topblog Ivoire blogs

19/10/2013

Gestion des Coges : L’implication des élus locaux, une exigence

1003196_563320220394885_2041504766_n.jpg

E n vue de susciter leur implication effective dans la gestion et le fonctionnement des Comités de gestion des établissements scolaires (Coges), les élus locaux que sont les maires et les présidents de conseils régionaux ont pris part à un séminaire relatif à la contribution des élus locaux et gouverneurs de districts à la gouvernance des Coges. Ce séminaire organisé par le ministère de l’Education nationale, à travers le Service national d’animation de promotion et de suivi des Coges (Snaps-Coges) a été ouvert, hier, sous la présidence du ministère d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, représenté par Bamba Cheick Daniel, directeur de cabinet du ministre Hamed Bakayoko. «Politique de transfert des compétences : contribution des élus locaux à la gouvernance des Coges». Au nom du ministre de l’intérieur Hamed Bakayoko, Bamba Cheick Daniel s’est réjoui du thème. Selon lui, «Le thème est d’autant plus pertinent qu’il constitue en soi une invitation pour une collaboration plus étroite des élus locaux et gestionnaires de l’école. L’école se trouve au cœur du processus de décentralisation, politique volontaire, par excellence, au service du développement local. Le transfert des compétences et des moyens d’action aux collectivités locales se présente dès lors, comme la clé de voûte de cette approche participative qui requiert une implication effective des élus locaux dans la gestion de leur école». Il a instruit les élus à inscrire l’appui des Coges dans leur budget et en faire une priorité. Pour le ministre de l’Education nationale et de l’enseignement technique, Kandia Camara, «les élus locaux, les maires, les présidents des conseils régionaux et les gouverneurs de districts sont les présidents des assemblées générales des Coges». Rappelant les objectifs de ce séminaire, elle a fait savoir qu’il s’agit de présenter aux élus locaux, les innovations apportées au cadre réglementaire des Coges, définir les stratégies d’opérationnalisation de l’appui des élus locaux aux Coges. L’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire et l’Assemblée des régions de Côte d’Ivoire ont réaffirmé leur soutien aux Coges. Kouadio Kouamé, coordonnateur du Snaps-Coges, s’est félicité de l’implication des élus dans la bonne marche des Coges pour une école ivoirienne à la pointe de l’excellence et qui répond aux attentes.

Jean Prisca

07:20 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

11/10/2013

Education nationale /Grossesses en milieu scolaire : Voici la recette du gouvernent pour cette Année académique Publié le vendredi 11 octobre 2013 | Le Mandat

2.800 à 6.000 cas de grossesse au titre de l’année scolaire 2012-2013. Les autorités Ivoiriennes se sont engagées à «vaincre» les grossesses en milieu scolaire en cette année académique 2014-2013 avec pour leitmotiv : « les grossesses en milieu scolaire, une nécessité de vaincre ce fléau ». La Direction de la coordination du Programme national de la santé scolaire et universitaire (Dc-Pnssu), a pris le taureau par les cornes. Le phénomène a été au centre d’une réflexion à Abidjan. Dr Karim Kouyaté, Directeur coordonnateur du programme, avant de donner les nouvelles orientations du Programme, insiste sur la «redynamisation» des Services de santé scolaire et universitaire (Sssu) par l’application des textes régissant le document de politique et qui demeure une opportunité pour l’ensemble du personnel impliqué dans le fonctionnement des médico-scolaires. Le choix du thème retenu pour cette année académique, Dr Kouyaté l’explique par la place de la jeunesse dans les interventions des services de santé en Côte d’Ivoire. Et comme perspectives, le Directeur coordonnateur du programme dégage une dizaine d’axes d’orientation pour l’exercice 2013-2014 qui contribueront « à réduire sensiblement le taux de grossesses en milieu scolaire, un fléau qui interpelle la conscience collective ». Notamment, l’élaboration d’un plan d’action annuel et un plan de suivi-évaluation avec un chronogramme de travail concis et de faire l’activité de visite médicale systématique en commençant par les classes préscolaires, primaires et secondaires. Le patron du Pnssu a également proposé de renseigner le logiciel de gestion de la santé des élèves et étudiants et d’élaborer un calendrier de conférences sur les IST/VIH sida, la santé de la reproduction, et les grossesses en milieu scolaire. Pour l’année scolaire 2012-2013, ce sont 5.076 cas de grossesses qui ont été enregistrés selon la Direction de la planification de l’évaluation et des statistiques (Dpes) du Ministère de l’Education nationale et de l’enseignement technique. Tous les ordres d’enseignement que sont le primaire et le secondaire sont touchés par ce phénomène avec une prédominance, dans la tranche d’âge de 11 à 15 ans, soit 77%. F.T

05:29 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |