parce que…, malades agonisants dans des couloirs d’hôpitaux parce que…, malades bloqués dans des hôpitaux et sans soins parce que…, femme enceinte malade et en cours de traitement obligé de retirer elle-même sa perfusion et fuir l’hôpital parce ce que… (oui, j’ai personnellement assisté impuissant à cette scène après le cri de cœur de cette jeune Maman que l’hôpital a ruiné avec un tas de traitement approximatif pendant 3 jours …pour un mal de tête qui selon elle était passé)… !!! POURQUOI ?

Que fait le ministère de la santé pour rappeler au corps médical son rôle premier ? Qu’est ce qui ne va pas au cœur du système médical ivoirien ?

Trop C'est Trop... 

Que ton âme repose en paix Awa. Sincères condoléances Marietou Coulibaly. Que ce crime de 'non assistance à personne en danger' ne reste pas impuni. 
Claudus Kouadio II

03:58 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

02/03/2014

Violence à l’université, 20 éléments de la police universitaire radiés Publié le dimanche 2 mars 2014 | Ministères

COMMUNIQUE

Suite aux évènements survenus sur le campus de l’université Félix Houphouët-Boigny, entre des éléments de la Police Universitaire et des étudiants, les 20 et 21 février 2014, la Direction de la Société d’Infrastructure Moderne pour le Développement de la Côte d’Ivoire (SIMDCI) :

- Condamne avec fermeté et vigueur les actes de violence commis ;

- Exprime sa compassion aux blessés de ces actes de violence ;

- Décide que tous les vingt (20) éléments de la Police Universitaire impliqués dans ces actes de violence, qui ont été formellement identifiés, ne font plus désormais partie de ses effectifs, donc radiés ;

- Remercie le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Ministre de la Défense pour leur fermeté et leur appel à la concertation ;

- S’excuse auprès de la communauté universitaire en général et celle de l’université Félix Houphouët Boigny en particulier;

- Rassure que tels actes ne sauraient se reproduire ;

- Promet de veiller à la sécurité des personnes et des biens, au sien des espaces universitaires, dans le respect scrupuleux et mutuel de la dignité de tous.

Pour SIMDCI, le Directeur Général de la Police Universitaire


 

Violence-universite-police2.jpg

23:49 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Réaction | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

27/02/2014

La Côte d’Ivoire ressuscite la première école primaire de son histoire Publié le mercredi 26 fevrier 2014 | AIP

Abandonnée et tombée en ruine depuis plusieurs décennies, la première école primaire de Côte d’Ivoire créée en 1882 à Elima, village du département d’Aboisso (Sud, région du Sud-Comoé), va bientôt renaître de ses cendres, avec la construction d’un nouvel établissement primaire de trois classes sur ses ruines.

Cette initiative du gouvernement ivoirien entre dans le cadre du projet d’urgence d’appui à l’éducation de base, le PUAEB, qui prévoit la construction de 27 classes dans les neuf villages de la sous-préfecture d’Etuéboué.

Construite par des colons français, cette première école primaire ivoirienne jouxtait l’ex-résidence d’Arthur Verdier, un colon français ayant créé la première plantation de café de Côte d’Ivoire.

Le nouvel établissement dont le coût s’élève à 18 millions de francs CFA, comprendra trois salles de classe et devrait ouvrir ses portes à la prochaine rentrée scolaire.
Le village d’Elima avait abrité, en 1994, la cérémonie officielle du centenaire de l’école ivoirienne, rappelle-t-on


cb/tad/kkp/tm

03:15 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

20/02/2014

Recensement général de la population et de l’habitat : 23000 agents recenceurs récrutés Publié le jeudi 20 fevrier 2014 | Le Democrate

Le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2014) initialement prévu en novembre dernier, se déroulera finalement du 10 mars au 9 avril prochain sur l’ensemble du territoire national, a annoncé, hier le Directeur de la Division communication et sensibilisation du RGPH, Sérikpa Gnadja. « Tout est réuni,… le RGPH va se tenir du 10 mars au 9 avril, on ne peut plus faire marche arrière », a affirmé Sérikpa Gnadja lors d’une réunion du Comité de veille du RGPH 2014 en soulignant que la durée de cette opération « ne doit pas dépasser un mois » selon les normes internationales. La formations des superviseurs et contrôleurs ayant déjà eu lieu, le Directeur de la Division communication et sensibilisation du RGPH a annoncé que la formation de près 23000 agents recenseurs ou agents de terrain commencera « jeudi ou vendredi ». Il a ajouté que l’Etat ivoirien a acquis 7500 Smartphones pour la réalisation de ce projet. Le gap sera comblé par un prêt à titre gratuit du Brésil, a poursuivi M. Gnadja, saluant la parfaite coopération entre la Côte d’Ivoire et le Brésil. Cette aide du Brésil permet au pays d’avoir un gain de 3,5 milliards de FCFA sur la ligne budgétaire prévu pour l’achat de ces appareils. Une cérémonie de lancement de l’opération de recensement sera organisée le 1er mars, à l’ancien stade de Bouaké (379 km au Nord d’Abidjan) avec la participation de près de 3000 personnes. Après cette étape, une équipe de sensibilisation sillonnera les huit pôles de développement de la Côte d’Ivoire que sont entre autre Gagnoa, Daloa, Korhogo, San-Pédro, Bondoukou et Abidjan. Une cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation en direction du monde des médias est prévue mardi prochain à la Maison de la presse d’Abidjan, en présence de tous les acteurs de cette opération. L’Opération de recensement général de la population qui aurait pu se dérouler depuis 2008, permettra aux partenaires au développement de cadrer leurs investissements dans le pays. Elle coûtera 12 milliards de FCFA dont plus de 7 milliards devront être mobilisés par l’Etat ivoirien et le reliquat par les bailleurs de fonds. La population de la Côte d’Ivoire est estimée à environ 23 millions d’habitants, car-explique-t-on, le pays a connu un taux d’accroissement démographique de 2,85 % entre 1998 et 2007. Les trois opérations de recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) en Côte d’Ivoire, se sont déroulées en 1975, 1988 et 1998.

06:34 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Le savez vous ? | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |