topblog Ivoire blogs

16/04/2014

Liste des candidats autorisés à subir les épreuves écrites du CAFOP Session 2014

head.png

Liste des candidats autorisés à subir les épreuves écrites du CAFOP Session 2014 est disponible sur le site de la deco :www.deco.org

Important : Les réclamations relatives aux omissions sont recevables dans les DRENET/DDENET d'inscription (pour les DRENET Abidjan 1, 2, 3 et 4) et à la DECO (pour les DRENET/DDENET de l'intérieur) du Mardi 15 au Jeudi 17 Avril 2014 à partir de 08H.
Passé ce délai, aucune réclamations ne sera reçue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:53 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

14/04/2014

Education / Examens de fin d’années 2014 ; Voivi le calendrier Publié le lundi 14 avril 2014 | L’intelligent d’Abidjan

Bibliobus_FondationChildren_Africa9.JPG

Les examens de fin d’années 2014, approchent à grand pas. Les ministères en charge de l’école et les différentes structures organisatrices sont déjà au travail. C’est dans cette optique que la Direction des Examens et Concours (DECO), vient de publier les dates des examens de fin d’années (BTS, BAC, BEPC et CEPE)

Dates des épreuves du BTS 2014
Epreuve écrites : Du 14 au 19 juillet 2014
Epreuves orales : Du 21 au 26 juillet 2014

Dates des épreuves du BAC 2014
Epreuves physiques et sportives : Du 29 avril 2014 au 10 mai 2014
Epreuves orales et pratiques:
BAC Enseignement Technique : du 17/06/2014 au 27/06/2014
BAC Enseignement Artistique : du 23/06/2014 au 27/06/2014
BAC Enseignement Général : du 24/06/2014 au 27/06/2014

Epreuves écrites: Du Mardi 1er juillet 2014 au jeudi 04 juillet 2014

Dates des épreuves du BEPC 2014
Epreuves physiques et sportives: Du mardi 15 avril 2014 au 26 avril 2014
Epreuves orales et pratiques: Du mardi 03 juin 2014 au vendredi 06 juin 2014
Epreuves écrites: Du 10 juin 2014 au 12 juin 2014

Dates des épreuves du CEPE 2014
Epreuves physiques et sport : Mardi 11 mars 2014
1er examen blanc : Mardi 6 mai 2014
2e examen blanc : Epreuves écrites / Mardi 27 mai 2014

07:23 Écrit par BEN2013 dans Le savez vous ?, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

10/04/2014

Lancement officiel des activités du Bibliobus à Tiassalé en image...

Bibliobus_FondationChildren_Africa17.JPG

La Photo d'ensemble...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliobus_FondationChildren_Africa11.JPGMadame Michelle Lora et Madame Cissé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliobus_FondationChildren_Africa13.JPG

08:48 Écrit par BEN2013 dans Livre, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Lancement officiel des activités du Bibliobus à Tiassalé en image...

Bibliobus_FondationChildren_Africa8.JPG

L'arrivée de Madame la Directrice de la Fondation de Madame la Première Dame.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliobus_FondationChildren_Africa20.JPG

L'invitée du Bibliobus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bibliobus_FondationChildren_Africa1(1).JPG

08:35 Écrit par BEN2013 dans Livre, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

09/04/2014

Education/Des responsables éducatifs instruits sur les réformes aux examens de fin d’année Publié le mardi 8 avril 2014 | AIP

Tiassalé - Les principaux responsables du système éducatif impliqués dans l’organisation des examens ont été instruits, vendredi à Tiassalé (Sud, région de l’Agnéby-Tiassa) sur les nouvelles réformes qui interviendront au baccalauréat (BAC) et au brevet d’étude du premier cycle (BEPC) par la direction des examens et concours (DECO), en présence de la directrice départementale de l’Education nationale et de l’Enseignement Technique de Tiassalé (DDENET), N’gbesso Indat Agathe.

Selon le chef de service examen du BEPC à la DECO, Kouakou Kouman, par ailleurs formateur, ce séminaire a porté sur les réformes et opérations à mener avant, pendant et après les examens. Il a expliqué que les élèves composeront dans toutes les disciplines contrairement aux années précédentes. Mieux, au BEPC et au BAC, les compositions se dérouleront uniquement les matins avec deux matières le matin pour le BEPC. Les compostages ou anonymats se dérouleront les après-midi.

En outre, le formateur a indiqué qu’un centre de collecte et contrôle et une cellule de correction et de délibération seront institués. De même, un giga centre de correction a été annoncé en plus du changement de feuilles de composition des candidats.

(AIP)

08:42 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

07/04/2014

90% du temps d’apprentissage à l’enseignement primaire doivent être consacrés aux disciplines fondamentales, selon le SG du MIDD) Publié le dimanche 6 avril 2014 | AIP

mesmin.jpg

Gagnoa – Le secrétaire général national du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Mesmin Komoé, souhaite que 90% du temps d’apprentissage des enfants dans le primaire soient essentiellement consacrés aux disciplines fondamentales, à savoir le Français et les Mathématiques.
« Aujourd’hui, l’Etat doit faire en sorte que le régime pédagogique consacre comme l’UNESCO l’a d’ailleurs recommandé, 90% du temps d’apprentissage aux disciplines fondamentales que sont le Français et les Mathématiques», a affirmé M. Komoé, militant pour l’allègement de l’emploi du temps des écoliers et par la même, la tâche des maîtres.
Pour lui, il faudrait bien que sur les 90% du temps d’apprentissage, 50% soient consacrés à la langue Française, 40% aux Sciences mathématiques, et seulement 10% pour les autres disciplines, notamment l’Histoire. « Quand un écolier ivoirien sort du CM2 et qu’il ne sait pas en quelle année l’empire Shangaï a atteint son apogée, ça fait quoi », s’est-t-il interrogé, faisant rire et applaudir la salle.

Rencontrant vendredi les instituteurs membres du MIDD dans le cadre d’une tournée de sensibilisation, d’information et de remobilisation des militants locaux de son syndicat, le patron du MIDD a dit encourager l’Etat a également poursuivre la réforme au niveau pédagogique.
Mais cette réforme, il souhaite, qu’elle ‘’consiste surtout, aujourd’hui, à ne plus opposer les différentes approches pédagogiques mais à les rendre complémentaires’’, en suivant les recommandations de l’UNESCO, car l’essentiel de l’enseignement dans le primaire réside dans le fait pour le maître d’amener les apprenants à acquérir le savoir être et le savoir faire.
Au total, le SG du MIDD suggère à l’Etat, notamment le ministère de tutelle, d’œuvrer pour qu’il y ait un "quantum horaire qualitatif et non quantitatif dans le primaire", avec les 900 heures par an, prenant exemple sur la Finlande qui a le meilleur niveau de formation au monde dans le primaire avec seulement 700 heures de cours.

(AIP)

04:57 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Le MIDD réclame 60 milliards de FCFA à l’Etat Publié le dimanche 6 avril 2014 | AIP

comoé.jpg

Gagnoa – Le secrétaire général national du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Mesmin Komoé, réclame 60 milliards de FCFA à l’Etat, au titre des ‘’arriérés d’indemnité de logement et de bonification indiciaire cumulés’’ depuis 2008-2009, menaçant de rentrer en grève si cet argent n'est pas payé.

M. Komoé a justifié l’origine de cette ardoise due au MIDD par l’Etat, expliquant que l’Etat reste devoir individuellement à chacun des instituteurs fonctionnaires membres du MIDD qui a commencé le service avant l’année 2009, environ 1.280.000 FCFA. « Donc ça fait globalement une enveloppe de 60 milliards de FCFA », a estimé le chef de file du MIDD, soulignant que l’Etat n’aura aucune difficulté à dégrever cette dette sur une enveloppe budgétaire de 4.000 milliards de FCFA, au titre de son budget 2014.

Au nom de tous les militants du MIDD et particulièrement de ses camarades de la section de Gagnoa qu’il rencontrait vendredi dans le cadre d’une tournée d’information et de remobilisation des militants du syndicat, il a interpellé l’Etat, afin que le paiement de la dette due aux instituteurs fonctionnaires soit exécuté.

« Nous interpellons d’abord l’Etat. Il faut que l’Etat nous dise comment il va nous payer. S’il y a une oreille attentive, nous allons saluer et accueillir favorablement cela. Nous sommes en effet disposés à discuter, au cas où le paiement ne peut pas se faire en une seule fois, d’un éventuel chronogramme ou échéancier», a-t-il dit, refusant toute idée d’abandon de cette dette à l’Etat de Côte d’Ivoire, faisant planer la menace d’une grève.

‘’En tant que structure syndicale, le MIDD se réserve le droit de toutes actions de masse pour attirer l’attention de l’Etat sur l’affaire du reliquat dû à ses membres, si d’aventure aucune oreille attentive n’est prêtée à cette question, après un certain nombre de délai que notre assemblée générale (AG) va définir’’, a-t-il prévenu, bénéficiant à l’applaudimètre du soutien de ses camarades qui ont pris massivement d’assaut la salle polyvalente pour l’écouter.

La tournée de sensibilisation, d’information et de remobilisation des militants du MIDD depuis deux mois, fait de Gagnoa, la 37ème étape dans les 187 sections que compte ce syndicat. Gagnoa a été la dernière des trois localités de la région du Gôh visitées par le patron du MIDD et sa délégation, après Oumé et Diégonéfla.

ja/cmas

04:44 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

03/04/2014

Côte d’Ivoire : le gouvernement va "sévir" contre les auteurs de grossesses en milieu scolaire Publié le jeudi 3 avril 2014 | Xinhua

camara.jpg

ABIDJAN -- Le gouvernement ivoirien a décidé de "sévir" contre les auteurs de grossesses en milieu scolaire, un "fléau" qui a touché 5.076 jeunes filles scolarisées au cours de l’année 2012-2013.

A l’issue d’un conseil des ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, a déclaré que le gouvernement entend mener une "lutte vigoureuse" contre le "fléau" des grossesses en milieu scolaire.

Selon le ministère de l’Education nationale, "5.076 cas de grossesse" ont été dénombrés au cours de l’année scolaire 2012- 2013 dont "environ un millier dans l’enseignement primaire".

"L’Etat a décidé de sévir contre les auteurs des grossesses en milieu scolaire, des décisions très fortes seront prises pour sanctionner les personnes qui seront concernées", a averti le porte-parole du gouvernement.

"Il a été suggéré qu’une enquête soit faite sur les 5.076 cas relevés en 2012-2013 de façon à prendre des mesures administratives, disciplinaires contre certaines personnes et dans certains cas, des sanctions pénales puisqu’il s’agit dans certains cas de mineures", a-t-il ajouté.

Pour le gouvernement, les grossesses en milieu scolaire représentent un "problème de santé" pour les jeunes filles en même temps qu’elles "brisent leur parcours" au grand dam de la politique gouvernementale qui vise à accorder les mêmes chances aux jeunes des deux sexes.

Le gouvernement annonce une vaste campagne de sensibilisation des élèves, parents d’élèves et enseignants et la mise en place de "clubs de lutte contre les grossesses et les infections sexuellement transmissibles" dans toutes les villes et les établissements concernés.

Le porte-parole du gouvernement a particulièrement insisté sur le cas des enseignants qu’il a menacé de "sanctions lourdes".

"Il faut que les enseignants soient sensibilisés et qu’ils comprennent que c’est gravissime les actes qu’ils posent à l’égard des jeunes filles", a-t-il conclu.

07:16 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

Orientation post-baccalauréat / La préinscription en ligne reconduite : L’opération toujours obligatoire et gratuite Publié le jeudi 3 avril 2014 | L’intelligent d’Abidjan

adohivisvianne-0005.jpg

Pr. Viviane Adohi Krou, Directrice générale de l’enseignement supérieur et des œuvres universitaire (Dges) a annoncé le démarrage de l’opération de préinscription en ligne pour les élèves devant passer le baccalauréat 2014. Elle a donné cette information le mercredi 2 avril 2014, lors d’un point de presse organisé à la Direction de l’orientation et des examens (Dorex) au Plateau.

Pr. Adohi Krou appelle tous les candidats au baccalauréat 2014 désireux d’entrer dans une université publique, une grande école privée ou l’INP-HB (Institut national polytechnique Houphouët-Boigny) à faire valoir leurs choix par la préinscription en ligne. Cette opération du ministère de l’Enseignement supérieur, organisée par la Dorex, se déroulera du mardi 1er avril au vendredi 20 juin 2014. Tout comme l’année dernière, cette préinscription en ligne est obligatoire, entièrement gratuite et se fait sur les sites : www.dorex.edu.ci ou www.dorexci.net. Le Dges a rappelé que cette préinscription comporte deux (2) phases. Il y a la préinscription phase 1, pour les candidats au Bac (les élèves en classe de Terminale) et la préinscription phase 2, pour les bacheliers (candidas admis au Bac). L’opération est donc obligatoire en ce sens que pour accéder à la phase 2, il faut un identifiant (ou un numéro de fiche) provenant de la phase 1. La phase 2 des préinscriptions qui permet aux candidats admis au Bac de confirmer ou de modifier leurs choix (déjà effectués à la phase 1), pour l’entrée dans les universités publiques, les grandes écoles privées et l’INP-HB se déroulera quant à elle, du mercredi 23 juillet au mardi 26 août 2014. Afin de mieux sensibiliser les élèves sur les réformes entreprises à l’enseignement supérieur, une documentation synthèse annuelle de ces réformes dénommée ‘’Guide de l’étudiant’’ a été produite. Ce guide explique selon Mme Adhi Krou, toutes les offres de formation disponibles, leur contenus et débouchés. Ce guide est également disponible en version numérique et téléchargeable sur le site de la Dorex.

Olivier Guédé

07:04 Écrit par BEN2013 dans Actualités, Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |

02/04/2014

Les directeurs régionaux et chefs d’établissement formés sur l’inscription en ligne Publié le mardi 1 avril 2014 | AIP

Yamoussoukro - Un atelier sur le processus d'inscription en ligne et d'actualisation du fichier national des élèves (FNE) se tient depuis lundi au CAFOP de Yamoussoukro, à l’initiative du ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement technique.

Il est destiné aux directeurs régionaux de l’Education nationale et de l’Enseignement technique ainsi qu’aux chefs d'établissements, en vue de les sensibiliser sur les inscriptions illicites. Les participants seront formés sur le système intégré général du fichier national des élèves (SIGFNE), notamment les mécanismes de croisement des effectifs sur le terrain avec ceux en ligne ; ce qui permettra une bonne maîtrise de l'inscription en ligne et une bonne gestion des effectifs dans les écoles privées et publiques de Côte d'Ivoire.

Il s’agit, à terme, d’améliorer la planification du système, par la maitrise des effectifs, d'assurer la traçabilité du parcours des élèves, d'éradiquer les inscriptions illicites, et d'apporter un appui au processus d'examen, de l'orientation, et des transferts par la constitution des fichiers qui en découlent.

Mise en place depuis 1998, les données du FNE écrites de façon manuelle, étaient caractérisées par le manque de fiabilité du fait que, ''des chefs d'établissement s'adonnaient à la tricherie'', a fait savoir le Directeur de cabinet du ministère de l'Education nationale et de l'enseignement technique, Assoumou Kabran, à l’ouverture des travaux.

Il a expliqué que ''des élèves renvoyés se retrouvent parfois admis en classe supérieure dans leur établissement, ou dans d'autres ailleurs, et ceux reconnus comme doublant ou renvoyés, passent avec une moyenne nettement inférieure.

'' Ça ne va pas continuer'' a prévenu le représentant de Mme Kandia Camara qui a indiqué que le ministère a décidé d'introduire les Tic à l'école pour y remédier.

''Nous sommes en train de changer de paradigme, le système est irrémédiable'' a-t-il fait savoir avant d'inviter les DRENET et Chefs d'établissement à s'impliquer dans le processus pour une maitrise de l'inscription en ligne et pour une bonne gestion de l'actualisation des effectifs des élèves.

La Côte d'ivoire dispose depuis 1998, d’un fichier national des élèves dans l'optique de mettre à disposition des chiffres fiables.

(AIP)
nam/ask

04:50 Écrit par BEN2013 dans Notre école | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |