topblog Ivoire blogs

24/11/2014

Les écoles primaires publiques de Bouaké paralysées par une grève des instituteurs adjoints Publié le lundi 24 novembre 2014 | APA

Lancement_primaire_17jan14 (4).JPG

Bouaké (Côte d’Ivoire) - Plusieurs écoles primaires publiques de Bouaké (379 km au Nord d'Abidjan) ont été fortement perturbées, lundi, par un mouvement de grève de 48 heures déclenché par l’Association des instituteurs adjoints de Côte d’Ivoire (AIACI), a constaté APA sur place dans la métropole du Nord.

Les grévistes qui ont bruyamment fermé des écoles, réclament un reclassement de leur profil de carrière. De l'école primaire publique (EPP) Plateau au quartier Djamourou à l'EPP IRDO au quartier Air France en passant par l'EPP Mamianou au quartier Koko, les salles de classe sont désertées par les apprenants qui ont été priés de rentrer à la maison.

‘'Nous observons aujourd'hui cette grève parce que nous n'avons pas été écoutés par notre hiérarchie", a déclaré à APA Ibrahiman Karamoko, membre de l'Association des instituteurs adjoints de Côte d'Ivoire.

"Nous demandons simplement un reclassement automatique du profil d'instituteur adjoint à instituteur ordinaire c'est-à-dire, passer du grade IA à B3" a-t-il ajouté en soulignant que 21000 instituteurs adjoints sont concernés par cette grève.

CK/ls

23:27 Écrit par BEN2013 dans Humeur, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

13/11/2014

QUALITÉ DES APPRENTISSAGES BOOSTER LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS Ibrahima Baldé | 11/11/2014 | 09H24 GMT

edu_enseignant_classe.jpg

 

 
QUALITÉ DES APPRENTISSAGES
 
BOOSTER LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS
 
Ibrahima Baldé | 11/11/2014 | 09H24 GMT
 
       
 
 
Pour booster la qualité des apprentissages en promouvant la certification des enseignants, surtout dans le cycle primaire, il est question pour les autorités académiques de miser sur la formation continue pour résorber le gap d’enseignants non diplômés. C’est l’avis de Aïssatou Lena Sène, chef de division de la Formation à la direction de la Communication et la Formation du ministère de l’Education nationale (Men) hier, lundi 10 novembre 2014. C’est à l’occasion d’un atelier d’analyse et de validation technique d’un référentiel de certification des enseignants du primaire dans 9 pays pilotes de la CEDEAO (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Niger, Nigeria, Sénégall et Togo).
 
« Les cadres nationaux et régionaux sont impératifs afin de nous assurer non seulement de la mobilité des enseignants dans l’espace CEDEAO mais également leur formation et leur professionnalisation dans ces pays de l’Afrique de l’Ouest, » 
 
« Il ne faut jamais oublier que la question enseignante est au cœur de la qualité des enseignements et des apprentissages et tant qu’elle n’aura pas été résolue, la performance des systèmes éducatifs africains sera toujours médiocre », a estimé la directrice du bureau de l’UNESCO á Dakar, Mme Ann Therese Ndong-Jatta dans une note parvenue à la rédaction. C’était en prélude de l’atelier d’analyse et de validation technique d’un référentiel de certification des enseignants du primaire dans 9 pays pilotes de la CEDEAO (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Niger, Nigeria, Sénégal et Togo).
 
 L’atelier qui s’est ouvert hier, lundi, réunis des experts qui se pencheront sur l’analyse des profils de compétences des enseignants du primaire de leur pays ainsi que l’ébauche d’une grille commune de compétences. Pour le chef de la division de la Formation à la direction de la Communication et la Formation du ministère de l’Education nationale (Men), il est impératif d’actionner le levier de la formation continue pour favoriser un environnement favorable à la qualité des apprentissages des enseignements, notamment dans le primaire. 
 
«Le Sénégal est dans cette posture depuis disons l’année dernière au sens que nous avons élaboré un référentiel pour l’enseignant du préscolaire, de l’élémentaire et du moyen. Dans les Crfpe, les élèves maitres en formation sont formés sur la base de ce référentiel », a fait savoir Aissatou Lena Sène. 
 
Elle a estimé que les autorités académiques ont pris l’engagement de « relever le niveau de recrutement. Il faut avoir le Bac pour être formé dans les centres régionaux. Nous tendons vers la suppression aussi des vacataires dans le moyen secondaire ». 
 
Pour elle, « nous ne pouvons pas être dans la quête de la qualité et continuer à recruter des gens qui n’ont pas le niveau requis et la formation qu’il faut. Il y’a des initiatives qui sont prises pour corriger tous ces dysfonctionnements ». 
Il est question au terme de cet atelier de dégager les bases d’un référentiel des certifications des enseignants du primaire pour la région CEDEAO, définir les normes professionnelles des enseignants du primaire.
 
 

05:45 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Education : Kandia Camara lance la première classe numérique internet mobile en Côte d’Ivoire Publié le mercredi 12 novembre 2014 | Ministères

Classe-numerique-Samsung-MENET-Classique-0029.jpg

Réaffirmant la volonté du Gouvernement ivoirien de « faire du numérique la pierre angulaire de la démarche pédagogique et didactique, gage d’une éducation de qualité à l’horizon 2020 », le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, Kandia Kamissoko Camara a procédé le mardi 11 novembre, au Lycée classique d’Abidjan, au lancement de la première classe numérique internet mobile en Côte d’Ivoire.
Ce don, qui aux dires de la ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique permettra au système éducatif d’être performant, est une classe installée dans un conteneur aménagé, équipée d’infrastructures internet interactives connectées à internet par satellite et alimentée par l’énergie solaire, a expliqué Pierre Kouamé, Directeur général de Universal Telecom, entreprise co-réalisatrice de cette classe numérique internet mobile.
Cette classe présente plusieurs avantages parmi lesquelles la réduction du délai de construction d’une salle de classe, la réduction de la fracture numérique entre zones urbaines et zones rurales. « Avec cette classe le concept E-Education devient une réalité pour toutes les localités, constituant ainsi un outil réel pour l’émergence », a affirmé Pierre Kouamé.
Quant au Directeur Général de Samsung, maître d’œuvre du projet, Olivier Avoa, il a fait savoir que la classe numérique à énergie solaire est déployée par l’entreprise qu’il dirige, dans le cadre du projet Hope for Africa. « Ce programme de classe numérique offre un cadre décent d’apprentissage des enfants au numérique. Cette plate forme contribuera à améliorer l’éducation des enfants dans les contrées reculées », a-t-il expliqué.
Soucieux du fait que internet regorge d’une quantité infinie d’informations qui peuvent élargies les perspectives éducatives des enfants en améliorant leurs conditions de vie sur le long terme, Samsung et le Gouvernement de Côte d’Ivoire ont uni leurs forces pour initier un changement positif dans l’éducation de façon générale et des TIC en particulier.
Le proviseur du Lycée classique d’Abidjan, établissement bénéficiaire de cette classe numérique internet mobile, a exprimé sa satisfaction pour cet outil à la pointe de la technologie, synonyme d’ouverture sur le monde pour ses élèves.

05:36 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

10/11/2014

Des cours sur l’Ebola dispensés aux élèves à Tiassalé Publié le samedi 8 novembre 2014 | AIP

cours d'ebola.JPG

Des cours spéciaux sur la maladie à virus Ebola ont été dispensés aux élèves des établissements scolaires de Tiassalé, en vue de les aider à se prémunir contre la maladie.

La direction départementale de l’Education nationale et de l’Enseignement technique (DDNET) en est l'initiatrice. Ainsi, les cours élaborés par l’antenne de la formation pédagogique d’Agboville ont permis aux élèves d'être instruits sur le mode de contamination du virus, ses signes cliniques et les moyens de sa prévention.

Le représentant du préfet, le secrétaire général de préfecture, Kouakou Yao a lancé officiellement les enseignements.

Une épidémie de la maladie à virus Ebola sévit depuis le premier trimestre 2014 en Afrique de l'Ouest, où quelque 4800 personnes en sont mortes. Aucun cas n'est enregistré en Côte d'Ivoire. Le gouvernement a arrêté depuis lors un train de mesures préventives, rappelle-t-on.

05:00 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Notre école, Santé | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

09/11/2014

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR/ Propos du Ministre Gnamien KONAN dans un journal de la place: "Le BTS devient une licence professionnelle"

1779769_736721113074984_3572985030735841149_n.jpg

"Le BTS devient une licence professionnelle" Samedi 8 novembre 2014 à la tribune de la Fondation Félix Houphouët Boigny à Yamoussoukro , le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Colonel-Major des Douanes , Gnamien Konan a expliqué que dans sa conception actuelle, le BTS ne répond pas totalement aux exigences du marché de l’emploi:
« Il y a certains de mes collègues ministres, notamment du transport, de l’industrie et du commerce qui m’ont fait savoir que notre BTS est vide. Nous allons réformer le BTS. Désormais, il passe de deux ans à trois ans. Et au lieu, du BTS, on aura maintenant, une licence professionnelle ».
Cela permettra aux diplômés d’avoir de forte chance d’obtenir un emploi , espère-t-il . Toutefois cela ne peut être possible sans un enseignement de qualité.
Monsieur le Ministre a annoncé, les mesures déjà en vigueur. « Pour les Bacheliers de 2014, nous avons prévu, un semestre de cours d’anglais et un autre pour les cours d’informatique. Nous voulons un système fort d’enseignement à distance, parce que chaque deux ans, l’effectif des étudiants augmente ». Il a rappelé les efforts déployés dans l’octroi des bourses d'études aux plus méritants des UFR. « Le chômage, c’est la conséquence de la médiocrité. Prenez les études au sérieux, quels que soient les efforts du gouvernement, des enseignants et des parents, si vous ne vous appliquez pas nos efforts seront vains » a-t-il exhorté, les étudiants".

13:35 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

30/10/2014

Plateau: hier Des instituteurs adjoints dispersés par la police Publié le jeudi 30 octobre 2014 | Notre Voie

De nombreux instituteurs adjoints ont manifesté hier matin devant le ministère de la Fonction publique, au Plateau. Ils ont été dispersés par les forces de l’ordre à la fin de leur manifestation après qu’ils ont réclamé aux responsables de ce ministère, leur reversement au grade B3 dans la catégorie des instituteurs ordinaires. Ils affirment avoir été reçus par Hlyh Lakoun Charles, conseiller technique à ce ministère. Qui leur a fait savoir que c’est le ministère de l’Education nationale qui doit faire le premier pas. Ils se sont retrouvés ensuite à l’Epp Amon d’Aby au Plateau pour un meeting. Mais, ils ont été dispersés par la police, cette fois-ci, à coups de gaz lacrymogènes. Ils estiment qu’ils sont titulaires du Certificat d’aptitude pédagogique (Cap) depuis 2009 et qu’ils méritent aujourd’hui d’être des instituteurs ordinaires même s’ils ne sont pas titulaires du baccalauréat comme les instituteurs ordinaires. « Nous sommes 16.000 instituteurs adjoints à avoir obtenu le Cap depuis 2009, l’équivalent aujourd’hui du baccalauréat. Et depuis cette date, nous attendons notre reversement dans le corps des instituteurs ordinaires  » a indiqué Berté Ousséni, Sg national adjoint du Collectif des instituteurs adjoints de Côte d’Ivoire.

Charles Bédé

Ils sont plutôt titulaires d'un CEAP...

06:34 Écrit par BEN2013 dans Humeur, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

29/10/2014

CODIPOST_REPORT DU DELAI AU 15 NOVEMBRE (2)

COURRIER.jpgCOURRIER 3.jpg

COURRIER 1.jpg

Courrier de la DRH avec davantage d'informations sur les documents à problème (1err prise de service, Arrêtés de Nomination, etc.)

07:56 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

23/10/2014

Il est ouvert au titre de l’année 2014,un concours professionnel d’accès au cycle de formation d’Inspecteur de l’Enseignement Primaire et préscolaire.

LE MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE COMMUNIQUE

Il est ouvert au titre de l’année 2014,un concours professionnel d’accès au cycle de formation d’Inspecteur de l’Enseignement Primaire et préscolaire.

La durée est de deux(02) ans.

Le nombre de places mises au concours est quatre-vingts (80).

Les épreuves se dérouleront le samedi 29 novembre 2014 à Abidjan.

Le droit d’inscription s’élève à dix-sept mille francs(17 000 F.CFA) dont:

-frais d’inscription 10 000 F.CFA

-frais annexe (pochette + authentification des diplômes) 7 000 F.CFA

Lire la suite du communiqué aller à la page 

http://www.fonctionpublique.gouv.cipuis cliquer sur + de communiqués.

Où consulter iciconc_pro_ins_pre_priPour s’inscrire ou payer en ligne cliquer ici

https://www.fonctionpublique.egouv.ci/mfpra/concours.php

09:23 Écrit par BEN2013 dans Fonction Publique, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

13/10/2014

Les instituteurs adjoints expriment leur désaccord pour le concours du CAP Publié le lundi 13 octobre 2014 | AIP

caci.jpg

Yamoussoukro- La Coordination des instituteurs adjoints de Côte d'Ivoire (CIACI) a marqué samedi à Yamoussoukro, son opposition au concours du Certificat d'aptitude pédagogique (CAP), en réclamant le renversement sans test de tous les instituteurs adjoints dans le grade des instituteurs ordinaires.

''Nous demandons la suppression du corps des instituteurs adjoints et le reversement de tous ceux qui sont dans ce cas-là au grade B3, c'est-à-dire au corps d'instituteur ordinaire sans test pour que le corps soit équilibré'', a déclaré le secrétaire national de la CIACI, Franck N'Guetta, à l'issue d'une assemblée générale ordinaire organisée à Yamoussoukro en présence de 130 délégués venus de toutes les localités.

Franck N'Guetta a dénoncé les conditions d'organisation du concours qui ne dispose que de 250 places pour 16 000 instituteurs adjoints.

''Le concours exige trois ans de service alors que la majorité des instituteurs adjoints totalise environ six ans, voire neuf ans d'ancienneté et nous avons certains de nos collègues qui vont faire valoir leur droit à la retraite l'an prochain en étant des instituteurs adjoints, ce n'est pas juste!'', a-t-il fait remarquer.

Franck N'Guetta dit s'expliquer difficilement que leurs collègues, les enseignants bénévoles, soient recrutés sans passer de test et intègrent le corps par la titularisation, de même que les enseignants contractuels, et que dans le même temps, les instituteurs adjoints, ''des gens qui travaillent depuis des années'', se voient refuser la même chose.

Il a exprimé son regret de voir le concours de CAP lancé alors que les négociations se poursuivent. ''Nous disons non!'', a martelé Franck N'Guetta appelant les ministères de tutelle à produire une communication à cet effet pour régler la question des instituteurs adjoints.

Il a informé par ailleurs que l'issue de l'assemblée générale ordinaire de la CIACI décidera de la conduite à tenir dans les prochains jours pour faire aboutir définitivement leurs préoccupations.


nam/cmas

05:50 Écrit par BEN2013 dans Humeur, Notre école, Réaction | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

06/10/2014

CAFOP 2015 : Les différentes étapes

camara.jpg

CAFOP 2015 : Les différentes étapes

Achat de la pochette (DMOSS); (08/10 - 13/12/2014) et examens médicaux à l’école de police; (22/10 - 22/12/2014)
Demande d’authentification administrative du BAC sur le site web de la DECO; (15/10/2014 - 07/01/2015)
Dépôt de la demande d’authentification administrative du BAC dans un Bureau de POSTE CI (aucune demande n’est reçue à la DECO);
Etablissement des autres pièces constitutives du dossier de candidature (extrait de naissance, casier judiciaire, certificat de nationalité, copie CNI, 5 photos de même tirage);
Retrait de l’attestation de visite médicale à l’école de police ; (05/11/2014 - 05/01/2015)
 
Paiement des droits d’inscription (Quittance). Endroits des paiements :
  • Trésorerie de la DECO
  • Agences BNI
  • Banque du Trésor
du (15/10/2014 - 23/01/2015)
 
Accès à la fiche d'inscription au CAFOP grâce au numéro d'authentification administrative du Baccalauréat figurant sur le reçu remis à la poste et la date de naissance du candidat.);
Inscription en ligne et impression des différentes fiches sur le site web de la DECO(www.men-deco.org, s’inscrire dans une seule DRENET/DDENET);
Dépôt du dossier complet (sans l’attestation authentifiée) à la DRENET/DDENET d’inscription pour signature; (15/10/2014 - 26/01/2015)
Consultation de la liste des candidats admis à concourir sur le site web men-deco.org et dans la DRENET/DDENET d’inscription au moment opportun.
 
Télécharger le Calendrier - CAFOP 2015
 

07:00 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |